Accueil Personnalités Ghosn arrivé légalement au Liban ne sera pas poursuivi selon Beyrouth

Ghosn arrivé légalement au Liban ne sera pas poursuivi selon Beyrouth

1280
29
PARTAGER

Carlos Ghosn, ancien patron déchu de Renault et Nissan est arrivé légalement à Beyrouth. C’est en tout cas ce qu’affirment les autorités libanaises.

Ghosn entré légalement au Liban selon Beyrouth

Carlos Ghosn est entré légalement au Liban, où il ne sera pas inquiété par la justice, a fait savoir mardi 31 décembre la Direction générale de la sûreté générale libanaise, citée par l’agence de presse libanaise NNA.

« Il importe à la Direction générale de la Sûreté générale de confirmer que le citoyen est entré au Liban légalement et qu’aucune mesure n’impose une action contre lui ou de le soumette à des poursuites judiciaires« , peut-on lire dans un communiqué publié par la SG.

Selon le journal libanais, An-Nahar, le ministre libanais des Affaires présidentielles, Salim Jreissati, aurait affirmé que Carlos Ghosn était entré légalement au Liban avec un passeport français. « Je n’ai aucune information sur les circonstances du départ de Carlos Ghosn au Japon. Tout ce dont nous disposons, c’est qu’il est entré légalement au Liban via l’aéroport Rafic Hariri en utilisant son passeport français et son identité libanaise« , a ainsi déclaré l’homme politique libanais.

Le journal britannique The Telegraph affirme également que l’ancien dirigeant aurait reçu l’aide d’une société de sécurité et était en possession d’un passeport français lorsqu’il est entré au Liban via la Turquie.

« Il est important de préciser qu’un Libanais peut entrer au Liban muni uniquement de sa carte d’identité libanaise »  précise le journal franco-libanais L’Orient Le Jour.

Ghosn confirme son arrivée au Liban

Ghosn a annoncé mardi avoir fui le Japon – où il était pourtant maintenu en résidence – pour le Liban. Ses arguments : il dit refuser d’être «otage» d’un système judiciaire japonais «partial», lequel l’accuse de malversations financières.

Beyrouth constitue une destination on ne peut plus stratégique pour Ghosn. En s’y réfugiant, Carlos Ghosn limite très fortement le risque d’être renvoyé à Tokyo. Selon le ministère japonais de la Justice, le Japon n’a pas d’accord d’extradition avec le Liban. Les autorités japonaises peuvent toutefois émettre un mandat d’arrêt international. Le cas échéant, l’ancien dirigeant devrait demeurer au Liban et ne pourrait pas se rendre dans les pays ayant un accord d’extradition avec le Japon.

Une source aux Affaires étrangères libanaises a toutefois assuré à l’AFP que le Liban n’avait reçu, pour le moment, « aucune correspondance ou requête du Japon concernant M. Ghosn ».

En cas d’un possible recours à Interpol,  le nom de Carlos Ghosn serait communiqué aux frontières des pays membres pour réclamer une arrestation. « Mais Interpol ne peut pas le faire arrêter par la force, ou imposer une quelconque décision au Liban« , rappelle l’ancien ministre de la Justice libanaise et expert juridique Ibrahim Najjar.

Le Liban « bastion du détournement de Ghosn » selon la justice japonaise

Selon le quotidien japonais Asahi Shimbun, le parquet de Tokyo considère le Liban comme « un bastion du détournement présumé par Ghosn des fonds de Nissan pour son usage personnel ».

Le journal affirme ainsi que Phoinos Investments, qui possède la maison de l’ancien patron à Beyrouth – achetée 9,5 millions de dollars – serait une société-écran.

Il évoque au total une quarantaine de sociétés-écrans enregistrées à Beyrouth et ayant un lien avec Carlos Ghosn. Figurent parmi elles la société Good Faith Investments (GFI), par laquelle auraient transité 15,3 millions de dollars en provenance d’une filiale de Nissan établie aux Émirats arabes unis.

Stupeur, émotion et soutien au Liban lors de l’arrestation de Ghosn

L’interpellation de Ghosn à Tokyo en novembre 2018 avait provoqué la stupeur parmi ses amitiés et connaissances libanaises ainsi que dans les milieux officiels, qui avaient alors insisté sur son innocence. Sur les réseaux sociaux, des photos avec la mention « Innocent » s’étaient même multipliées. Certains libanais avaient toutefois stigmatisé une vague émotive de solidarité en dépit d’accusations « graves ».

