Accueil Nostalgie Le garage Rédélé (Alpine) à Dieppe va être détruit

Le garage Rédélé (Alpine) à Dieppe va être détruit

8656
40
PARTAGER
Rédélé garage Dieppe

Le garage Renault du 33 de la rue Thiers à Dieppe, c’est le garage de la famille Rédélé. Ce garage historique qui a vu naître Alpine va bientôt céder la place à des immeubles d’habitation.

C’est via le journal Paris-Normandie que l’on apprend cette – triste pour les passionnés – nouvelle. Si le garage est fermé depuis 2014, il représente tout de même un pan de l’histoire industrielle de la ville de Dieppe, mais aussi de l’industrie automobile française.

Sauf que, les habitants se contrefichent de l’histoire industrielle comme la citation rapportée par Paris-Normandie en témoigne : « C’est une verrue au cœur du quartier, j’espère que ce projet immobilier donnera de la plus-value à cette partie de la ville ».

Selon le journal, une partie du garage va donc être détruit. Il va laisser la place à « quatre bâtiments d’habitations totalisant pas moins de 100 logements et commerces en rez-de-chaussée, de 69 chambres en résidences services et d’un parc de stationnement de 97 places en sous-sol et 73 en surface ». Pour la Mairie, c’est l’aboutissement de plusieurs années, à quelques semaines des élections municipales.

Depuis, le garage Renault (groupe Gueudet) a déménagé pas très loin. Il est de l’autre côté des voies ferrées, à 500 m à vol d’oiseau, dans une concession sans âme qui ressemble aux quatre ou cinq autres concessions automobile du coin. Le promoteur des nouveaux ensembles immobiliers promet de conserver la façade « art-déco » (cachée en partie pour l’instant), mais rien de concret n’est encore arrêté. D’ici à ce qu’elle disparaisse discrètement dans une prochaine version du projet…

Usine Bleriot Aéronautique Suresnes

Des précédents

La France n’aime pas son industrie, ni tout ce qui peut lui rappeler son passé glorieux. Comme s’il était honteux d’avoir eu une grande industrie. Quand on pense usines ou bâtiments industriels détruits, on peut citer tous les constructeurs automobiles ou camions qui existaient à l’ouest de Paris : l’usine Citroën quai de Javel, de Dion-Bouton à Puteaux, La Licorne ou Berliet à Courbevoie, etc. Ou même le symbole de l’Ile Seguin, rasée sans plus de sentiments.

Hors automobile, citons les usines Blériot Aéronautique à Suresnes, détruites il y a quelques années et dont ne subsistent que deux morceaux posés devant le nouveau bâtiment appelé ironiquement « Le Blériot » (cf. illustration). Enfin, comment ne pas parler du « Hangar Y » à Meudon. Hangar qui a vu des dirigeables y être construits et qui a pourri pendant plus de 40 ans. Grâce à la mobilisation de quelques uns, il devrait être réhabilité et transformé en partie en musée sur les dirigeables (le « La France », premier ballon dirigeable français y a été construit) et en espace de « co-working ». Le prix à payer sans doute pour voir ces morceaux de patrimoine ne pas tomber sous les coups des bull-dozers.

Et des contre-exemples

Un des contre-exemples (il y en a), ce sont les filatures Normant à Romorantin, devenu usine Matra, puis laissées en partie à l’abandon. La municipalité y fait une rénovation urbaine tout en préservant une partie du patrimoine industriel. L’ancienne salle des métiers à tisser Normant (montage moteur et contrôle retouches sous Matra) a été conservé et transformée en un centre des expositions qui met en avant ce passé industriel. Quant à la porte dite Normant ou des Béliers, elle est en train d’être restaurée pour accueillir le service urbanisme et les archives de la ville.

Quant au garage Rédélé à Dieppe, il aurait pu devenir musée, rappeler l’histoire industrielle du quartier, qui en a fait sa richesse, avant de devenir « une verrue » comme l’appelle cette habitante sans doute totalement ignorante de ce passé. Il n’a pas pour lui d’avoir 200 ans, ou d’avoir été construit par un ingénieur de renom (comme François Hennebique pour les usines Normant).

