Accueil Livre On a lu : Michel Vaillant – Pikes Peak

On a lu : Michel Vaillant – Pikes Peak

0
5
PARTAGER

Le dernier Vaillant est arrivé ! Avec, pour la première fois, la fameuse course de côte de Pikes Peak dans le Colorado !

Presque 10 ans se sont écoulés depuis que la série Michel Vaillant a été « rebootée », en 2012, avec la saison 2 et l’album « au nom du fils ». Modernisée, plus réaliste dans ses intrigues et graphiquement différente, la saga Vaillant nouvelle génération en est déjà à son 10e album. Aussi étonnant que cela puisse paraître, depuis les débuts de l’aventure Vaillant en 1957, jamais il ne s’était encore frotté à la course vers les étoiles de Pikes Peak aux USA.

Depuis le cataclysme de l’épisode 4 « Collapsus » qui voyait Vaillante sombrer et frappée par la tragédie de la mort de Jean-Pierre Vaillant, la vénérable marque française poursuit sa reconstruction, avec de nouvelles têtes et des thématiques bien dans l’air du temps qui parlent d’électrification, d’hydrogène et de start-up. Après la F1, le WEC et le rallye, Vaillante s’attaque à Pikes Peak avec un prototype à pile à hydrogène dont la signature visuelle est un sympathique clin d’oeil à l’un des albums les plus emblématiques de la saga Vaillant d’origine, le pilote sans visage.

Outre Michel Vaillant, sa femme françoise et son fils Patrick, qui sont désormais partie prenante de l’entreprise (françoise est PDG, Patrick ingénieur), nous retrouvons en chemin ce bon vieux Steve Warson, désormais impliqué en politique dans le clan démocrate (un rebelle texan sans doute), ainsi que l’infâme Bob Cramer, toujours aussi bas de front et antipathique. Cet épisode se montre plus conventionnel et axé sur la compétition pure, évitant de nous embarquer dans des intrigues  » à la Hollywood » dont raffolait Jean Graton. Un choix qui partagera sans doute les amateurs. La rivalité avec Cramer aurait pu être davantage poussée mais, comme on vient de le souligner, le scénario reste assez réaliste dans l’approche de l’évènement, sans trop en rajouter dans les rebondissements ou les situations ubuesques. Le côté parfois « cartoon » à l’ancienne laisse place ici à une ambiance authentique et crédible.

Une édition augmentée dédiée aux rois de la course de côte

Le nouvel épisode est également proposé dans une édition augmentée. Cette fois-ci, on nous gratifie d’un beau supplément de 24 pages rendant hommage aux « rois de la montagne » et aux grandes heures de Pikes Peak, le tout agrémenté de témoignages et de photographies. Un contenu additionnel que l’on doit au journaliste de l’Equipe Stéphane Barbé.

Ce 10e épisode Pikes Peak n’est sans doute pas le plus marquant de la nouvelle saga, mais il propose une épreuve inédite dans l’histoire de Vaillante et permet de se régaler toujours autant en appréciant le design des bolides, dont une impressionante Vaillante routière inédite qui vient conclure l’épisode !

L’album classique est au prix de 15,95 euros, l’édition augmentée au prix de 25 euros.

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "On a lu : Michel Vaillant – Pikes Peak"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

Désolé mais j’ai décroché depuis le dernier album « classique » c’est beaucoup trop éloigné de l’original. c’est autre chose, un autre héros, un autre style, comme un remake dans l’air d’aujourd’hui

Malco
Invité

Le clin d’oeil à l’ID.R Pikes peak de VW est très appuyé!

Fred21
Invité

Il y en un qui connait son palmarès virtuel ?

wpDiscuz