Carlos Ghosn se rendait régulièrement au Liban, investissant ces dernières années dans la viticulture et le secteur bancaire. Ceci pouvant expliquer cela …

Le 27 novembre 2018, le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, avait convoqué l’ambassadeur du Japon à Beyrouth, Matahiro Yamaguchi, pour lui faire part de « points d’interrogations qui entourent les circonstances de l’arrestation de M. Ghosn et les conditions de détention ».

« Le phénix libanais ne sera pas brûlé par le soleil du Japon », avait assuré de son côté le ministre de l’Intérieur, Nohad Machnouk.

En décembre 2018, reprenant les termes du slogan « nous sommes tous Charlie », né quelques heures après l’attentat perpétré dans les bureaux de Charlie Hebdo à Paris le 7 janvier 2015, une campagne en faveur du dirigeant incarcéré au Japon avait vu le jour au Liban, pays d’origine de Carlos Ghosn.

Ghosn, un franco-libanais-brésilien

D’origine libanaise, le grand-père paternel de Carlos Ghosn,  émigre au Brésil à l’âge de 13 ans avec ses parents. Son fils  épouse une femme  d’origine libanaise et s’installe à Porto Velho, ville où Carlos Ghosn voit le jour en 1954.
La famille quitte ensuite le Brésil pour le Liban, le jeune Carlos, alors âgé de 6 ans étant confronté à des problèmes de santé. À l’âge de 16 ans, il arrive en France où il poursuit de brillantes études. Ce qui en fait de lui un franco-libanais-brésilien.

En 1996, à 42 ans, Carlos Ghosn rejoint Renault, l’année de la privatisation. Le PDG de l’époque, Louis Schweitzer, avait décelé en lui un successeur potentiel. Ce dernier, qui avait dirigé le cabinet de Laurent Fabius à Matignon de 1984 à 1986 avant de faire carrière chez Renault,  lui conseilla de demander la nationalité française pour éviter toute polémique. Ce que fit Ghosn sans se faire prier.

Notre avis, par leblogauto.com

Enième épisode d’une histoire plus que rocambolesque. Et qui est loin d’être finie. D’autant plus que Ghosn arrive dans un Liban confronté à de très importantes difficultés politiques et financières. Le pays est en effet plongé dans la plus grave crise économique depuis la fin de la guerre civile.
Certains libanais le voient même comme un sauveur alors que des velléités politiques lui avaient été prêtées lors de la précédente élection présidentielle. Quoi qu’il en soit l’ancien dirigeant dispose de bien précieux appuis – et placements – au Liban, ce qui pourrait faire sa force.

Plusieurs sondages ont été mis en ligne sur Twitter pour demander aux internautes libanais s’ils souhaitent que Carlos Ghosn devienne ministre ou gouverneur de la Banque du Liban indique par ailleurs le media franco-libanais L’Orient Le Jour.

Sources : Reuters, NNA, AFP, Presse libanaise, JDD, Asahi Shimbun

Poster un Commentaire

29 Commentaires sur "Ghosn arrivé légalement au Liban ne sera pas poursuivi selon Beyrouth"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Motörhead
Invité

Ben qu’il reste là-bas le Libanlouche, qu’il ne sorte pas d’un pays grand comme un mouchoir,

Nestor
Invité

Lorsque Carlos a posé le pied à l’aéroport Rafic Hariri , le ministre de la justice japonaise aurait du se faire hara-kiri.

Fabi35
Invité

Ça prouve qu’il a été aider par le Liban …. Carlos président Carlos président ( je l’ai mis en français car je ne parle pas libanais)

Mwouais
Invité

Avoir un président intègre serait une bonne chose au Liban. Carlos Ghosn donc ?

Le peuple sait choisir ses dirigeants en toute confiance, c’est rassurant !

Comme quoi, le succès d’un joueur de foot ou d’un grand patron despote permet d’accorder le peuple sur un espoir de succès,… triste.

gigi4lm
Invité

Carlos Ghosn pr&sident du Liban. Comment se passe une éventuelle visite officielle ou un sommet de chefs d’état au Japon ?😀

SAM
Invité

@gigi4lm. Oui président! Les libanais n’ont pas assez souffert?
Alors Carlos est capable de dénigrer un pays démocratique car il a peur de purger une peine … et se pose en défenseur des droits de l’homme dans un pays qui est corrompu et diriger par des despotes.
Ces despotes sont ses amis! L’homme providentiel vous-dis-je!
L’autre Carlos bientôt président du Portugal?

Louis Schweitzer doit se dire qu’il a bossé avec un !

SGL
Invité

Carlos Ghosn… Futur dirigeant du Liban !?
Non ? 😉 😀

SGL
Invité

Ou patron d’une nouvelle marque automobile 100 % brésilienne… ?

wpDiscuz