Essai Suzuki Swift de 83 chLancer le diaporama
Essai Suzuki Swift
+16
LANCER LE DIAPORAMA
par Pierrick Rakotoniaina

Essai Suzuki Swift de 83 ch

La Suzuki Swift fait le bonheur de ses propriétaires depuis la première génération commercialisée en France dès 2004. La citadine japonaise, meilleure vente de la marque en France s’est écoulée depuis à 190 000 exemplaires. Il nous tardait de prendre le volant de la 4ème génération.

Zapping Le Blogauto Essai du Renault Espace - 200 chevaux

Un format idéal pour se faufiler

Essai Suzuki Swift de 83 ch - Un format idéal pour se faufilerLancer le diaporama
Essai Suzuki Swift
+16
Seulement 3,86 m de long!

La Suzuki Swift arrive à garder un style bien à elle, tout en modernisant ses lignes à chaque changement de génération. Bref! Peu importe le millésime, on la reconnait toujours au premier regard. Cette année, elle évolue en gardant certains marqueurs. Son regard devient un peu plus ténébreux, et l’avant parait même un peu sportif avec la calandre à la grille au motif de type nid d’abeilles.

 

Une arête souligne la ceinture de caisse et s’aligne avec la base du capot qui surplombe les feux. L’arrière ne trahit pas l’esprit de l’ancien modèle. La signature lumineuse s’est modernisée. Elle vous semble peut-être plus massive sur les photos, mais en réalité il n’en est rien. Elle n’a pris qu’un petit centimètre en longueur, pour atteindre les 3,86 m. La Clio et la 208 dépassent les 4 m.

De la place dans ce petit espace

Essai Suzuki Swift de 83 ch - De la place dans ce petit espaceLancer le diaporama
Essai Suzuki Swift
+16
Un écran tactile qui s'impose à bord.

A l’intérieur, la planche de bord change complètement. Etrangement Suzuki a gardé peu ou prou le même volant. L’écran plus grand devient encore plus un élément central, en prenant de la hauteur. Sa proximité avec les compteurs (toujours analogiques) facilitent la vie pour les yeux. Le regard se balade moins pour lire les différentes informations. La climatisation se commande via des touches physiques, comme on aimerait d’ailleurs le voir partout… Les matériaux sont certes moins valorisants que dans une concurrente française, mais l’assemblage est rigoureux.

 

Suzuki a disséminé des boutons un peu partout, ce qui complique parfois l’accès à certaines fonctions quand on a une petite mémoire. Le problème se pose notamment lorsque l’on doit désactiver la pénible alerte de survitesse imposée par la réglementation. Dans la Swift, il faut passer par les tiges autour des compteurs pour naviguer dans plusieurs menus avant d’atteindre notre but. Une manoeuvre à faire à chaque démarrage. On se sent plutôt bien à l’arrière au regard de la taille de la voiture. On regrette le coffre toutefois un peu petit avec seulement 265 litres. 

Une consommation maîtrisée

Essai Suzuki Swift de 83 ch - Une consommation maîtriséeLancer le diaporama
Essai Suzuki Swift
+16
Petite et agile. C'est pour quand la version Sport?

La nouvelle Suzuki Swift enlève un cylindre à son moteur, et n’en compte désormais plus que trois. Elle garde une forme d’hybridation légère en 12V. Le constructeur fait ce choix pour en limiter le coût et aussi le poids qui reste en dessous de la tonne, ce qui relève de l’exploit dans l’industrie. Le système puissant de 3 ch, développe un couple de 60 Nm (112 au cumul). Avec 83 ch, elle dispose d’une cavalerie largement suffisante pour affronter le quotidien. 

 

Effectivement, l’entrain de cette motorisation surprend. Sa douceur aussi, notamment au démarrage. Il faut juste s’adapter ou se réadapter à l’embrayage, dans un monde où l’on conduit beaucoup de voitures à boite auto. En fait, on la mène de manière tout à fait conventionnelle, avec un système hybride qui agit en coulisses de façon transparente, à l’image du Start/Stop dont on oublie même l’existence. La conso se place largement en-dessous des 5 litres, sans faire attention. Pas mal du tout!

A l'aise en ville et en dehors

Essai Suzuki Swift de 83 ch - A l'aise en ville et en dehorsLancer le diaporama
Essai Suzuki Swift
+16
En rouge et noir... Vous avez la réf?

A priori, Suzuki ne prévoit pas de version Sport pour cette génération de Swift. On le regrette, car ce châssis mériterait au moins un chrono sous les 10 secondes pour atteindre les 100 km/h par exemple. La voiture fait preuve d’une rigueur de comportement assez appréciable sur route. On sent qu’elle pourrait encaisser davantage d’énergie. Avec plus de jus, on aurait alors peut-être moins à jouer du levier de vitesses quand on s’amuse un peu avec elle. La transmission 4X4, apporte une sérénité appréciable, notamment sur route détrempée comme nous l’avons vécu. 

 

Cette nouvelle Swift rend en réalité gourmand, compte tenu du potentiel que l’on ressent. On aimerait une direction un peu plus consistante par exemple. Mais là, c’est le coeur qui parle. En usage quotidien, on pestera plutôt parfois sur une suspension un peu sèche à basse vitesse en passant sur des déformations trop percutantes. Elle se faufile aisément dans les entrailles des villes, se gare en un tour de main. Des qualités essentielles pour une citadine. 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

L’inflation n’épargne pas cette nouvelle génération de Suzuki Swift. Il faut dire que les nouvelles normes imposent des équipements obligatoires, ce qui sale logiquement la note. Mais le constructeur ne joue pas les pingres, avec pas mal d’équipements dès l’entrée de gamme pour 18 990 €. Il faudra débourser 21 390 € pour la CVT et 21 690 € pour la 4X4. Les stars françaises et les meilleurs hybrides de la catégorie sont toujours plus chères et indisponibles en transmission intégrale. Ce dernier « détail » demeure un argument de poids pour séduire une clientèle montagnarde très importante pour la marque.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos