Accueil Mitsubishi Essai Mitsubishi Eclipse Cross 1.5 MIVEC 163 ch 4WD

Essai Mitsubishi Eclipse Cross 1.5 MIVEC 163 ch 4WD

2243
11
PARTAGER
Essai Mitsubishi Eclipse Cross (2018)

La gamme Mitsubishi accueille un nouveau venu, l’Eclipse Cross. Il permet ainsi à la marque de mieux exister face aux stars généralistes sur un marché en vogue et concurrentiel, celui des SUV compacts. Nous l’avons découvert en Norvège.

Une belle habitabilité

La météo hivernale nous a accompagnés durant ces deux jours de prise en main du nouvel Eclipse Cross. Bien au chaud à bord, on a pu apprécier en premier son habitabilité plutôt bonne voire supérieure à la moyenne du segment à l’avant comme à l’arrière. On peut d’ailleurs l’améliorer ou la diminuer grâce aux assises coulissantes, au bénéfice du coffre.

On ne conduit pas souvent de Mitsubishi, la manipulation des équipements s’avère donc un peu chaotique au début. Le système multimédia nous parait un peu compliqué, mais heureusement la prise en charge de CarPlay nous facilite la vie. Les utilisateurs d’Android ne sont pas oubliés. Question finition, elle s’avère plutôt bonne sans plus, à l’instar d’autres concurrentes nippones.

Avant massif, arrière singulier

Une fois bien réchauffés, on ose enfin braver le froid pour observer son style. On reconnaît aisément la patte Mitsubishi, avec cet avant impressionnant marqué par une calandre massive, et des feux soulignés par de distinctifs et peu discrets éléments en chrome. Pas de quoi passer inaperçu, ce qui ne semble pas être l’objectif recherché par le constructeur.

Essai Mitsubishi Eclipse Cross (2018)

Son profil aux allures de SUV coupé lui donne une allure plus dynamique. D’une certaine façon, cela allège en partie son penchant pur 4X4, pour quelque chose d’un peu plus dynamique. L’arrière apparaît bien moins convaincant. La partie vitrée en deux parties la singularise. De la bonne ou la mauvaise façon ? On vous laisse juger.

Efficace et fun sur sol enneigé

Sur notre sol glacé et enneigé, des petits ateliers de slaloms et de glisse nous permettent de découvrir une auto qui s’en sort plutôt bien. Les pneus cloutés jouent leur rôle et rassurent. Mais on se surprend à jouer avec la voiture, pour lui faire faire quelques embardées sur lesquelles on garde le contrôle. La transmission intégrale nous rend la vie particulièrement facile dans ses conditions.

Des programmes automatiques, dont celui pour la neige, assurent une motricité optimisée, et gère ainsi la distribution du couple entre les deux essieux suivant l’appréciation de l’adhérence. L’amortissement plutôt souple lui donne en outre un confort qui n’est pas négligeable. On aurait aimé simplement pouvoir le conduire sur des routes sèches pour mieux le cerner.

Essai Mitsubishi Eclipse Cross (2018)

Bon moteur, boite CVT ennuyante

Seulement son offre de motorisation risque de compliquer d’emblée sa carrière commerciale. Sous notre capot un 1.5 essence turbo de 163 chevaux. Non pas qu’il manque de souffle, au contraire même, on a aimé sa vivacité. En revanche, on apprécie toujours aussi peu les transmissions CVT, mais elle se couple obligatoirement aux 4 roues motrices.

Là où ça devient gênant, c’est au chapitre du malus écologique. 3 853 € (2 453 € en 2RM) à donner à l’Etat au titre de ce dispositif, voilà le montant du second chèque à signer au moment de l’achat. La concurrence s’avère beaucoup plus raisonnable, tout en démontrant d’autres qualités que n’atteint pas l’Eclipse Cross, sauf pour ce qui est de l’efficacité de la transmission intégrale.

