Accueil Livre On a lu : Mercedes, une étoile est née (Glénat)

On a lu : Mercedes, une étoile est née (Glénat)

0
0
PARTAGER

Résumer dans un seul ouvrage l’histoire de Mercedes est un challenge qui a été relevé par l’équipe d’auteurs coordonnée par Olivier Bernis, rédacteur en chef d’Auto Plus Classiques.

Depuis plus d’un siècle, Mercedes incarne l’élégance, la performance mais aussi la rigueur et l’innovation. Née de la fusion de Daimler et de Benz en 1926, dépositaire d’un nom créé en 1902 par l’entrepreneur Emil Jellinek, en hommage à sa fille, pour commercialiser dans son réseau les modèles de la Daimler Motoren Gesellschaft, Mercedes a connu des gloires et aussi traversé des tempêtes. L’ouvrage passe très vite sur les années 1920 et 30, où la production s’incarne dans la sportivité et le palmarès de la SSK, ainsi que dans le prestige de la grande berline W770, alias Groβe Mercedes, avant que l’entreprise ne soit intégrée au complexe militaro-industriel du Reich et se focalise sur la production de camions militaires.

Dans l’après-guerre, c’est au début des années 1950 que l’étoile brille de nouveau, que ce soit avec le lancement des berlines Ponton, la stupéfiante SL300 aux portes papillon ainsi que les triomphes en Formule 1, brutalement stoppés par la tragédie des 24 heures du Mans 1955. Suivent alors des modèles importants qui diversifient la gamme et ancrent dans l’imaginaire la marque de fabrique de Mercedes, qu’il s’agisse du luxe des 280 V8 (1968) et de la 1ère génération de Classe S en 1972, la série 200 de 1968 puis 190 de 1982 pour la démocratisation ou le Classe G pour préfigurer les SUVs modernes. Déjà à cette époque, Mercedes se targue donc de couvrir un éventail très large de voitures répondant à des besoins divers mais complémentaires. Par la suite, l’ouvrage dévoile progressivement l’élargissement de la gamme, devenue pléthorique, allant de la petite Classe A familiale au roadster SLR, avec de surcroît ses variantes survitaminées AMG et, désormais, un futur qui s’incarne dans la gamme 100% électrique des EQ.

Sur 224 pages et plus de 400 photographies, le livre passe donc en revue toutes les gammes Mercedes, sans oublier d’évoquer, succintement, les grandes pages écrites aussi en sport automobile. On redécouvre aussi des originalités, comme la 260 D de 1936, premier véhicule diesel de série ou encore la 220 AIleron de 1959 qui essayait de singer les grandes berlines américaines chromées avec ses ailes de batmobile.

Le livre est proposée par les éditions Glénat au prix de 39,95 euros.

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz