Accueil Hydrogène Hydrogène vert : complexité des importations sous-estimée

Hydrogène vert : complexité des importations sous-estimée

0
56
PARTAGER

L’importation à grande échelle d’hydrogène vert est très complexe et de nombreuses études sous-estiment les problèmes qui doivent encore être résolus, indique un rapport de l’Institut allemand Fraunhofer pour la recherche sur les systèmes et l’innovation ( Fraunhofer ISI).

Importations d’hydrogène : un marché entre 100 et 700 milliards d’euros en Europe

Le futur marché des importations d’hydrogène en Allemagne et en Europe pourrait représenter entre 100 et 700 milliards d’euros par an, selon les applications de l’hydrogène et d’autres sources d’énergie qui en découlent, selon les chercheurs de l’Institut allemand.

Des défis sous-estimés

« Le sujet de l’importation d’hydrogène vert dans toute sa complexité est encore trop peu compris, et les défis et les tâches qui restent à résoudre à l’avenir sont donc en partie sous-estimés », indique le rapport, soulignant de fortes incertitudes concernant les futurs prix d’importation, les critères de durabilité , la disponibilité de capitaux, la coopération internationale, entre autres.

Des analyses centrées sur les coûts de production

Les chercheurs soutiennent que de nombreuses analyses existantes sous-estiment considérablement les prix futurs des importations d’hydrogène car elles se concentrent sur les coûts de production tout en négligeant d’autres éléments de prix, tels que la fiscalité, les bénéfices, les primes de risque et les dépenses de recherche et développement, ou même les effets  sur les cours de la rareté des minéraux.

Manque d’aperçu global de l’offre et de la demande

Le rapport indique également que les études actuelles se concentrent principalement sur les prévisions de l’offre et de la demande pour chaque pays.« Ce qui manque, cependant, c’est un aperçu global du potentiel d’offre ainsi qu’un aperçu global du potentiel de la demande et dans quelle mesure ils peuvent s’accorder. Pour une analyse complète, il faudrait identifier et analyser les pays producteurs potentiels du monde entier.  »

Notre avis par leblogauto.com

L’hydrogène est considéré comme un élément essentiel d’un futur approvisionnement énergétique respectueux du climat. En Allemagne, constructeurs automobiles, groupes énergétiques et gouvernement se veulent très moteurs sur le sujet. Tentant d’être leader dans le domaine, histoire d’offrir emplois et avenir au secteur industriel d’outre Rhin.

Néanmoins, la plupart des experts et le gouvernement allemand affirment que l’Allemagne dépendra massivement des importations car elle ne dispose pas de suffisamment d’espace pour produire de l’hydrogène à partir d’énergie renouvelable.

Poster un Commentaire

56 Commentaires sur "Hydrogène vert : complexité des importations sous-estimée"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
wizz
Membre

50 EPR
ça ne prend pas beaucoup d’espace

Thibaut Emme
Admin

Un super tokamak…

wizz
Membre

la moitié des cyclistes de l’ex-équipe deutsche telekom…

Chobulbeps
Invité

ITER forever… je parle du temps de développement bien sûr…

Mwouais
Invité

Suffit de demander à des chinois et des japonais.

The Stig
Invité

Reste le rendement pourri à même pas 30% du puits à la roue, et le fait qu’il faut consommer de l’énergie pour conserver cet hydrogène… ça va droit dans le mur, mais il faut bien arnaquer les gouvernements pour piquer l’argent public.

SGL
Invité

« Production décarbonée d’hydrogène : un rendement de 90 % »
http://www.industrie-mag.com/article5237.html

Emmanuel
Invité
Vous avez lu l’article ? il faut de la vapeur d’eau à 150° puis de l’énergie électrique décarbonée l’énergie électrique n’étant pas chargée de créer la vapeur, juste de transformer à raison de 3.9 KWh électrique pour produire 3.6 kWh d’hydrogène Par contre l’énergie nécessaire à la vapeur ne compte pas ? Peut être est ce réalisé avec un four solaire ? C’est bizarre mais ça ressemble beaucoup à l’utilisation d’un EPR … encore plus étonnant : la « technique » provient du CEA et notre très coûteux président a laissé entendre qu’il autoriserait bien les 6 EPR voulus par EDF …… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin

Loin des autres considérations avec lesquels je suis ok, prenons les 120 milliards sur 60 ans de durée de vie.