Cher! Malus de 3 853 euros…

Le tarif de notre version avoisinant les 36 000 euros comprend d’ores et déjà beaucoup d’équipements. Mais on peine à croire que cela sera suffisant pour embêter qui que ce soit dans ce segment de marché. L’envie de rouler différent mérite-t-elle ce prix ? On vous laisse en décider. Mais il faudrait vite compléter l’offre de motorisations pour ne pas disparaitre prématurément.

+ ON AIME
  • Habitabilité
  • Capacités TT
  • Agrément moteur
ON AIME MOINS
  • Malus dissuasif
  • Agrément boite CVT
  • Hayon
Mitsubishi Eclipse Cross 1.5 MIVEC 163 ch 4WD
Prix (à partir de) 24 990 €
Prix du modèle essayé 35 990 €
Bonus / Malus  3 853 €
Moteur
Type et implantation  4 cylindres en ligne Turbo injection directe – Ess.
Cylindrée (cm3)  1 499
Puissance (kW/ch) 120  / 163
Couple (Nm)  250
Transmission
Roues motrices  Intégrale
Boîte de vitesses CVT à variation continue
Châssis
Suspension avant Pseudo McPherson
Suspension arrière Multibras
Freins  –
Jantes et pneus  225 / 55 / R18
Performances
Vitesse maximale (km/h)  N/A
0 à 100 km/h (s)  N/A
Consommation
Cycle urbain (l/100 km) NEDC  8,2
Cycle extra-urbain (l/100 km) NEDC 6,2
Cycle mixte (l/100 km) NEDC  7,0
CO2 (g/km) NEDC  159
Dimensions
Longueur (m) 4,41
Largeur (m)  1,81
Hauteur (m)  1,69
Empattement (m)  2,67
Volume de coffre (l)  448
Réservoir (l)  60
Masse à vide (kg)  1 550

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Essai Mitsubishi Eclipse Cross 1.5 MIVEC 163 ch 4WD"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zeboss
Invité

merci de relire l’article, certaines phrases sont incompréhensibles, on peine à droite….
bon on comprend vite que la neige et le froid en juin, ça désoriente….

Stan_Qc
Invité

En même temps il est facile de comprendre que l’auteur voulait dire « On peine à croire ». De là à dire que certaines phrases sont incompréhensibles…

zeboss
Invité

t’1kiet b1to on nora + beso1 d’ecrir en francé…

panama
Invité

Ah oui les boites CVT… il faut s’y habituer. Je suppose que celle-là aussi a des rapports virtuels ?

aimelauto
Invité

la ligne est sympa, moderne , et l’intérieur avec la tablette flottante fait bien XXI° siecle !
La marque vend principalement en Asie et aux USA. donc nos taux de malus importe peu l’avenir du modèle.

espérons que la marque malgré l’Alliance, gardera à l’avenir sa qualité et fiabilité légendaire, et ne verra pas comme Nissan baisser sa fiabilité à cause de recherches d’economies « à la francaise ».

wizz
Membre

des exemples pour illustrer ton commentaire envers Nissan?

Leglouton
Invité

La continuelle problematique des avaries sur le dci…..(problematique d’injecteurs dans le meilleur des cas, bas-moteur parfois aussi)
Et surtout une finition interieure au niveau bas de gamme et visible au premier coup d’oeil(moquette, recouvrement du volant, faiblesse des ajustements interieurs ….et plus inquietant qualité des soudures,…) Oû est le Nissan made in japan d’il y a 15 ans ??!

ART
Invité

Sans parler des plastiques merdiques style 508 I qui sonnent creux et avec des rossignols qui apparaissent, une sorte de tradition française….

Fabi35
Invité

Qui fournit le moteur ?

Olcls
Invité

Il semblerait que ce soit un moteur Mitsubishi :
https://en.wikipedia.org/wiki/Mitsubishi_4B4_engine

pasdemail
Invité

marqué par une calandre « massible » ????

wpDiscuz