Accueil F1 F1 2019 Russie Debrief: Des tensions chez Ferrari?

F1 2019 Russie Debrief: Des tensions chez Ferrari?

1260
4
PARTAGER

Un grand prix de Russie qui nous aura offert son lot d’enseignements. Comme d’habitude selon Claude François nous reviendrons sur le contenu de cette course, la capacité de Mercedes à récolter un nombre conséquent de points sans avoir la meilleure voiture. Les échanges grotesques de Ferrari à savoir qui doit être devant. L’importance des différentes voitures de sécurité dans la stratégie de course, et la solidité retrouvée des Mclaren. Si vous avez raté la course prévue plus tôt que d’habitude, la faute au repas de famille du dimanche midi, le résumé.

Une des meilleures courses à Sotchi.

La piste russe nous a offert un spectacle assez limité au fil des années avec une mention spéciale à la course de l’an dernier qui fut d’un ennui abyssal. Pour 2019, ce ne fut pas un superbe cru, mais la course, rythmée par la voiture de sécurité (réelle ou virtuelle) a provoqué des changements de stratégies et de l’action en piste. Il peut se passer tous les événements possibles, à la fin c’est une Mercedes qui gagne.

A noter aussi, que les pneus surchauffaient rapidement, ce qui a bloqué certains pilotes derrière d’autres lors des différents relais.

Le ridicule sauce Ferrari

Bon les combines pour être 1 et 2 au virage 2, pourquoi pas, autant profiter de l’opportunité. Mais disputez-vous proprement la tête de la course! On a eu droit à quinzaine de tours d’échanges tous plus aberrants les uns que les autres. Personnellement, c’est une succession de ouin, ouin, ouinouin… Les pleurnicheries en vidéo.

Un vrai problème de communication chez Ferrari, sur lequel il faudra se pencher. Sinon j’ai une recommandation, arrêtez les combines foireuses et pilotez!!

Revenons à la performance brute. Vettel avait un rythme de course supérieure à Leclerc, dont les réglages semblent plus orientés qualifications. Ce qui souligne encore plus l’hérésie de l’échange de positions du début de course. La victoire à Singapour semble avoir fait beaucoup de bien à Vettel. Quel premier relais!

Mais le karma en a décidé autrement, la fiabilité frappant Ferrari (problème de MGU-K) et sa stratégie d’échanges de position au pire des moments. Une VSC et un arrêt gratuit de la concurrence plus tard… et 43 points en deviennent 15.

La course se termine avec une seule Ferrari en course sur la plus basse des marches sur le podium. Fernando, un commentaire?

Pour résumer, Ferrari veut optimiser ses stratégies façon Mercedes, mais possède deux coqs dans sa basse-cour ce qui complique fondamentalement les choses.

Recette d’optimisation de points par Mercedes.

Toto nous a préparé une recette croquante, douce et délicieuse pour ramener un max de points, pour deux pilotes. En voici les ingrédients. Une stratégie décalée, un choix de pneus différent, une voiture de sécurité, beaucoup de « blessed » et chance. La recette est simple, vous mixez le tout pendant 53 tours, vous saupoudrez  de talent et vous avez un doublé inespéré.

Hamilton, fidèle à lui-même, solide sur le premier relais avec un pic à six secondes de Vettel. Sa capacité à rester devant Sainz au premier virage fut primordial dans la stratégie Mercedes. Il n’y a qu’à voir le temps perdu par Bottas derrière Sainz. Certes il n’est pas revenu sur le peloton de tête après coup. Merci la Russie pour ce « petit » coup de chance. Cela mérite bien un petit câlin.

Mercedes a cette chance du champion associée à une capacité à maximiser chaque weekend de course (à quelques exceptions près). Ils sont capables de l’emporter sans avoir la meilleure voiture.

Une remontée qui cache la forêt?

Red Bull fait partie des équipes ayant maximisées son nombre de points ce weekend, mais force est de constater que Red Bull était loin en performance pure ce weekend. En partant de loin, les deux Red Bull ont foncé tête baissée, tels des taureaux énervés. Max a remonté assez facilement, mais la Red Bull n’avait pas les moyens de faire mieux.

Alex Albon a joué à la remontée en partant des stands, pour finir P5. Certes bien aidé par la voiture de sécurité du milieu de course. Il s’est permis quelques manœuvres bien senties, dont l’une sur Gasly.

Mais les Red Bull semble en retrait et incapable de jouer la gagne. La prochaine course au Japon sera intéressante. Honda fera tout pour fournir les éléments nécessaires à Red Bull pour bien y figurer.

Mclaren, une annonce et un weekend solide, what else?

Une double arrivée dans les points, alors que la voiture de sécurité est arrivé au plus mauvais moment pour eux. Ils ont bien résisté aux pilotes en pneus tendres neufs avec leurs pneus usés.

Que départ de Sainz! il est arrivé à la hauteur de Lewis. Il a enfin cassé la spirale négative. Pour Carlos, tout cela n’est qu’une « smooth operation » menée par un « smooth operator ».