Illustration : Google Street View

Poster un Commentaire

40 Commentaires sur "Le garage Rédélé (Alpine) à Dieppe va être détruit"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
koko
Invité

À l’île Séguin, je crois qu’ils ont conservé le fronton de l’entrée au niveau du pont en témoignage du passé.

philippe
Invité

C’est le fronton de la pointe amont qui est conservé. Il a été déplacé et attend d’être replacé.

SGL
Invité

Dommage

SAM
Invité
Dans l’avant projet ils montrent qu’ils vont garder le bâtiment d’entrée et lotir le reste. La Tour Eiffel est un patrimoine industriel! Le Grand Palais aussi … disons que la France comme l’Italie ou l’Espagne… les pays latins (pour ne pas dire catholiques) ont une vision de château du patrimoine bâti! C’est soit une église, soit un château, soit un hameau … Différents des pays anglo-saxons (pour ne pas dire protestants) pour qui le travail et la réussite sont un témoignage fort du divin et sont donc valorisés. La dernière guerre a aussi convaincu allemands et britanniques a gardé ce… Lire la suite >>
zeboss
Invité

PEUGEOT cache son passé ?
le musée de l’aventure à Sochaux c’est quoi ?
Citroën et Renault, oui, (Citroën développe à Aulnay…)

philippe
Invité

La question du musée Renault est restée longtemps taboue du fait du passé collaborationniste de Louis Renault. Désormais c’est révolu et l’histoire de Renault ces 75 dernières années est plus riche que celle des 47 premières. Il semble que la décision soit prise d’un musée. Bien-sûr la collection peut se déplacer, Mercedes extrait parfois des 300SLR pour tel ou tel évènement. Pour en revenir à la collaboration, les années nazies sans être mises en avant ne sont pas pour autant occultées dans le musée de Stuttgart, elles ont représenté 12 ans de l’histoire de la maison.

DiZeL
Invité

Et puis patrimoine… il y a une différence architecturale entre le Grand Palais (resté longtemps à l’abandon) et ce que je peux voir sur la photo de ce garage. Je préfère mille fois que la marque Alpine renaisse durablement plutôt que ce tas de parpaings soit épargné.

SAM
Invité

@Dizel. Un bien patrimonial ne doit pas être « beau ». Un bien immobilier patrimonial peut avoir une valeur historique, scientifique/technique, mémorielle, architecturale, affective. Pour le coup vous collez bien à la vision « latine » du patrimoine … la flamboyance comme maître mot. Il n’y a pas que Versailles dans la vie. Alpine peut ne sortir que l’actuelle A110 puis disparaître de nouveau pour réapparaître dans une vingtaine d’années avec un beau projet. N’est-ce pas cela la philosophie de la marque plutôt que de vouloir à tout prix la faire perdurer en la faisant passer par la case SUV.

DiZeL
Invité
@SAM : Beau, on s’en fout. Avoir un intérêt architectural ou technique, oui. Quel est l’intérêt de ce tas de parpaing ? Les premières Alpine y sont nées, ok, mais à part ça ? Est ce que l’outillage, les modèles, les maquettes de l’époque existent encore ? Et quand bien même, les voir là ou dans un autre musée, ça changerait quoi ? Un exemple que j’aime bien : l’usine Menier de Noisiel : on peut y voir encore toute l’ancienne installation hydroéléctrique en place sur la Marne. Ca oui, ça me parle. On se rend bien compte de comment… Lire la suite >>
DiZeL
Invité

(et à Versailles je préfère de loin Vaux le Vicomte)

