Accueil Insolite Portrait de l’Automobilicus Vacansis français type

Portrait de l’Automobilicus Vacansis français type

867
0
PARTAGER

Le chassé-croisé entre juillettistes et aoûtiens va avoir lieu cette semaine. Quel est le portait type de l’automobiliste français qui se rend en vacances ?

Si tout le monde ne va pas forcément se rendre dans un endroit paradisiaque, ultra-chic et « branchouille », il faut savoir que 3/4 des Français compte partir en vacances cet été. Ce peut être dans la famille, au camping, en chambre d’hôte, etc.

Contrairement à l’argument souvent avancé pour ne pas passer au véhicule électrique, ces vacances ne sont pas si lointaines que cela. Un tiers ne va pas faire plus de 500 km. Un autre tiers va parcourir entre 500 et 1000 km. Le derniers tiers se partage moitié-moitié entre ceux qui vont faire entre 1000 et 1500 km et ceux qui vont faire plus de 1500 km.

En France, les destinations les plus prisées sont la façade atlantique (de la Vendée au Pays Basque). Mais, il y a aussi les incontournables de la côte d’azur. Même si de plus en plus le Français veulent plus que le « bronzage idiot ». Bretagne, Corse, Pays Basque, même la montagne, les Pyrénées surtout, attirent en été. En Europe, les pays comme l’Espagne, le Portugal, l’Italie ou la Grèce sont des classiques des vacances d’été.

Des Français prévoyants, qui ont peur des bouchons

Pour le départ, l’automobilicus vacansis est plutôt prévoyant et bon élève. En effet, pour éviter autant que faire se peut la panne, il bichonne sa voiture. 80% pensent à vérifier la pression des pneus avant de partir. Tandis qu’ils sont près de 70% à vérifier les niveaux (huile, liquide de refroidissement, lave-glace, etc.). Plus d’un français sur deux préfère faire confiance à son garagiste et envoie sa voiture pour une révision avant les longs trajets estivaux.

Oh ! Il est tout de même loin le temps de la transhumance qui avait lieu vers les congés payés le long des nationales. Mais, comme tout le monde a tendance à partir en même temps, la peur des bouchons est toujours là. Bien plus que celle de la panne, moins fréquente avec nos voitures modernes. Même l’impatience des enfants n’est plus vraiment source de stress.

Il faut dire que plus d’un tiers des bambins aura droit à une tablette, un smartphone pour jouer, ou carrément un DVD pour focaliser son attention sur autre chose que la route. Les autres auront droit à de la musique. Mais, surtout, un tiers sera gâté avec papa ou maman ou la fratrie jouant avec eux. Qui des petits ou des grands cherche à passer le temps ?

La voiture, toujours synonyme de liberté

De nombreux vacanciers préféreront prendre le train plutôt que la voiture pour se rendre sur leur lieu de villégiature. Pour autant, pour près de 80% des vacanciers, la voiture reste un merveilleux outil de liberté. Elle permet, pour un vacancier sur deux, d’avoir une certaine indépendance une fois sur place. Pour les familles, ce peut être également un moyen de faire des économies sur le trajet et donc de ne pas exploser le budget.

Mais, cela, c’est si tout se passe bien. Les vacanciers de cette année devront faire attention à la nouvelle limitation à 80 km/h sur le réseau secondaire. Histoire de ne pas avoir une mauvaise surprise en rentrant. Les autres mauvaises « blagues » des vacances, c’est la perte des clés ou des papiers.

En effet, habillés plus légèrement, la tête ailleurs, ou carrément la tête dans l’eau, on peut vite égarer – ou se faire voler – permis et carte grise. Là aussi, pas de stress. Même en vacances on peut faire – ou refaire – sa carte grise en ligne et avoir un papier officiel pour circuler, et en quelques jours sa nouvelle carte grise. De quoi rentrer serein après un repos bien mérité et attaquer la rentrée du bon pied.

En parlant de pied, rappelons au passage que si rien n’interdit explicitement la conduite avec des tongs aux pieds, la verbalisation reste possible au titre de l’article R412-16 du code de la route qui stipule que « Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent ». Sans compter que l’accident guette également. L’automobilicus vacansis prudent et prévoyant gardera toujours à portée de pied une paire de chaussures pour conduire.

Article sponsorisé

Illustration : Leblogauto.com