Même impression pour Norris qui a un peu plus subi la pression des autres pilotes, mais il a bien retenu Hulkenberg. C’est un huitième top 10 cette saison!

Haas une éclaircie…

Avec un Kevin Magnussen en forme qui réalise lui aussi une P9 signe d’espoir. Certes sans la pénalité pour avoir coupé le virage 2, c’était une P8. Que dire de Gunther, c’est pour cela que l’on aime Haas!

La voiture semblait plus véloce et plus douce avec les pneus qui ont bien fonctionné. Suzuka risque d’être plus compliqué, le circuit proposant une forte charge sur les pneus.

… pour Grosjean, quatre virages

Il était l’atout principal de Haas en signant une très jolie Q3 le samedi. Mais Romain est devenu tendre lors des départs. Il a perdu quelques places et s’est retrouvé impliqué dans un accident au virage 4. Faut-il le blâmer? Non, c’est plutôt un incident malheureux. La frustration est compréhensible, Grosjean a préparé son weekend soigneusement, choisissant au préalable ses ingrédients, les préparant avec soin, lorsqu’il a mis son plat à cuire dimanche, le four a explosé. Cauchemar en cuisine.

Renault et la culture du mi figue mi raisin.

Encore un weekend paradoxal, la voiture semblait bonne avec une double Q3 le samedi. Le dimanche, les circonstances en course (accrochage de Ricciardo), des ratés d’équipes (cric qui se fait la malle), la voiture de sécurité. Décidément, les planètes ne s’alignent pas. Certes il y a une part de remise en question, mais la cinquième place semble tellement loin aujourd’hui. Weekend particulier avec  l’annonce de Mclaren qui décide de s’allier à un motoriste concurrent. Comme le dirait Cyril Abiteboul avec cet accent anglais que le monde entier nous envie « I need a new partner » ou pas.

Cyril quand tu décides de faire une confiture, tu choisis un fruit et tu vas au bout du processus de cuisson!

Sandwich et grillades

Voici un résumé assez fidèle de la course des Alfa. Giovinazzi étant le contenu d’un sandwich particulier avec comme pain Grosjean et Ricciardo. Rien à ajouter.

Kimi occupé avec les grillades, il a tellement grillé le feu rouge au départ que sa viande en fut trop cuite. Une course immangeable.

Toro Rosso, c’était pas ça.

Surchauffe des freins, du moteur, un weekend pas tout rose, plutôt rouge même. Rien de bien choquant pour la version italienne du taureau rouge. Sur la piste ce fut compliqué, bloqué en dehors des points. Quelques jolies batailles en guise de consolation. Vivement Suzuka !!

Perez solide

Des places gagnées au départ, un rythme solide, un joli dépassement sur Magnussen lors de son second relais. 75% des courses dans les points depuis la rentrée. Une nouvelle recette qui marche.

Williams, où sont les freins?

Premier double abandon, Russell réalisait une nouvelle fois une excellente course (P14, 40 secondes d’avance sur Kubica), avant que les freins ne lâchent. Vraiment dommage. Pour Kubica, l’équipe a préféré stopper la voiture, pour éviter toute casse.

Conclusion.

Mercedes capable de gagner lorsque Ferrari est plus fort. Ferrari est incapable de mener le même type de stratégie avec ses deux pilotes dominants. Depuis que Ferrari est en forme, la communication est compliquée, les deux coqs se battant pour le contrôle de la basse-cour. Red Bull en retrait et Mclaren cours vers la quatrième place.

Le milieu de peloton continue d’être très resserré, Renault doit aussi penser à ses rétros, Force India engrange des points, sans oublier Toro Rosso.

Préparez le réveil, pour un grand prix matinal au Japon. Mercedes comme Ferrari seront performants. Mais Red Bull et Honda mettront les petits plats dans les grands pour signer un gros résultat. Qui mise sur Verstappen?

 

 

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "F1 2019 Russie Debrief: Des tensions chez Ferrari?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
pas
Invité

lorsqu’il y a deux coqs dans la même basse cour, nous avons toujours le même résultat et cela ne date pas d’hier. est ce à dire que Leclerc a été plus vite dans l’apprentissage que prévu ? ou que Vettel est à son niveau normal ? En tout cas la scuderia qui à déjà du mal avec les stratégies de courses se tire une balle dans le pied si elle ne canalise pas les deux coco.

zafira500
Invité
Il est toujours très difficile de gérer deux top-pilotes, ce n’est pas propre à Ferrari. Remember McLaren avec le duo Alonso/Hamilton ou, plus loin et plus criant encore, le duel Prost/Senna. Je crains que pour la Scuderia la situation devienne encore plus explosive. « mais possède deux coqs dans sa basse-cour ce qui complique fondamentalement les choses. » Et si chez Ferrari ils avaient choisi un pilote au détriment de l’autre, on aurait dit que ce sont de grands méchant qui favorisent un pilote et pas l’autre. J’ai déjà lu de par le passé ce genre de discours (notamment à une époque… Lire la suite >>
wpDiscuz