Accueil Livre On a lu : Talbot-Matra Murena (ETAI)

On a lu : Talbot-Matra Murena (ETAI)

0
28
PARTAGER
Murena

Dans les années 70 et au début des années 80, la sportivité à la française ne se résumait pas à Alpine. Matra, fort de ses succès en sport automobile, a également représenté l’esprit GT tricolore, mais la Murena fut une belle occasion injustement sous-exploitée.

 

En ouvrant ce livre dédié à la Murena, vous savez de suite que la qualité sera au rendez-vous quand vous savez qui est l’auteur. Grand passionné des automobiles Matra, André Dewael a créé le Belgian Matra Club en 1987, puis a développé sur internet Matrarama. Ayant tissé des liens avec les « hommes de Matra », il a publié de nombreux ouvrages dédiés aux différents modèles, de la 530 à l’Avantime en passant par le Rancho.

La Bagheera en plus aboutie

En 1973, Matra avait lancé une étonnante Bagheera qui, au-delà d’un certain succès d’estime, avait cependant essuyé des critiques sur sa motorisation, sa qualité de fabrication et sa fiabilité. En 1979, Matra décide de la remplacer par la Murena, ultime collaboration entre la firme de Romorantin et le constructeur Talbot, ex-Simca, depuis lors intégré au groupe PSA.

Dans ce livre faisant partie de la collection Top Model, André Dewael revient sur la genèse de la Murena, n’omettant aucun aspect de sa création : études et maquettes, design, essais, conception du châssis et choix de motorisations sont passés au crible. Bien mieux fabriquée que sa devancière, dotée d’une belle ligne avant-gardiste et de ses fameuses trois places de front, la Murena inaugure un procédé innovant avec une protection anticorrosion réalisée par galvanisation à chaud.

La Murena reçoit un petit 1,6 L, le « Poissy », imposé par Talbot pour accroître les ventes, et un plus gros moteur de 2.2 litres issu de la Tagora. Les concepteurs de la Murena avaient espéré utiliser le « moteur Douvrin » de 2 litres commun à Peugeot et Renault mais la régie imposera son veto pour protéger la Fuego.

Pas vraiment aidée

Mais malgré toutes ses qualités et un très bon accueil de la presse, la Murena va surtout souffrir de l’indifférence de la maison-mère Peugeot. Peu aidée par un réseau de distribution défaillant, elle n’est pas dans les plans prioritaires de Peugeot. Elle se voir privée d’un vrai programme sportif – le projet 205 est en gestation – alors que ses succès en rallycross laissaient entrevoir un sacré potentiel. La séduisante évolution 4S, dotée d’un moteur multisoupapes de 175 ch et capable de 230 km/h, sera refusée initialement par PSA, obligeant  Matra à concevoir la « Préparation 142 » proposée à partir du millésime 1982 via un kit assez couteux à installer moins vendeur.

Il faudra attendre la Murena S du millésime 1984, véritable chant du cygne, pour avoir une vraie sportive rageuse, mais c’est trop tard. La folie GTi remise au placard les petits coupés sportifs et Matra se réoriente vers un nouveau projet avec Renault, qui donnera l’Espace. Et que dire du prototype inachevé de Murena V12 dotée d’un moteur issu du moteur de F1 !

Complet, l’ouvrage consacre un chapitre au parcours sportif de la Murena et aux préparations kitées, notamment celles développées en Allemagne, puis propose plusieurs tableaux synthétiques sur les caractéristiques techniques, le nuancier ou encore les chiffres de production.

Le livre est édité par ETAI au prix de 49 euros.

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "On a lu : Talbot-Matra Murena (ETAI)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Super Auto quand l’on ne regardait que le look avec des yeux d’enfant.

Invité

Parce que vous n’avez plus vos « yeux d’enfant » alors !?!

SGL
Invité

Bah, maintenant, je conduis, je m’intéresse au comportement des autos en « action » … et je pense que l’on était loin déjà des qualités routières et performances des Porsche bas de gamme de l’époque !?
…la 924 même avec son moteur Audi (qui n’était pas une marque premium à l’époque)
Mais je peux me tromper !
Dans le même registre, (à voix basse) j’adorais la Renault Fuego …Auto ultra ringarde maintenant !

Invité
Moi, Vieux, j’ais connu l’époque sans limitations,ni radars, j’avais la Bagheera S de 1975 à 1979 et ce n’était pas mal, l’Alfetta 2000,qui lui a succédé était très largement supérieure en moteur, mais pas en dynamisme. Quelques années après, en 1986/87, il m’est arrivé de louer une Porsche 944 en UK alors que j’avais entre-temps après l’Alfetta possédé une BMW 735i de 1982 à 1985 et volée en France, à la limite bon débarras, vu les emmerdes. Pour conclure, la Porsche, mis à part la finition, les performances ne m’ont pas laissé une impression de performance supérieure aux voitures précitées… Lire la suite >>
panama
Invité

@SGL : ah les Fuego… Une copine de fac en avait une, une Automatic immatriculée à Monaco. La contreporte m’était restée dans la main – en entier, c’est dire le désastre de la qualité de fabrication des Renault à cette époque. Voiture très très vite ringarde aussi.

Invité
Thibaut Emme
Admin

Le Fuego c’est pas ce poisson qui peut être mortel si mal préparé (ouais bon hein…on est le 1er hein).

MOTÖRHEAD
Invité

Niveau « design » je trouve la Bagheera plus équilibrée, ce qui est hallucinant c’est le rapport cylindré / puissance par rapport à ce qui se fait aujourd’hui

koko
Invité

MATRA = Mécanique Aviation TRAction
La Murena est une propulsion 😉

Mwouais
Invité

@koko.je vois que tu veux relancer un débat sur traction arrière toi.

Blague à part, cette voiture faisait vraiment rêver l’ado que je j’étais. Je me demande de quoi ils rêvent aujourd’hui.

Nithael70
Invité

d’audi… je sais, c’est moche… sinon, relisez l’article, il y a des fautes monstrueuses.

Nico
Invité

Ils rêvent de la voiture avec le plus d écrans possible à l intérieur et celle qui offre le meilleur ratio temps de recharge/autonomie. On passe d un objet passion à un objet de consommation ordinaire comme un portable. La voiture est depuis un certain temps politiquement incorrect ( green brainwashing) , plus de salons auto… bien content d être né dans les années 70/80

robert
Invité

Nitheal septante ; fais toi engagé comme correcteur ; bénévole bien soure . Les rédacteurs ne sont pas des académiciens et de plus dans leurs empressement à écrire , une faute de ci de là ze pas grave .

Nithael70
Invité

Sur ordinateur, il y a une fonction appelée « correcteur d’orthographe » Jeter un coup d’œil sur les vaguelettes rouges, ça ne prend pas beaucoup de temps et ça évite des « maqettes », »potentuel » qui sont des fautes de frappe.
Il s’agit d’un article, pas d’un commentaire.
Pour le style, l’ordinateur n’y peut rien, c’est propre au rédacteur.

amazon
Invité

Qu’est-ce qu’elle fait fluette aujourd’hui!
même si je trouve que la Bagheera était plus jolie qu’est ce que j’aurai aimé avoir cet engin le permis en poche (il n’y avait pas de points à l’époque…)

Seul défaut de conception, la largeur du siège passager: une voiture impossible à vendre en RDA: la passagère ne devait pas dépasser 40 cm de largeur d’épaule.

wpDiscuz