Accueil Audi Audi quitte un DTM plus que jamais en danger

Audi quitte un DTM plus que jamais en danger

69
23
PARTAGER
DTM

Sale temps sur le sport automobile ! C’est un gros coup dur qui survient pour le prestigieux championnat allemand de tourisme, avec le retrait d’Audi à l’issue de la saison 2020.

Revirement stratégique

En l’espace de deux ans, le DTM a subi successivement le départ de Mercedes, le retrait anticipé d’Aston Martin après le fiasco de la saison 2019 et désormais celui d’Audi, qui était un des piliers du « nouveau » DTM ressuscité en 2000.

A l’instar de ses consœurs Volkswagen et de Porsche, la firme aux anneaux réoriente sa stratégie compétition. A côté de la formule très rentable du compétition-client en GT3, l’engagement officiel d’Ingolstadt va désormais se focaliser sur l’électrique, et notamment la Formule E. C’est une page d’histoire qui se tourne pour le DTM et pour Audi, qui a marqué la discipline avec 23 titres (pilotes/constructeurs/équipes), 113 victoires et une lignée exceptionnelle de berlines entamée avec l’incroyable V8 Quattro, puis les TT-R et A4 des années 2000 jusqu’à l’actuelle RS5, archi-dominatrice de la saison passée.

Markus Duesmann, responsable du conseil de Management d’Audi AG, précise: « C’est une plate-forme très attractive (la Formule E, ndlr). Nous travaillons également sur d’autres formats innovants de sport automobile pour l’avenir (…) Nous espérons que cette situation difficile s’améliorera bientôt  et que nous aurons toujours la possibilité de participer à quelques manches de DTM cette année, ajoute Hans-Joachim Rothenpieler, membre du conseil de Développement pour Audi. Les fans méritent (ces courses) et ITR également, tout comme nos équipes, teams et partenaires, qui disposent à présent d’un délais suffisant pour se repositionner pour l’après-2020. Le sport automobile est et sera toujours un élément important de l’ADN d’Audi.»

Une formule en question

Voilà une bien mauvaise nouvelle pour Gerhard Berger, le président de l’ITR qui est en charge de la destinée du DTM. L’ancien pilote de F1, qui a été souvent très critique envers la Formule E, l’avait d’ailleurs mauvaise : « Aujourd’hui est un jour particulièrement difficile pour le sport automobile en Allemagne en Europe. Je regrette profondément la décision d’Audi de se retirer du DTM après la campagne 2020. Bien que nous respectons la décision du Comité d’Audi, l’annonce de cette nature à court terme pose à ITR, notre partenaire BMW et nos équipes un certain nombre de défis spécifiques.  Étant donnée notre association commune et les épreuves particulières que nous affrontons tous durant la pandémie de Covid-19, nous aurions aimé davantage d’entente. Cette décision empire la situation et l’avenir du DTM dépend à présent grandement de la réaction de nos partenaires et sponsors. »

Si la situation du Covid-19 est exceptionnelle et accélère sans doute les réorientations stratégiques des constructeurs, la pandémie n’explique pas tout. Le DTM semblait déjà engagé dans une impasse à court terme. L’hybride est prévu pour 2022 mais arrive peut-être trop tard. L’étiquette très germanique du championnat ne colle plus vraiment aux stratégies globalisées des marques. On le voit bien avec le futur LMDh, qui, en étant compatible à la fois avec le WEC et l’IMSA américain, est en train d’enterrer l’Hypercar. Pour en revenir au DTM, la nouvelle règlementation Classe 1, introduite en 2019 et qui a permis ce fameux rapprochement avec le SuperGT japonais, a induit une hausse des coûts qui n’est pas vraiment dans l’air du temps. Audi avait proposé que le DTM évolue vers une formule silhouette de type Nascar, avec moteur unique, mais c’était hors de question pour BMW.

Évolution vers le GT ?

Comme l’a également souligné Hans-Joachim Stuck, observateur éclairé du sport auto allemand, le problème de la Classe 1 est que ces véhicules ne sont exploitables que dans deux séries (DTM et  SuperGT) et sont trop sophistiqués pour être confiés à des structures privées, comme les voitures TCR.

Stuck a suggéré que le DTM délaisse la Classe 1 et se rabatte sur le GT3. La formule bien rodée du GT3 permet d’engager les voitures dans un nombre très vaste de championnats de par le monde, ce qui est en adéquation totale avec les exigences marketing et budgétaires du sport automobile actuel. Mais à ce compte là, le DTM s’éloignerait totalement du tourisme (certains rétorqueront que c’est déjà le cas avec les Classe 1, plus proches en performance des GT que des TCR) et pourrait y perdre son âme. La concurrence des championnats GT3 bien établis et notamment du fameux VLN en Allemagne ne risquerait-elle pas de marginaliser le DTM, à moins qu’il s’agisse de GT3 débridées ?

