Accueil Eco techno La géolocalisation en entreprise, atout nécessaire d’optimisation de flotte

La géolocalisation en entreprise, atout nécessaire d’optimisation de flotte

371
0
PARTAGER
geolocalisation véhicule entreprise

La géolocalisation en temps réel. Un thème qui soulève souvent des inquiétudes. Mais, pour les entreprises et leurs employés, cela peut permettre d’optimiser l’utilisation et la consommation des flottes de véhicules.

Lorsque l’on est gestionnaire d’une flotte de véhicule, on est responsable de plusieurs aspects du parc automobile de l’entreprise ou de la collectivité pour laquelle on travaille. Le chef de parc est garant du bon fonctionnement des véhicules, de leur réparation, de leur renouvellement, de l’achat de nouveaux véhicules adaptés aux besoins de l’entreprise, etc.

Mais, surtout, le gestionnaire de la flotte cherche en permanence à optimiser le coût de fonctionnement de son parc. En sus, il coordonne l’attribution et l’utilisation des véhicules par ses collègues. Pour cela, savoir en permanence où se trouve les véhicules permet de mener à bien ces dernières missions.

Difficile de faire sans la géolocalisation

La géolocalisation de véhicules est un atout indispensable pour tout gestionnaire de flotte. Comment fonctionne la géolocalisation ? Equipés d’un traceur GPS, les véhicules envoient en permanence leur position. Les données collectées sont regroupées dans le logiciel de localisation. Avec ces informations, le gestionnaire a bien plus que la position des véhicules.

En effet, il peut savoir à tout moment les heures d’arrivées exactes chez un client, un fournisseur ou autre. Il peut également vérifier le statut de chaque véhicule (arrêté, démarré, en mouvement, etc.). Une arme redoutable pour vérifier les temps de travail, mais surtout, les temps de conduite. La législation française prévoit par exemple des temps maximum de conduite d’affilée quand on est au volant d’un poids-lourds ou d’un car.

Les heures d’arrivée et de départ sur un site ne servent pas qu’à « fliquer » les salariés. Cela permet également de les protéger en cas de contestation d’un client ou fournisseur. Avec la géolocalisation en temps réel, l’entreprise a une preuve formelle à opposer à toute réclamation. On rajoutera aussi la possibilité offerte de trouver le véhicule le plus proche d’un client ou d’une mission.

Accompagner l’écoconduite, choisir l’itinéraire le plus « écologique »

Mais, pour ce qui nous intéresse aujourd’hui, cela permet un gain financier et écologique. Comment ? En regardant les comportements de conduite des chauffeurs. Et, également en traçant la vitesse de parcours. Ainsi, le gestionnaire peut constater par exemple qu’une route habituelle est congestionnée au moment où y passent les chauffeurs. Un trajet alternatif ou un décalage horaire peuvent permettre d’économiser à la fois du temps, mais également du carburant en n’étant pas immobilisé dans un bouchon.

En analysant chaque trajet, le gestionnaire va également pouvoir trouver à quel endroit et comment économiser du carburant en faisant adopter une écoconduite par les chauffeurs. En moyenne sur une flotte de poids-lourds, le carburant représente 30% des coûts d’exploitation. L’écoconduite permet d’économiser entre 3 et 6% de carburant rapidement. Mathématiquement, cela se reporte immédiatement sur le coût d’exploitation et donc les gains de l’entreprise.

Une pratique encadrée par la CNIL

Facile à installer, peu cher et surtout simple d’utilisation, la géolocalisation des véhicules d’entreprise est régie par des lois strictes. La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) précise qu’il est interdit par exemple de contrôler le respect des limitations de vitesse via la géolocalisation. Le salarié doit être informé de l’installation du dispositif et il doit pouvoir le désactiver s’il conserve le véhicule en dehors des heures de travail.

L’information aux salariés doit préciser le but exact poursuivi par cette géolocalisation. Mais, également, la durée de conservation des données, indiquer le droit d’accès et de rectification, etc. Le responsable du traitement des données doit être clairement désigné. En effet, tout le monde ne peut pas avoir accès à ces données dans l’entreprise et un accès restreint par identifiant et mot de passe est demandé par la CNIL.

Enfin, pour s’assurer que ces précieuses données ne soient pas piratées ou ne fuitent à l’extérieur, il faut évidemment s’adresser à un professionnel reconnu, à la politique de protection des données clairement affichée.