Accueil Breaks Essai Skoda Octavia RS iV Combi 245 ch

Essai Skoda Octavia RS iV Combi 245 ch

0
41
PARTAGER

La nouvelle génération de Skoda Octavia RS compte désormais une version hybride rechargeable dans sa gamme. Cela change-t-il son caractère ? On vous donne quelques éléments de réponse. Nous l’avons essayée dans sa déclinaison Combi, sur les cols des hauteurs d’Annecy.

Un style respectant les codes « RS »

L’Octavia RS revient avec une gamme enrichie. Essence, Diesel, 4X4 et PHEV, il y en a pour tous les gouts. Le design de la précédente, plus « VW » que jamais, se distingue désormais avec une personnalité un peu plus affirmée. Son identité visuelle s’articule autour de la large calandre aux éléments foncés. Le bouclier aux attributs plus agressifs, se met au diapason de sa vocation sportive.

Les larges jantes au design spécifique, participent à véhiculer son image dynamique. La marque s’affiche sur le coffre en très grandes lettres capitales. Impossible de la confondre, c’est marqué dessus. Le logo « iV » flirte avec le « vRS ». Le bouclier arrière reprend le dessin du modèle de précédente génération. On retrouve ainsi les deux sorties d’échappement typiques. Il n’a pas l’agressivité des breaks de chasse populaires sur les réseaux sociaux, mais il s’agit d’un des plus réussis de son segment de marché.

Un intérieur moderne et hyper équipé

À bord, Skoda respecte ses fondamentaux pour son modèle star. A commencer par l’espace à bord gigantesque au regard de la catégorie. La présence des grands sièges sportifs à l’avant n’empiètent guère sur l’espace aux jambes à l’arrière. La place prise par la batterie réduit le coffre de 100 litres de capacité (490). En outre, les petites attentions « simply clever » sont là : parapluies dans les portes avant, petites poubelles etc. La finition vaut celle d’une Golf, et atteint un niveau jamais atteint pour une Skoda.

En termes d’équipements, elle récupère le meilleur de la banque d’organes du groupe Volkswagen. En plus des feux full led, on trouve une instrumentation entièrement numérique avec un large écran tactile, l’affichage tête haute notamment. En outre, à cela s’ajoutent toutes les bonnes aides à la conduite que l’on attend sur une routière moderne. Elle dispose ainsi d’un régulateur intelligent avec maintien dans la file, d’un système d’infotainment sophistiqué et hyper connecté. Ce dernier apparaît d’ailleurs un peu compliqué à appréhender.

Motorisation hybride efficace

Sous le capot de notre Skoda Octavia RS Combi iV, une motorisation hybride rechargeable. La batterie alourdit la voiture, et réduit la capacité du réservoir de carburant. Elle n’a pas ainsi le rayon d’action des autres versions plus traditionnelles de la gamme. Le système de traction se compose d’un 4 cylindres TSi 150, auquel s’ajoute la puissance du bloc électrique. Résultat : 245 chevaux. Côté transmission, il s’agit d’une DSG6e (DSG7 pour les autres.). Les performances ne sont pas ridicules, sans être démoniaques. Les 100 sont atteint en 7,3 secondes notamment.

La fluidité de la chaine de transmission hybride impressionne. Les transitions en mode automatique ne perturbent pas la vie à bord. L’autonomie électrique sur notre parcours plutôt montagneux (avec des phases donc énergivores) nous a permis d’atteindre presque les 40 km. Toutefois, il faut noter la recharge plutôt efficace dans les phases de décélération. On en a particulièrement profité lors des redescentes de cols. Sur un profil de routes moins pentues, la conso dépasse les 6 litres hors autoroute batterie vide. Le mode hybride la maintient autour de 4,5 litres sur notre parcours, avec suffisamment de charge.

Gros couple!

Malheureusement, notre Octavia n’a pas droit au chassis sport, encore une fois là aussi à cause de la batterie. Les 400 Nm de couple quand on enfonce la pédale lui donnent du peps. Au point parfois de perdre en motricité, d’autant plus qu’elle ne peut embarquer la transmission intégrale. Chez Skoda le badge RS n’offre pas une sportivité radicale. En revanche ses menues modifications boostent l’agrément de conduite. La direction précise (progressive) et consistante facilite les placements.