Autre piste possible, le DTM prospecte aussi depuis quelques mois sur une variante tout-électrique spectaculaire et futuriste. Berger a été longtemps réticent à cette évolution de la compétition, mais, par la force des choses, sa position va sans doute évoluer. De quoi concurrencer la Formule E qui vient de lui chiper Mercedes et Audi ? Là aussi, les coûts seront déterminants.

Coup de grâce ?

Bref, il est clair que l’avenir du DTM s’obscurcit considérablement. BMW se retrouve désormais tout seul, et, sans nouveaux constructeurs en approche, c’est l’existence même du championnat qui est en sursis. On voit mal comment la firme bavaroise accepterait de se retrouver à gagner toute seule dans un championnat déserté, à l’image de ce que vit Toyota en WEC. En 1996 déjà, l’explosion des coûts des DTM « Classe 1 » (déjà) et le retrait brutal d’Alfa Romeo et Mercedes avaient signé l’arrêt de mort de l’ITC.

FIA-GT, ITC, WEC, DTM, même combat, l’histoire du sport automobile le montre. Quand un championnat est directement lié à l’engagement officiel de constructeurs, une vague massive de départs le menace de disparition pure et simple. A qui le tour ? Pour beaucoup de championnats, il va falloir se réinventer ou disparaître.

 

Source : Audi, DTM news

Poster un Commentaire

23 Commentaires sur "Audi quitte un DTM plus que jamais en danger"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thibaut Emme
Admin
Le DTM a perdu son âme en se relançant il y a 10 ans avec des 100% protos. Rendez-nous les voitures stocks préparées pour la course comme au début des années 90. Le GT3 s’est bien, mais il faudrait lâcher un peu les chevaux pour avoir une catégorie GT3++. Surtout, il faut du spectacle et non du tourniquet avec des performances lissées. Que les voitures aillent très vite on s’en fiche, les coups de portières et les freinages « de trappeur » sont bien plus intéressants. J’ai l’impression que comme bien d’autres avant lui, et encore d’autres maintenant et à venir, le… Lire la suite >>
polo
Invité

Il me semble que c’est prévu avec le retour du GT1/GT2 avec des GT3 « débridées ». Pour le DTM ce n’est pas vraiment une surprise on le sait que c’est un championnat « cher » sauf que tant qu’il y avait des engagés ça ne posait pas de problème.

Gustave
Invité

d’ou le succès sur youtube des videos du DTM des années 90,91,92, etc… Des BMW M3, Audi V8 et Mercedes 190 bodybuldéés mais simples avec du spectacle sur la piste….et des tribunes pleines !
car depuis ces dernières années, le public commençait à déserter les tribunes (hormis au Norisring, circuit mythique) et pourtant le dtm met le paquet pour les spectateurs 😉
Je n’ai jamais compris pourquoi le dtm actuel n’est pas fait une manche sur le grand nurburg, histoire de marquer le coup !

wizz
Membre

Le grand nurburgring, c’est plus de 20km, plus de 6 minutes par tour

Tu es quelque part sur le circuit, peu importe où. Grosso modo pour toi, c’est « vroumvroumvroumvroumvroumvroumvroum… » puis 6 minutes de silence puis « vroumvroumvroumvroumvroumvroumvroum… » puis 6 minutes de silence….

Voilà une des raisons pour lesquelles les ovales sont très appréciés par les spectateurs américains…(sauf si on fait un ovale de 50km)

Gustave
Invité

euh, tu connais le VLN ? 🙂 les 24h du Nurburgring ? 🙂 Tu es au courant que le WTCR roule sur ce circuit ? 🙂

wizz
Membre
Oui Gustave. Oui, je suis au courant. Et ça changerait quoi pour le DTM? Oui Thibaut. Mais le DTM sur le Nurbu, ce n’est pas Lemans et ses 24h Au Mans, il y a une soixantaine de voitures, de diverses catégories, sur 13km seulement. Rapidement, la file de voitures s’étire pour occuper le tour sur toute sa distance. Rien qu’en LMP1, il y a tellement de différence de perf entre une écurie d’usine Audi et une écurie privée… En DTM, il y a une vingtaine de voitures. Le DTM est « presque » du monotype, tellement les véhicules sont proches en performance,… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
@Wizz : ah mais oui. Mais la comparaison avec les ovales était louche 😉 sur les ovales, les courses font 200 miles min non ? Souvent plus, bien plus (500 miles d’Indianapolis par exemple). Ici, 50 tours à peine. Le WTCC sur le grand Nürb c’était ridicule…3 tours, des pneus qui pètent. Mais bon en WTCC y avait 3 pelés dans les tribunes. A part qq courses comme le Portugal (gratuit pour le tour du circuit et en ville) le WTCC faisait pas recette. Même pour le téléspectateur, le Nurb c’est pas drôle, car c’est « impossible » de doubler, sauf à… Lire la suite >>
wizz
Membre
Pourquoi ma comparaison avec les ovales serait louche? Voilà ce que je disais « Voilà une des raisons pour lesquelles les ovales sont très appréciés par les spectateurs américains…(sauf si on fait un ovale de 50km) » Les ovales sont courts. La plupart font moins de 3km, et on peut voir l’intégralité du circuit. Le plus grand d’entre eux, celui d’Indianapolis fait 4km, et le tour se fait en 40 secondes. « vroumvroumvroumvroumvroum » et dans le pire des cas, au départ lorsque toutes les voitures sont regroupées, en moins de 30 secondes, on voit déjà les voitures revenir dans une des… Lire la suite >>
Gustave
Invité