Cela fait 2 milliards d’€ par an. Soit…+4 à +5 centimes de taxes sur les carburants par exemple 🙂

Emmanuel
Invité
Mais avec ces sommes il est peut être préférable de financer des études et l’industrialisation de technologies plus pérennes et moins dangereuses pour nos descendant à base de panneaux solaires, d’éolien, de four solaire … de biogaz à partir de déchets, de fabrication de bio carburants à partir de végétaux … parce que 120 milliards c’est la construction, ensuite il reste le coût de fonctionnement et la gestion des déchets à financer la cour des comptes a estimé que le coût de production de l’EPR allait être entre 120 et 130 € ht le MWh, c’est 3 à 4 fois… Lire la suite >>
wizz
Membre

Soit un EPR de puissance 1650MW
A chaque heure, il produit 1650MWh d’électricité, ou 1.65GWh
Une année entière non stop, il produira 14400GWh
Avec disons 10% de son temps à l’arrêt, pour maintenance et divers, il produira 13000GWh
En 60 ans de fonctionnement, il produira 780000GWh
780.000GWh
780.000.000MWh
780.000.000.000kWh
En augmentant de 1 centime le kWh, sur 60 ans, alors ça rapportera:
780.000.000.000ct
soit 7.800.000.000€

20 milliards d’euros, c’est juste 3 centimes d’augmentation du kWh
Est ce qu’une augmentation de 3cts, c’est beaucoup ou non? Actuellement, c’est quoi la différence du kWh entre la France et l’Allemagne….

wizz
Membre
maintenant, ça serait incroyablement crétin et incompétent si arrivé au 7eme exemplaire, ils feraient encore les même conneries que lors du premier ou deuxième réacteur… à moins que ce soit du sabotage de la part de certains employés qui seraient anti-nucléaire au fond d’eux https://www.bfmtv.com/sciences/une-vanne-de-l-epr-de-flamanville-montee-a-l-envers_AN-201309050031.html on a tous déjà bricolé sur la plomberie de sa maison, pour changer un robinet. On va à Castorama, achète ce qu’il faut, puis bosser chez soi. Même sur un simple robinet, un simple raccord, il est impossible de monter à l’envers, même en étant très débile. Alors, n’est ce pas incroyable qu’on puisse monter… Lire la suite >>
Amazon
Invité

20 milliards c’est Flamanville. ce sont les fournisseurs d’acier et de Béton qui s’empiffrent.

moins de 8M€ pour un EPR construit en Chine avec la techno française et qui produit déjà

Emmanuel
Invité
Techno franco chinoise, et pas uniquement française. et c’est parce que les chinois sont impliqués qu’EDF construit un EPR en UK. Areva c’est aussi engagé à produire le combustible en Chine, avec transfert de compétences. Sur les 4 autres centrales prévues sur le site, 2 autres devraient être des EPR, les deux dernières étant de technologie classique. D’après le rapport sur Flamanville, avant de démarrer les chinois ont étudié ce qui c’était passé sur les deux EPR précédents. Mais les délais n’ont pas été tenus (passage de 5 à 9 ans) ni le budget (8 milliards prévus, au final ce… Lire la suite >>
SGL
Invité

EPR de Flamanville est un prototype… Son prix ne peut pas être pris comme une référence.

Emmanuel
Invité

si l’EPR de Flamanville est un prototype qu’est donc l’EPR Finlandais ?
une maquette ? un échantillon ?
Si vous reprenez la communication de l’époque, l’EPR Finlandais a été vendu comme une évolution du nucléaire existant, puis devant l’incapacité d’Areva associé à Siemens à le construire c’est EDF qui a repris Areva et l’a transformé en prototype …
même topo avec Flamanville quelques années plus tard
Pour les EPR chinois : dépassement de 60% du budget, et 5 ans de retard … et pourtant les chinois n’ont jamais cessé de construire des centrales.

SGL
Invité

Pareil, l’un, ne peut servir de l’autre pour la mise au point et pour essuyer les plâtres, ils sont de la même époque.

« et pourtant les chinois n’ont jamais cessé de construire des centrales. »
Cela ne fait longtemps que les Chinois font des centrales nucléaires civiles (1991)

Emmanuel
Invité
Non, EPR Finlandais : contrat signé en 2003, début des travaux en sept 2005 EPR Français : contrat signé en 2005, début des travaux en 2007 Il y a 2 ans d’écart. Ces centrales n’ont jamais été présentées comme des prototypes, mais comme des têtes de série destinées à montrer aux clients potentiels le savoir faire d’Areva / Framatome / EDF C’est réussi 😉 La fait que la Chine n’ai jamais cessé de construire des centrale fait que les équipes savent gérer ce type de gros chantier. Et encore, 5 an de retard et 60% de budget supplémentaire, il y… Lire la suite >>
Amazon
Invité

60% de dépassement de budget c’est malheureusement classique avec les contrats publics. pour avoir les contrats, les privés font des offres les moins-disantes possibles avec des « trous » dans le contrats. et ils s’empiffrent sur les travaux supplémentaires, modifications, retards (c’est le maitre d’oeuvre qui est responsable même si le retard est imputable à un des sous-traitants).
bref le coût c’est d’abord des dépassements de temps, d’immobilisation d’équipes, de matériels.
pour Flamanville on approche les 300%….