On n’a pas eu grand-chose à lui reprocher côté freinage (renforcé). On ne lui imposera pas la cadence d’une spéciale, mais leur endurance tient le coup pour mettre un peu de rythme entre deux épingles sans trop se méfier. Finalement le surpoids n’a pas une si mauvaise influence sur le comportement général. On ne va pas se mentir, elle n’a pas l’agilité des RS à motorisations thermiques. Mais c’est le prix à payer pour s’offrir un usage quotidien « gratuit », et une bonne polyvalence sans trop rogner sur le plaisir de conduite.

Un tarif bien placé

Pour le fun, il vaut clairement mieux se tourner vers les Octavia RS Combi classiques. Boite manuelle ou automatique, 4X4 (exclusivement en Diesel) ou non, le choix existe. La déclinaison iV rajoute une ligne à la gamme, qui d’un point de vue fiscal la rend intéressante. Elle réclame 43 980 € et devient la plus chère de cette finition sportive démarrant à 39 690 €. Que trouve-t-on en face ? La 508 SW Hybrid, bien plus chère.

+ON AIME
  •  Style discret
  • Puissantes reprises
  • Consommations contenues
ON AIME MOINS
  •  Surpoids dans certaines phases de conduite
  • Réservoir réduit
  • Ergonomie écran tactile

 

Skoda Octavia RS Combi iV
Prix (à partir de)39 690 €
Prix du modèle essayé43 980 €
Bonus / Malus– €
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne – Injection directe turbo essence
Cylindrée (cm3)1 395
Puissance (ch/kW)245 / 180
Couple (Nm) 400
Transmission
Roues motricesav
Boîte de vitessesauto 7 rapports
Châssis
Freinsà disques
Jantes et pneus225/40 R19
Performances
Vitesse maximale (km/h)225
0 à 100 km/h (s) 7,3
Consommation
Cycle mixte (l/100 km) 1,1 à 1,2
CO2 (g/km)25 à 27
Dimensions
Longueur (mm) 4,69
Largeur (mm) 1,83
Hauteur (mm) 1,47
Empattement (mm) 2,68
Volume de coffre (l) 490
Poids (kg)1 707

 

Poster un Commentaire

41 Commentaires sur "Essai Skoda Octavia RS iV Combi 245 ch"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Assurément une remarquable voiture.
Néanmoins, l’appellation RS est un peu usurpée.
Par contre la RS berline thermique est encore une plus franche réussite.
Du coup, pourquoi acheter des VW et Audi pas vraiment mieux et parfois beaucoup plus cher !?

Jdg
Invité

Remarquable ? Je vois pas en quoi.
C’est d’un banale a mourir. RS oui on se demande en quoi ?
Pourquoi acheter VW ? Plus cher oui, mais l’image et bien meilleure et à la revente c’est plus facile.
Skoda c’est pour ceux qui ont pas les moyens de s’acheter une VW. Pour le reste ce sont que des clones.

SGL
Invité

Bah, c’est simple… Il y a quoi de mieux pour le même prix ?
Faire mieux en coûtant 20 k€ n’est pas vraiment un exploit…

panama
Invité

La réponse est simple SGL : ca décote moins, donc la LOA est plus avantageuse.
A ce niveau de prix c’est fondamental puisque la quasi totalité est en LOA.
Et puis chez Audi on a les 4 roues motrices, au moins.

wizz
Membre
A la fin, en arrivant à la casse, la voiture vaut zéro euros Donc si une voiture décote moins pour le 1er acheteur, alors ce sera le 2eme acheteur et dernier propriétaire qui supportera la perte du surcout du 1er achat Et si le 2eme propriétaire a pu la revendre à son tour, avec moins de décote, alors alors ce sera le 3eme acheteur et dernier propriétaire qui supportera la perte du surcout du 1er achat Et si le 3eme propriétaire a pu la revendre à son tour, etc… Bref, soit tout le monde supporte ce surcout à l’achat. Soit… Lire la suite >>
panama
Invité

@wizz : on n’achète pas une voiture en pensant aux finances des 2, 3 voire 4ème acheteurs !
La LOA c’est fait pour changer de voiture tous les 2- 3 ans, c’est tout.