DiZeL
Invité
@Thibaut : à ce compte là on ne détruit plus rien. Je suis navré quand un haut fourneau ferme, mais maintenir le site pour l’âme des ouvriers, c’est du sentimentalisme. En garder un ou deux comme témoin de comment étaient conçu et fonctionnaient ces sites, ça suffit. La mine de Lewarde dans le Nord me suffit, ça ne me choque pas que les autres sites de la région aient été détruit. Si un jour la Tour Montparnasse est détruite, comme souvent évoqué, est ce que tu protesteras au nom de l’âme des dizaines de milliers d’employés de bureaux qui y… Lire la suite >>
DiZeL
Invité
Je connais plus l’est parisien où il y a plein d’exemples de rénovation d’usines ou d’atelier pour en faire « des lofts à bobos » (Montreuil, Ivry…). Toutes les boites que j’ai visité ou où j’ai travaillé, dans ce genre de chouettes locaux avec poutres et poulies apparentes et grandes verrières 1920 sont des horreurs à loger, à chauffer et à refroidir. Et pourtant c’est bien plus simple à rénover qu’un haut fourneau. Et désolé mais vraiment, pour moi le garage Rédélé où auraient été conçu les premières Alpine (et encore pas sur vu ce que je lis plus bas) m’émeut aussi… Lire la suite >>
zeboss
Invité
@TE : dans ce cas merci de m’expliquer pourquoi nombre de personnes qui pleurent ces tas de cailloux (qui n’ont en fait abriter que la première usine Alpine et non l’endroit de la création de la marque cf autres commentaires) n’assume pas de vivre dans certains centres villes dans les vieux murs ? ils ont pourtant une âme, des générations d’humains se sont reproduites là, nées même avant la systématisation des maternités.. Sont morts aussi au passage… Bref accorder une valeur sentimentale à chaque pierre de ce monde fini par figer le paysage dans un néo conservatisme que n’avait pas… Lire la suite >>
SGL
Invité

Comme pour la maison jaune à Arles !?
😉

Mwouais
Invité

@Dizel, tout à fait d’accord qu’un patrimoine industriel est intéressant quand il dispose d’une valeur architecturale, technique ou émotionnelle suffisante.

Un garage même berceau de Alpine aurait pu ne pas avoir cet intérêt et l’image d’illustration présentant une architecture fonctionnaliste limite un courant art deco visible sur les archives présentes sur le site des AlpInsistes.

Sur leur site toutefois aussi une illustration du projet qui réhabilite pas si mal la façade laissée jusqu’ici à l’abandon : «  Le promoteur va conserver et mettre en valeur la façade qui est aujourd’hui cachée ».

greg
Invité

D’accord avec Mwouais. L’ aspect industriel seul ne suffit pas, il faut aussi des criteres architecturaux par exemple.

zeboss
Invité
Tas de parpaings ? pas encore, lol. Sinon d’accord sur le fait qu’on n’est pas toujours sur que la première des premières fut ici conçue, la valeur émotionnelle prime sur la structure industrielle, sinon il faudrait conserver toutes les usines anciennes, dans leur jus (déjà qu’on est pas toujours les champions de la modernisation des process, alors s’il faut coudre sur les machines du XIXieme siècle par respect des anciens….). Ça nous parle, mais la mémé elle elle s’en fout comme certainement son arrière petite fille et puis pour les pèlerinages, on a Lourdes… Donc si le bâtit a une… Lire la suite >>
nouh
Invité

Un garage en centre ville , peu importe son histoire, reste un garage et n’a aucune valeur ni de patrimoine et encore moins historique.
Raz le bol de toujours vivre, imposer des règles venant du passé et qui le plus souvent coutent à la société.
Alpine n’est plus qu’un badge pour Renault et M. Redelé n’est pas vraiment mis en avant à Dieppe ou ailleurs et je ne pense pas que garder un garage immonde en plein centre ville renforce son histoire et surtout la passion qu’avait ce monsieur pour l’automobile!!!

Jean Guicheteau
Invité

Ce garage n’a aucune valeur architecturale et patrimoniale, sauf le fronton d’entrée qui pourrait être gardé avec une plaque rappelant les prouesses de l’ancien propriétaire…

beniot9888
Invité

Tout à fait d’accord.

« « une verrue » comme l’appelle cette habitante sans doute totalement ignorante de ce passé »

Ignorante ? Ou peut être qu’elle n’en a rien à fiche ? On serait sur Leblogmachineàcoudre, il y aurait des gens pour pleurer devant la destruction d’une ancienne usine Singer. Pourtant, la majorité des « ignorants » n’en auraient rien à faire.

wpDiscuz