Accueil Actualités Entreprise Tesla : Musk affole la Bourse en annonçant un possible retrait

Tesla : Musk affole la Bourse en annonçant un possible retrait

1701
54
PARTAGER

Grande effervescence autour de Tesla. Dans un tweet diffusé en milieu de journée mardi, Elon Musk, le patron du constructeur, a indiqué qu’il envisageait de « privatiser » en quelque sorte Tesla – en fait le retirer de la Bourse – au prix de 420 dollars par action. Ajoutant que le financement du rachat d’actions était assuré. Il a également fait part de son intention de demeurer à la tête de Tesla.

Sérieux Musk ?

Sérieux, Elon Musk ? Peu avant la clôture de la bourse, Tesla a confirmé que le PDG Elon Musk souhaitait retirer la compagnie de la Bourse, précisant que la décision finale serait prise au terme d’un vote des actionnaires.

L’annonce provoque la suspension de l’action à Wall Street

Bluff ou pas, les marchés ont réagi ! Le titre s’est envolé à la suite de plus de 7 %, provoquant la suspension de la cotation à Wall Street. À la reprise des transactions, à 15 h 45, l’action est repartie à la hausse et terminé la séance à 379,57 $ en hausse de 11 % (37,58 $). Plus de 30 millions d’actions ont été échangées, presque quatre fois le volume quotidien moyen.

Précisons qu’au prix de 420 dollars par action, Tesla, dont le titre valait 367,25 dollars mardi avant sa suspension, pèserait plus de 71 milliards de dollars. Sa valeur serait même supérieure de près de 20 milliards à celle de General Motors, premier constructeur automobile américain. Le cas échéant, il s’agirait alors de la plus grosse opération de retrait de la cote.

Pied de nez aux spéculateurs ?

On se doit de noter que cette annonce voit le jour au moment où les attaques de spéculateurs se multiplient. Ces derniers parient sur l’effondrement de Tesla, stratégie financière appelée vente à découvert (ou «short selling»). Si Tesla était effectivement retirée de la cote, ces spéculateurs pourraient perdre des sommes gigantesques. Retour d’ascenseurs d’Elon Musk en quelque sorte …

Mais s’il s’agit d’une ruse de Musk pour faire chuter les spéculateurs, elle pourrait néanmoins s’avérer risquée. La communication de telles informations boursières, durant une séance de cotation, via tweet et autres éléments informels, est tout à fait inhabituelle…. voire illégale ? Rappelons qu’aux Etats-Unis, la communication financière est strictement réglementée. L’objectif étant de mettre les investisseurs sur un pied d’égalité. Certains analystes s’interrogent d’ores et déjà à ce sujet, redoutant un retour de bâton pour Musk et Tesla.

Retrait de la Bourse : la meilleure voie selon Musk

Selon Musk, un retrait boursier permettrait de « créer un environnement dans lequel Tesla opère dans de meilleures conditions ». « La meilleure voie à suivre », selon lui.

« En tant qu’entreprise cotée, nous sommes sujets à des mouvements erratiques de notre action, ce qui peut être une distraction pour tous ceux travaillant chez Tesla », a-t-il ajouté. Des « distractions » de nature à engendrer des départs au sein des meilleures compétences de l’entreprise. Phénomène qui s’emballe ces derniers temps …

Tesla a également indiqué qu’une sortie de Bourse lui permettrait de se concentrer sur ses objectifs à long terme. Sans devoir alors se soumettre aux impératifs trimestriels auxquels doit se soumettre une société devant rendre des comptes aux marchés boursiers.

Quid du financement ?

Mais où diable Elon Musk va-t-il pouvoir trouver des fonds ? Il pourrait notamment recourir au LBO (leverage buy out), montage financier permettant à un holding créé spécialement pour racheter Tesla en empruntant.

Il s’agirait alors, selon le cabinet Dealogic, de la plus grosse opération de rachat d’entreprise par LBO, loin devant le groupe énergétique américain TXU Corp qui avait été racheté en 2007 pour 44 milliards de dollars.

Sources : Reuters, AFP, Automotive News, Lapresse.ca

Poster un Commentaire

54 Commentaires sur "Tesla : Musk affole la Bourse en annonçant un possible retrait"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité

C’est un fou. La CED va dépêcher une enquête.
Cet homme finira ruiné et cette marque a un avenir bien incertain.

The Stig
Invité

Vous avez sûrement une expérience extraordinaire pour juger, j’imagine que vous postez cette réponse depuis votre yacht amarré à la marina de Monaco…

panama
Invité

Ouais c’est ça ! Et il est même plus grand que celui du Prince.
Effectivement, je suis professionnellement parlant un spécialiste de la communication financière.
Et… vous ?

