Accueil Historique La Ferrari 250 SWB revisitée par RML entre en production

La Ferrari 250 SWB revisitée par RML entre en production

0
7
PARTAGER
RML

Vous saturez déjà des restomods ? Et bien on en remet une couche ! La Ferrari 250 GT n’en finit plus d’alimenter la machine à rêves automobile. En plus de la proposition de GTO Engineering avec son Squalo, et en attendant la possible version revisitée par Ares Design qui avait gagné en justice contre Ferrari himself le droit d’utiliser le design de la GTO, RML Group entame la production de sa propre version de la Ferrari 250 GT à empattement court (SWB) appelée RML Short Wheelbase.

Un ponte de la préparation

Chez RML, on sait faire. La Ray Mallock Ltd (RML) a été fondée 1984 par le pilote et ingénieur en sport automobile Ray Mallock. L’entreprise a commencé dans les années 80 par construire et faire courir des prototypes dans le Championnat du monde des voitures de sport Groupe C, avant de faire les grandes heures du BTCC et du WTCC dans les années 90/2000, notamment avec la préparation des Nissan Primera puis des Chevrolet Cruze. C’est aussi RML qui était aux affaires pour concocter le délirant Nissan Juke R. Donc, en termes de préparation, RML se pose là.

Coeur de Maranello

La société britannique basée à Wellingborough a annoncé ces dernières heures que le premier exemplaire était prêt à entrer en production, pour une série de 30 exemplaires au total. L’empattement court aura une carrosserie en fibre de carbone basée sur un châssis dérivé de la Ferrari 550 Maranello, mais avec une configuration de suspension différente. Sous le capot, pas de V12 Colombo mais le V12 atmosphérique de 5,5 litres de la Maranello, capable de développer une puissance de 485 chevaux et 570 Nm de couple maximal couplé à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports.

Par rapport à la 550 Maranello, le porte-à-faux avant a été réduit, pour optimiser la répartition des masses vers le centre de gravité, améliorant ainsi la maniabilité. La voiture est dotée d’une suspension composée d’amortisseurs passifs Ohlins qui remplacent les amortisseurs actifs Bilstein présents dans la 550 Maranello. En plus de cela, nous avons des barres anti-roulis, des ressorts ajustés de manière unique, une dynamique de conduite supérieure, une garde au sol réduite, des jantes en alliage de 18 pouces de style rétro et des pneus Pirelli P Zero Rosso. Côté performances, RML Group affirme que leur 250 GT SWB sera capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 4,1 secondes et d’atteindre une vitesse de pointe de 297 km/h.

La production de la Ferrari 250 GT spéciale à empattement court devrait démarrer d’ici la fin de 2021, après une période de développement qui a duré deux ans complets, pour une livraison aux alentours de début 2022. Chacun des 30 exemplaires prendra 6 mois pour être réalisé, RML ayant développé une capacité de production jusqu’à six unités en même temps afin de satisfaire la demande rapidement.

Notre avis, par leblogauto.com

La belle nécessite de se délester de 1,3 million de livres sterling, soit l’équivalent de 1,51 million d’euros, pour vous offrir cette superbe réplique de la Ferrari 250 GT SWB, dont les rares modèles originaux se négocient aujourd’hui à plus de 10 millions d’euros aux enchères ! Peu nombreux seront les chanceux à la conduire ni même à l’approcher, mais on ne peut bouder notre plaisir de voir une certaine idée de l’automobile perdurer à travers ces oeuvres de passionnés.

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "La Ferrari 250 SWB revisitée par RML entre en production"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité

Comment font-ils pour avoir un V12 de Ferari si Ferrari n’est pas d’accord ?

Nithael70
Invité

Ils achetent 30 Maranello, cela fait 30 chassis et moteurs. Entre le prix d’achat et le prix de vente, il y a moyen de faire une plus value.

Nico
Invité

Je préfère voir «  une enieme restomod » qu une enieme charrue chinoise par exemple. Je me demande vraiment si ces voitures sont un bon placement, extrêmement chères, elles n auront jamais le pedigree des modèles originaux.

En tout cas, belle machine

Miké
Invité

Grossier donc laid.

Amazon
Invité

Elle n’atteindra jamais le prix de la vrai, mais elle permet de rouler sans arrière pensée. Bon 1.5 m€ quand même, mais pour moi elle est nettement plus désirable qu’une vwbugatti au même niveau de prix

Invité

En gros c’est une Maranello recarrossée à la sauce vintage. C’est mieux que les répliques avec V8 Ford ou GM. A 1,5 millions € ils doivent s’en sortir financièrement!

wpDiscuz