le dtm a rouler sur le grand nurburgring avant, c est pour ça que je disais ca ! et le spectateur peut suivre la course en live, sur le circuit et sur son écran 🙂
et pour le championnat, le nurb est bien plus connu que certains autres circuits en allemagne, sans compter les pilotes qui adorent ce circuit

Thibaut Emme
Admin
@Wizz : oui et non 🙂 Oui, quand on prend une course comme feu le WTCC ou maintenant le WTCR qui ne fait que qq tour (en explosant les pneus au passage…) de la Nordschleiffe. Mais quand on fait de l’endurance, alors les véhicules se répartissent sur tout le circuit. Prenez le Circuit de la Sarthe, 13 km et qq. Au départ, oui on attendre 3 min 25 pour revoir les premiers (et revoilà la sous-préfète !). Mais très vite, le différentiel de temps au tour fait que l’on a des voitures sur tout le circuit. En gros, une LMP1… Lire la suite >>
Gustave
Invité

ce qui est amusant au mans, c est que parfois…toutes les voitures de ttes les catégories sont au même endroit au même moment du côté d’arnage ou mulsanne:)

polo
Invité

Sinon ils peuvent passer au TCR, c’est certes moins spectaculaire mais c’est du tourisme.

JM 30
Invité
En Allemagne, il y a déjà un « TCR Germany », et si le DTM devait disparaître une 2e fois, peut-être que cette compétition deviendrait un refuge, comme l’avait été la coupe STW dans les années 90 (connue chez nous par le passage victorieux de Peugeot avec Aiello). ça fait un moment que ce DTM ne m’enthousiasmait pas, très aseptisé, avec des voitures fragiles en cas de contact, des commissaires ultra-présents… Et son assise n’avait pas de sens: on on fait un championnat d’Allemagne qui reste chez lui ou un championnat d’Europe, alors que là, difficile d’expliquer à un néophyte à quoi… Lire la suite >>
AXSPORT
Invité

Pour finir en 4 cylindres……

frederic Euvrard
Invité

en DTM le L4 est la norme… même chez BMW

AXSPORT
Invité

Et pourquoi pas en mono-cylindre…..

Admin

Oui enfin bon il faut voir les choses en face : les 4 cylindres 2 litres en question sont des purs moteurs de course, et tapent 600 chevaux et plus. Ce sont des chefs d’oeuvre d’ingéniérie qui défoncent les V8 de la génération précédente…

wizz
Membre

BTM
BMW Tourenwagen Masters

gigi4lm
Invité

Autrefois le sport auto (toutes formules confondues) était le terrain de jeu des « garagistes ».
Ça fonctionnait avec beaucoup d’essence mais surtout beaucoup de passion.
Aujourd’hui les constructeurs règnent en maître et les motivations sont différentes.
Ça fonctionnent avec beaucoup moins d’essence mais beaucoup plus d’argent. Tellement d’argent que leur « passion » ne se conjugue qu’avec la marketing.
Les constructeurs ne parlent pas de sport mais de business.

Rowhider
Invité

Ben faut se rappeler que la raison d’être d’un constructeur est de vendre des voitures.
Le sport automobile, n’est jamais pour eux qu’une vitrine publicitaire, donc si le retour sur investissement n’y est pas: ils se barrent.
Quelque soit la catégorie, l’engagement d’un constructeur est à double-tranchant: arrivée des publicistes, retombées tv, mais explosion des budgets, concurrence déloyale…
Suffit de voir les pratiques de Audi en Formule E

Thibaut Emme
Admin

WTCC, WRC, WRX, WEC…quelques championnats récemment « pourris » par l’arrivée de gros concurrents qui sont repartis après quelques saisons.

La Formule E arrive pour l’instant à maîtriser plus ou moins les choses en obligeant à utiliser une voiture à 90% identique.
Mais elle y viendra, à coup sûr.

wpDiscuz