Accueil Actualités Entreprise Tesla : nouveau départ du responsable de l’Autopilot

Tesla : nouveau départ du responsable de l’Autopilot

1014
6
PARTAGER

Jim Keller, responsable du programme Autopilot de Tesla – logiciel d’assistance à la conduite du constructeur US – a quitté l’entreprise.

Annonce faite jeudi dernier par la société, qui intervient dans un contexte relativement tendu alors que Elon Musk – patron de Tesla – peine à rentabiliser ses investissements, et que la société pourrait être rapidement confrontée à de sérieux problèmes de trésorerie. A moins que cela ne soit déjà le cas. Pour couronner le tout, l’entreprise sème désormais le doute sur la fiabilité des véhicules autonomes après un accident mortel.

Responsable Autopilot : un poste assorti d’un grand turn-over …

Confirmant le départ de Jim Keller, sans toutefois en préciser les raisons, Tesla a indiqué dans un communiqué lui souhaiter « le meilleur ». Selon un communiqué de Intel, l’ancien responsable de l’Autopilot va rejoindre cette entreprise, spécialiste des micro-processeurs.

Tesla a également précisé qu’Autopilot serait désormais supervisé par Andrej Karpathy pour la partie logicielle et Pete Bannon pour la partie matérielle.

Petit rappel : Jim Keller est tout de même le troisième responsable d’Autopilot à quitter Tesla en près de deux ans…

Enquête en cours sur l’Autopilot

Notons que ce « nouveau » départ intervient alors que le logiciel phare de Tesla – à la base de son concept de véhicule autonome – fait l’objet d’une enquête par le régulateur des transports américain (NTSB), suite à un accident survenu le 23 mars dernier en Californie. Une Tesla avait percuté un séparateur en béton de plein fouet, la barrière de sécurité ayant été enlevée quelques jours avant.

Le conducteur y avait trouvé la mort tandis que le logiciel était activé. Les batteries du véhicule, littéralement disloquées dans le choc violant, avaient également pris feu. Relançant un autre débat à ce sujet.

Le 16 avril dernier, Tesla avait annoncé se retirer de l’enquête après avoir montré son désaccord avec le NSTB. Le régulateur US lui avait préalablement reproché d’avoir rendus publics des éléments « non confirmés » sur l’accident.

Le constructeur avait alors accusé le NTSB « d’être plus intéressé par les gros titres que par la défense de la sécurité » et d’avoir « régulièrement publié des éléments d’information incomplets en violation de ses propres règles« , tout en cherchant parallèlement selon lui à « empêcher » Tesla « d’exposer les faits ». Le constructeur continuant parallèlement à marteler son credo : l’Autopilot est un logiciel d’assistance à la conduite et non un logiciel de conduite autonome.

Début avril, des désaccords avaient d’ores et déjà vu le jour entre Tesla et le NTSB lorsque Tesla avait indiqué que les premiers éléments de l’enquête faisaient ressortir qu’Autopilot était bien activé au moment de l’accident, mais que le conducteur n’avait pas répondu aux avertissements visuels et sonores lui enjoignant de remettre ses mains sur le volant.

Le NTSB avait déjà mené une enquête sur un précédent accident mortel d’une Tesla équipée d’Autopilot survenu en 2016 en Floride. Après analyse de l’accident, il était ressorti que le constructeur avait modifié certaines fonctionnalités du système afin de mieux prévenir les utilisateurs de l’approche d’un danger.

Volonté de Tesla ou yeux doux d’Intel ?

Reste que le journal Les Echos laisse entendre quant à lui qu’il s’agirait plus d’un débauchage d’Intel qu’une volonté plus ou moins explicite de Tesla de se séparer de son collaborateur.

Le journal financier s’interroge en effet sur cette arrivée chez Intel, y voyant là une belle opération pour le géant américain des microprocesseurs. En s’offrant ainsi une recrue de choix pour mener à bien sa transition vers les véhicules autonomes. Rappelons en effet, qu’en août 2017, Intel promettait d’équiper à terme une flotte de 100 voitures autonomes.

A 59 ans, Jim Keller, spécialiste des microprocesseurs sera chargé au sein d’Intel du SoC (system on chip), le processus de fabrication et de design des processeurs destinés aux voitures autonomes. Intel cherche à rattraper le retard qu’il a pris sur NVidia dans les véhicules autonomes. Avec son « processeur », Xavier, le fondeur de Santa Clara a pris la tête de la course au véhicule vraiment autonome. Intel de son côté s’est lancé dans de vastes opérations d’acquisition comme Mobileye, ou de débauchage de spécialistes. Jim Keller est sans doute de ceux-là.

« Nous nous sommes lancés dans des initiatives passionnantes pour changer fondamentalement la manière dont nous construisons le silicium à mesure que nous entrons dans le monde des processus et des architectures hétérogènes », explique ainsi Murthy Renduchintala, ingénieur en chef d’Intel. La société précisant que Jim Keller aura pour objectif d’accélérer cette transformation.

Illustration : Tesla

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Tesla : nouveau départ du responsable de l’Autopilot"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fred21
Invité

Un automobiliste britannique a été condamné à dix-huit mois de retrait de permis après avoir utilisé l’Autopilote de sa Tesla tout en étant sur le siège passager…
https://www.numerama.com/tech/363113-tesla-malgre-les-accidents-et-les-consignes-certains-continuent-de-faire-nimporte-quoi-avec-lautopilote.html

ART
Invité

Curieux qu’il n’y est rien qui surveille la présence du pilote devant le volant…

« l’Autopilot est un logiciel d’assistance à la conduite et non un logiciel de conduite autonome. »

C’est tout de même bien ambiguë de l’appeler autopilot quand ce n’est que de l’assistance… Faut en vouloir faire le cobaye…

Francois
Invité

Normal, Intel ne va pas faire faillite dans 3 mois…Fans de Tesla, je vous attends. 😀

Malco
Invité
Ce départ est clairement une mauvaise nouvelle pour Tesla, car Jim Keller est reconnu et prendra du temps à remplacer. Ceci dit, c’est la ‘vie normale’ dans ce milieu. Le Jim Keller a toujours eu la bougeotte. Tesla débauche chez Apple, Intel débauche chez Tesla, NVidia chez Intel, etc. Il y a toujours eu du turn-over dans ces boites, à un niveau inusité en Europe. Peut-être a-t-il senti le vent tourner, comme vous le sous-entendez, mais peut-être a-t-il juste reçu un pont d’or et un projet intéressant. L’avenir nous le dira. C’est sûr que Tesla est fragile et que 2018… Lire la suite >>
Fabi35
Invité

Qui soutient vraiment tesla financièrement?
Pour moins que ça d autre se serait déjà cassé la gueule ! On a déjà vu ,pour d autre entreprise, des gros actionnaires retirer leures billes. Qu est ce qui se passe en  » secret  » pour que Musk s en sorte toujours ?

Anonyme
Invité

c’est juste un franc maçon aidé par Oncle Picsou, lui même prévenu par Indiana Jones qui a été content que Musk l’aide à mettre fin au règne nazi lors de la dernière croisade, alors même que ce dernier avait bien des soucis en même temps, avec Roy Neary, pour décrypter le sens des 5 notes :

wpDiscuz