SGL
Invité
Moui, enfin 2 ans dans l’industrie lourde, ce n’est malheureusement pas assez et ce n’est pas 100 % des équipes qui passent d’un chantier à un autre chantier d’EPR comme à l’époque Messmer des années 70-80 en France. Là, il avait l’effet de série. La « tête de série » était aussi le terme utilisé pour le porte-avions CDG, son « sister-ship » aurait dû coûter théorique de 30 à 50 % moins cher et dans des délais bien plus rapides… et il n’est jamais venu. On repartira avec un unique porte-avions « prototype » ou « têtes de série… Lire la suite >>
wizz
Membre
Prototype ou tête de série, c’est exactement la même chose : c’est être le premier exemplaire construit. On dit prototype quand ça reste dans le laboratoire, dans les bureaux R&D, chez un industriel, et sans être vendu Tête de série, c’est lorsque c’est acheté par un client, c’est être en exploitation commerciale Mais dans les 2 cas, c’est la même chose, techniquement. Les EPR finlandais, français et chinois sont tous des « prototypes ». Pour que le 2eme exemplaire et les suivants ne soient pas considérés comme prototype, il faudrait avoir terminé le premier exemplaire, de faire des réunions, des feedback, un… Lire la suite >>
SGL
Invité
Tout à fait @wizz, 99 % d’accord, mais juste une petite nuance. Le « prototype » n’est pas le matériel qui est destiné à rester au laboratoire… C’est le rôle du démonstrateur ou de l’appareil expérimental. Dans l’aviation, EAP est le démonstrateur du Eurofighter Typhoon, Rafale A est le démonstrateur des rafales de série. Dash 80 est le démonstrateur du Boeing 707 ou C-135, etc. Les Américains ont leurs avions X expérimentaux, donc pour les laboratoires, qui peuvent devenir des avions Y qui sont les prototypes en vue d’un développement vers les avions de série, les prototypes (tous) sont confrontés… Lire la suite >>
wizz
Membre

Prototype, démonstrateur ou appareil expérimental, c’est la même chose.

https://group.renault.com/wp-content/uploads/2014/09/800×452-blog.jpg
est ce que c’est un prototype, ou démo, ou…???

SGL
Invité
Non pas vraiment ce n’est pas vraiment la même chose… Un appareil expérimental permet de défricher des nouveaux domaines. Un Démonstrateur peut représenter l’avenir comme avec les concepts cars. Une Prototype sert pour la mise au point d’un appareil destiné à la production. C’est plus clair pour les avions, un North American X-15 est un Avion expérimental au même titre que le projet Fever de Renault sur R21 et break Laguna expérimentait la PAC H2… Voiture biplace. Un British Aerospace EAP est Avion expérimental démonstrateur destiné à déboucher sur une nouvelle génération d’avions de combat (futur Eurofighter Typhoon) comme le… Lire la suite >>
wizz
Membre

c’est pareil
faut arrêter de couper les cheveux en quatre, et de vouloir enculer les mouches tous les matins

-il y a le stade où c’est du développement, peu importe du comment on appelle la chose

-puis on arrive au stade où c’est validé, homologué, vendu, accessible aux clients

SGL
Invité
Non mais ce n’est pas grave @wizz, « c’est pareil » pour des non-spécialistes. Perso, je ne connais pas d’appareil expérimental débouché directement sur de la série… C’est presque radicalement l’inverse pour les prototypes qui servent à la mise au point en vue d’une mise en service. C’est immensément différent, la passerelle serait éventuellement le « démonstrateur » qui en fonction de l’avancement des technologies est plus ou moins proche de l’expérimentaux ou du proto. L’image de la Renault, est typiquement un « démonstrateur », pas vraiment un proto… Pas de série directe pas la suite… Pas vraiment expérimental, ça ne ressemble pas à… Lire la suite >>
SGL
Invité

De toute façon, l’Allemagne ferait bien de relancer son programme nucléaire…
Pour arrêter plus rapidement ses centrales thermiques, garantissant le respect de l’environnement et l’indépendance énergétique.

Emmanuel
Invité

« l’indépendance énergétique. »
quelle indépendance ?
il n’y a que 4 ou 5 pays qui produisent l’uranium.
c’est à dire moins que le pétrole ou le gaz naturel

SGL
Invité

Non mais dans le nucléaire, contrairement au pétrole, la source est multiple et ridiculement petite.
Pour la même puissance, le prix est 70 X moins cher.
C’est pratiquement impossible d’être en panne d’uranium.
On en avait déjà parlé, l’argument ne marche pas !

SGL
Invité

8 pays produisent en quantité de l’uranium + d’autres en plus petites quantités.
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/de/Uranium-ressources-2010.svg

Luc
Invité

L’energie la plus propre est celle que l’on ne consomme pas.

Amazon
Invité

le chocolat qui ne fait pas grossir est celui qu’on ne mange pas

Mwouais
Invité

Plus on invite du monde à sa table, plus il faut acheter des gâteaux.

Bizaro
Invité

« Elle est où la poulette? »

wizz
Membre

à part le pommier qui pousse au fond du jardin sans traitement, sinon ne pas consommer d’énergie, c’est ne rien consommer tout court., ne rien faire tout court. Tous les biens de consommation sont d’énergie. Il va falloir renoncer à beaucoup au niveau de vie qu’on mène

damien dambre
Invité

production avec un tres mauvais rendement.
infrastructures enormes a mettre en place.
pour moi, ca reste une mauvaise solution.

wpDiscuz