RPM
Invité

Cela fait 10 ans que l’on promet cela… Et si comme vous le clamez vous vous y connaissez en finance, vous seriez que l’attaque de spéculateurs concertée pour faire baisser le prix de l’action est uniquement de court terme pour faire un coup boursier en speculant à terme sur une baisse de cours. C’est un « put » qui n’est rien d’autre qu’une vente à découvert. Sauf que avec l’annonce du prix target du rachat par Musk et le franchissement de seuil du fond souverain Saoudien, nos spéculateurs ont été pris à leur propre jeu !

Invité

nous connaissions Monsieur Propre, maintenant, avec Elon Musk, nous avons Monsieur Troll ! désolant que ce type ne voit la vie que dans la provoc !

Woofy
Invité

La loi américaine l’empêche de renflouer sa boite introduite en bourse avec de l’argent provenant d’autres activités non automobiles…
Du coup s’il « privatise » la boite, elle pourra devenir une filiale de sa société spatiale qui rapporte bien plus…
Pas bête mais le gros inconvénient est qu’il risque de faire fuir les clients, et donc perdre encore plus au final :/

panama
Invité

Je ne connaissais pas cette loi. Loi anti-trust US ?

wizz
Membre
étrange cette loi jamais entendu parlé Google ou Apple n’aurait pas pu racheter FCA ou Tesla alors!!!!???? La voiture autonome serait développée du côté FCA ou bien le réseau Tesla développé. FCA ou Tesla aurait dû s’endetter pour cela. Donc si Apple ou Google s’en chargerait de cette tache pour FCA ou Tesla, cela reviendrait à dire qu’ils ont renfloué les dettes de leur filiales cette loi élargie, cela voudrait dire que Amazon ne pourrait par acheter des actions d’un fabriquant de drones, ou que UPS ne pourrait pas être actionnaire de Boeing: une commande massive de 100 avions pourrait… Lire la suite >>
mko
Invité

Et on voit l’absurdité 1/ de la valorisation à 71 milliard d’une entreprise qui n’a jamais gagné d’argent 2/ d’un gain de 10% de la fortune d’un dirigeant grâce à un tweet
Bref le meilleur des mondes vraiment

panama
Invité

Nous sommes bien d’accord, la valorisation est hors norme et disons, appelle à la vigilance pour les investisseurs.

Christmeng
Invité

La solution serait de localiser son siège en Europe et pourquoi pas en France et sa cotation boursière ne serait pas contrainte comme aux US. De plus il pourrait faire une bonne opération car il serait libre de commercer avec les chinois que TRUMP veut cadenasser comme les Iraniens

RPM
Invité

A commenter, dites quelque chose qui a du sens… Tesla a commencé à construire une usine en Chine. Quand à se mettre en France, il faudrait qu’il soit particulièrement débile.!

wizz
Membre

ça ne marcherait pas. Mettre le siège en Europe ne changerait rien. PSA est bien en Europe, mais PSA, c’est aussi Faurecia l’équipementier, présent aux USA avec 5 milliards $ de chiffre d’affaire.

Tesla déménagerait en Europe, mais aura toujours des usines aux USA, vendra toujours des voitures aux USA. Que la tête soit aux USA ou en Europe, Trump peut toujours tenir Tesla par ses coucougnettes

panama
Invité

La réglementation boursière en France vaut largement celle des US.
Et je sais de quoi je parle 🙂 : cf rapport Bouton et p’tit tour sur le site de l’AMF

RPM
Invité

Mme Studer merci de mal recopier une annonce Reuters. Mais si vous aviez fait une recherche sur internet, ou simplement lu le Financial Time, vous auriez vu que l’annonce du retrait de la côte de Tesla date de novembre 2017. Et que ce qui a fait bouger la côte est l’annonce du prix target du rachat d’actions, ainsi que l’investissement par le fond souverain d’Arabie Saoudite pour l’équivalent de 2 milliards dans Tesla.

Thibaut Emme
Admin
@RPM : La première annonce de ce genre de possibilité date peut-être de novembre, mais là, c’est Musk lui-même qui fait l’annonce….pas Reuters (d’ailleurs l’illustration aurait pu vous mettre sur la voie vu qu’il s’agit du compte Twitter d’Elon). En novembre, Musk voulait « juste » prévenir et faire cesser les spéculateurs à la baisse et éviter d’avoir une grosse épée de Damoclès au-dessus de lui. Ca n’a pas fonctionner donc….on va plus loin. D’ailleurs, il est à parier que bon nombre d’actionnaires conserveraient leurs actions car un grand nombre a investi en pensant non pas court-terme, mais moyen ou long-terme. Après… Lire la suite >>
wpDiscuz