AXSPORT
Invité

C’est pour ça que les BMW sont appréciés des loueurs

👍

wizz
Membre
ben si quand tu achètes la voiture, neuve, AVEC l’intention de la revendre dans un bref délai, alors tu dois penser aux finances de l’acheteur suivant. Si lui n’est pas prêt d’accepter de payer la surcote de ta voiture, alors elle te restera sur les bras. Et à son tour, lui aussi va penser au 3eme acheteur : est ce qu’il va accepter de payer une occasion 8 ans d’âge, hors garantie, 150.000km au compteur, avec une surcote de 5000€…. ce qui est sûr, c’est que le ferrailleur ne paiera pas l’épave à 5000€, la surcote à l’achat Bref, tous… Lire la suite >>
Jdg
Invité

C’est beau de nos jours on peut mettre RS sur un petit moteur 150ch sans châssis sportif et dire qu’on a une bête de course de 245ch ….. Sur 10minutes wahou….
Bref les sportives abordables type GTi sont mortes.
C’est bien dommage car l’électrique n’est pas contradictoire avec la sportivité, la vraie

versdemain
Invité

En restant sur le 100% électrique (sans thermique) l’essayeur a réussit à faire plus de 40km. Donc si vous pensez à 10mn, cela ferait du 240 km/h de moyenne, une sacré sportive. Bon je blague bien sur.

En même temps, pourquoi dire que élec ne fonctionnerait que 10mn ?
Si vous restez en mode hybride, vous pouvez très bien rouler plus de 200 km avec encore un peu de jus dans la batterie qui ne sera sollicité que dans les fortes accélérations (dépassement…) ou l’on en a besoin.

wizz
Membre

surtout lorsque ça permet de rouler en 6eme ou 7eme rapport ultra longue pour minimiser la consommation du moteur thermique, sans aucune réserve de puissance (laissant cette tache au moteur électrique avec sa réaction instantanée)

Joledemago
Invité

Juste que ce n’est pas un exploit de caler un moteur électrique pour gonfler la puissance globale. Certes tout en pouvant conduire en 100% électrique sur 40 bornes mais avec 300 kg de batterie. Esprit pas trop sportif quoi. Et je ne parle pas de la sensation très « artificielle » de l’arrivée de puissance par le moteur électrique… Bref, je préfère 180cv thermique que 250 hybride (en termes de plaisir)

amazon
Invité
il faut quand même relativiser un peu, les 245cv c’est rare de les utiliser! pour rouler à vitesse constante et en respectant les limitations utilise rarement plus de 70 cv. donc il y a moyen de s’amuser avec 245 CV pendant plus que 10 minutes ! sur ma voiture, on peut suivre en permanence la puissance et le couple utilisés. A part quand je m’inserts sur une voie rapide ou quand je double, je n’utilise pratiquement jamais la puissance max. par contre j’arrive assez vite au couple max qui donne la sensation d’accélération. c’est pourquoi avec un moteur électrique qui… Lire la suite >>
sweeck
Invité

Plutôt pas mal mais réservoir de 40 litres : est ce que vous avez pu évaluer l’autonomie sur autoroute ?
Dommage que skoda impose la finition RS pour cette version 245ch. Certes elle est assez discrète à l’extérieur mais à l’intérieur il faut se farcir les sièges imitation rallye qui sont à mon goût un peu ridicules…

AXSPORT
Invité

400 kms sans vent de face ?
😉

AXSPORT
Invité

Ridicule…..

Positivons, ca reste un 4 cylindres, un luxe en 2021…..

Lee O Neil
Invité

Ah oui avec une cylindrée impressionnante de 1400 cm3, wahou !

Apparemment c’est mieux que le 4 cylindres 1.6 de PSA à vos yeux…

AXSPORT
Invité

Assurément Carlos

😉

Achille Talon
Invité

Plus une RS line qu’une vrai RS, avec un vrai moteur et un bon châssis.
Mais ça reste plus cohérent qu’un SUV.

wpDiscuz