Lancer le diaporama
DS7
+18
LANCER LE DIAPORAMA
par Pierrick Rakotoniaina

Essai DS7 E-Tense 360 4X4

DS Automobiles revisite la gamme de son SUV star qui devient DS7, abandonnant au passage l’appellation Crossback. En outre, une puissante version E-Tense 360 chevaux 4X4 vient coiffer l’offre. Nous l’avons essayé sur les routes du massif de l’Esterel, dans le sud de la France.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie
Podcast Men's Up Life
 

Une nouvelle signature lumineuse

Lancer le diaporama
DS7
+18

On pourrait n’y voir qu’un simple restylage, mais au-delà des modifications esthétiques, le DS7 change en fait bien plus d’allure. Il tourne d’abord le dos à la plupart de ses chromes, ce qui suffit à le rendre un peu moins caricaturale. A l’avant, DS a apporté un soin tout particulier à sa signature lumineuse à leds. Cela a malheureusement conduit à l’abandon des teintes de carrosserie rouge entre autres, pour que l’éclairage demeure blanc à travers ce matériau sophistiqué.

 

La voiture apparaît plus fluide. L’arrière met en valeur le logo sous l’inscription « DS Automobiles ». Selon les porte-paroles du constructeur, il s’agit de rendre la marque plus facilement identifiable. Surtout, cette déclinaison plus dynamique, voit son châssis légèrement surbaissé et ses trains élargis jusqu’à la limite réglementaire. Ajoutez à cela de jolies jantes à pneus taille basse, et l’on fait face à une DS7 qui a presque l’air d’un break, plutôt que d’un SUV. Il faut le voir dans la réalité pour s’en rendre compte à quel point.

Ambiance toujours aussi chic

Lancer le diaporama
DS7
+18

A l’intérieur en revanche, les modifications sont plus timides. Néanmoins on ne peut que louer encore une fois, l’attention portée aux détails, notamment à propos du travail sur les matières constituant les revêtements. Les cuirs impressionnent par leur finesse. On peut ne pas aimer, mais DS a su créer une ambiance particulière qui lui est propre. On reprochera quelques détails ergonomiques. 

 

En termes de technologies, DS a changé les graphismes sur les écrans, ainsi que la partie logicielle. Le tout devient plus lisible, un peu plus fluide, même si un temps d’adaptation apparaît nécessaire pour l’appréhender. Toutes les équipements à la mode sont présents, ce qui fait de la DS7 une routière de bonne compagnie. Il y a en vérité peu à dire sur la vie à bord, on se sent plutôt à l’aise, même si les gabarits préféreront des sièges peut-être un peu plus larges.

Une batterie de meilleure capacité

Lancer le diaporama
DS7
+18

La mécanique n’est pas inconnue dans le groupe Stellantis. La Peugeot 508 PSE dispose par exemple de la même. Ici l’on retrouve ainsi une motorisation hybride, comprenant deux moteurs électriques alimentés par une batterie désormais de 12,9 kWh de capacité. L’autonomie selon le protocole WLTP prévoit 57 kilomètres au maximum. Une donnée que nous n’avons pas pu vérifier compte tenu de la courte mise à disposition de notre exemplaire. 

 

Tant mieux ! Nous allons pouvoir reprendre rendez-vous avec elle. Car sur la route, cette nouvelle DS7 E-Tense 360 impressionne, avec une tenue de route qui prend des accents de sportive compacte. On n’exagère à peine, mais sa stabilité malgré son poids élevé est redoutable. Elle se cale avec assurance sur ses performantes gommes Michelin Pilot Sport 4S, et repousse suffisamment loin les limites d’adhérence, pour que l’on doive se cracher dans les mains pour les titiller. 

Bel agrément de conduite

Lancer le diaporama
DS7
+18

Malgré son hybridation, la sensation de la pédale de freins apparaît plutôt naturelle, avec une constance que l’on ne retrouve pas toujours sur ce type de véhicules. Avec un tel mordant, on peut s’en donner à cœur joie sans arrière-pensée. Encore une fois, son dynamisme paraît surprenant au regard du poids que l’on oppose pourtant habituellement à toute forme de sportivité. 

 

Les plus pointilleux trouveront les chiffres presque quelconques pour 360 chevaux, avec un 0 à 100 km/h expédié en 5,6 par exemple. Pourtant la cavalerie et la transmission intégrale suffisent pour booster le comportement et profiter de ce châssis particulièrement bien réglé en toute sécurité. Le confort n’apparaît pas trop sacrifié, malgré cette plateforme raffermie. Toutefois les grandes roues de 21 pouces distillent une sensation de percussion sur certains raccords de bitume. Rassurez-vous, rien de rédhibitoire au point de s’en détourner. 

Pour résumer

Cependant le prix lui, pourrait en détourner certains, avec un tarif proche des 70 000 euros. Le surcout par rapport à l’ancienne version amputée de 60 chevaux mais aussi beaucoup moins amusante, dépasse les 5 000 euros. Il reste une bonne nouvelle, ce nouveau DS7 E-Tense 360 4X4 est dispensé de malus.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos