Accueil Livre BD : Michel Vaillant – Macao

BD : Michel Vaillant – Macao

504
2
PARTAGER

Depuis 2012 et le lancement de la « nouvelle saison », Philippe Graton renouvelle et modernise la légendaire bande dessinée créée par son père Jean en 1957.

Macao est le 7e épisode de ce Michel Vaillant « new age », qui fait toujours la part belle à la course automobile, mais avec une orientation plus marquée sur les enjeux technologiques et économiques actuels de la mondialisation et de l’industrie automobile.

2e passage à Macao pour Michel Vaillant, après le fameux « Rendez-vous à Macao » de 1983

La nouvelle saison apporte aussi un souffle plus grave et réaliste à une saga, qui dans notre enfance, fut par certains aspects « over the top ». Rappelez-vous du fantasque maître de Leader, mi-gourou mi-chef de triade chinoise, sorte de Dr.No de l’automobile, qui était le grand méchant antagoniste, digne des meilleurs « vilains » d’Hollywood. Michel Vaillant était le héros et gendre idéal, un champion d’exception au grand cœur et intrépide, dans et en dehors de la piste, à l’interminable carrière commencée au temps de Fangio et se poursuivant encore face à Hamilton et Vettel (!) Ces intrigues fascinantes se déroulaient au sein de l’immuable entreprise familiale Vaillante, créée par Henri Vaillant, un Enzo ferrari Français. La saga a bercé notre enfance, a contribué pour beaucoup d’entre nous à faire naître notre passion du sport automobile.

Les épisodes de la nouvelle saison ont ainsi une approche davantage « adulte », en nous immergeant dans un monde plus dur et complexe. Les scénaristes n’hésitent pas à malmener le mythe Vaillante et à créer des ruptures jamais vues auparavant. Ainsi, dans l’épisode Collapsus, Jean-Pierre Vaillant, qui avait monté une opération financière visant à racheter Leader -l’ennemi juré et historique de Vaillante- était victime d’une machination financière qui permettait à Ethan Dasz, énigmatique patron de la multinationale Slate (impossible de ne pas penser à Elon Musk et Tesla !) d’absorber l’entreprise Vaillante. Une catastrophe économique qui poussa Jean-Pierre Vaillant au suicide et qui déchira le clan Vaillante, jusqu’à ce que Michel Vaillant soit soupçonné d’être responsable de la disparition de son frère et incarcéré ! Nous sommes donc à des années lumière de l’arc narratif optimiste et rarement noir de la série originale.

Dans Macao, nous retrouvons donc un clan Vaillant anéanti par la mort de Jean-Pierre et l’incarcération de Michel. La famille tente de survivre avec le Team Vaillante (pas concerné par le rachat de Slate) en Formule E et en F3, grâce aux talents de Patrick Vaillant (fils de Michel), génie des nouvelles technologies et créateur de la start-up Now Future. Parallèlement, le diabolique Ethan Dasz est toujours à la manœuvre pour éradiquer le clan Vaillante et s’assurer définitivement de sa mainmise sur l’entreprise française. Steve Warson, autre personnage mythique de la saga, est désormais engagé en politique et convoite le poste de gouverneur du Texas ! Innocenté, Michel parvient à sortir de prison et n’a qu’un objectif : ressouder sa famille, redonner de l’espoir à Vaillante et vaincre Ethan Dasz.

Scénarisé par Philippe Graton et Denis Lapière, ce nouveau tome est entièrement dessiné par Benjamin Benéteau, que ce soit pour les personnages, les véhicules ou les décors. Macao est servi par un scénario de qualité, simple mais très rythmé et efficace, assez « cinégénique » comme l’ont souvent été les albums Michel Vaillant. On s’habitue peu à peu au nouveau « look » des personnages, plus réaliste que le dessin parfois « gueules de play boy » de la saga d’origine. L’ambiance est plus sombre, avec un côté polar bien retranscrit et qui rappelle les intrigues des premiers épisodes comme « le retour de Steve Warson ». On retrouve avec plaisir le dessin si particulier des courses automobiles, avec une représentation toujours excellente des véhicules et de l’action en piste, soulignée par les fameux phylactères sonores (« Vrooar »).

Indéniablement, la nouvelle saga Michel Vaillant, qui a su s’adapter à notre époque, captive autant que l’originale.

 

Image : Dupuis Editeur

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "BD : Michel Vaillant – Macao"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
greg
Invité

Mouais, perso je n´étais pas emballé vu la facilité Avec laquelle tous les enjeux sont résolus dans ce seul tome… Alors que effectivement cela démarrait plutot bien.

Gustave
Invité

mouais, question dessin, rien ne vaut les tomes des années fin 90-mi 90 !

wpDiscuz