Accueil Général GP2 2015 Autriche : Vandoorne toujours et encore, Haryanto imperturbable

GP2 2015 Autriche : Vandoorne toujours et encore, Haryanto imperturbable

93
1
PARTAGER

Ce week-end, le paddock du GP2 Series faisait une nouvelle fois étape, cette fois-ci du côté de l’Autriche, sur le rapide et non moins court circuit du Red Bull Ring. Après avoir signé la pole position, le Belge Stoffel Vandoorne s’est imposé lors de la course 1. Au cours de la seconde course, l’Indonésien Rio Haryanto du Campos Racing a résisté à la pression, d’abord de Markelov, puis de Vandoorne, pour remporter la victoire et par la même occasion empêcher ce dernier de réaliser le doublé. Au championnat, après deux nouvelles courses quasi-parfaites, Vandoorne fait cavalier seul et semble avoir (déjà) tué l’once de suspense restante à l’approche du (seulement) quatrième meeting de la saison.

Course 1 : Vandoorne tout bonnement inarrêtable, mais un suspense haletant au cœur du peloton

Quatrième course longue et quatrième victoire pour Stoffel Vandoorne. Sur le format de course qui se rapproche le plus de ce qui se fait au plus haut niveau en Formule Un (qualification, course avec arrêt au stand pour changer de pneumatiques), le protégé de Mclaren ne laisse que des miettes à ses adversaires.

Une nouvelle fois, nous en avons eu l’illustration lors de la course du samedi. Le Belge s’est parfaitement élancé depuis la première place sur la grille, comme à son habitude. En revanche, dans le peloton, le départ s’est avéré pour le moins chaotique. En effet, les blocages de roues se sont présentés comme une vérité générale au premier des dix virages que comporte ce circuit. Le Français Pierre Gasly, auteur d’un temps prometteur en qualification, lui permettant de s’élancer depuis la troisième position, a vu ses espoirs partir en fumée dès les premiers hectomètres de la course. Son envol s’est avéré catastrophique, mais le pire était à venir puisqu’il s’est accroché avec un de ses concurrents, perdant dans cette mésaventure des éléments aérodynamiques provenant de son aileron avant. La voiture de sécurité virtuelle a alors été déployée sur l’ensemble du circuit.

Après un départ riche en actions, Vandoorne menait devant Sergey Sirotkin, Nobuharu Matsushita, Nick Yelloly et Marciello. Lorsque la virtual safety car a disparu des panneaux lumineux situés en bord de piste, les empoignades ont repris. Marciello a perdu plusieurs positions suite à un problème mécanique, tandis que de son côté, Rossi, deuxième au championnat, passait difficilement l’Indonésien Rio Haryanto pour s’emparer de la sixième place.

Devant, rien ne semblait pouvoir perturber la marche en avant du jeune Belge. C’était sans compter sur la lenteur de son équipe lorsqu’il a été décidé de changer de pneumatiques. Au septième des quarante tours, il s’immobilise, mais l’arrêt est anormalement long, ce qui lui vaut de ressortir en troisième position derrière Sirotkin et Matsushita, tous deux ayant fait le choix de poursuivre en piste une boucle de plus. Cependant, il en fallait bien plus pour contrecarrer les plans du jeune Belge lorsqu’on est témoin de l’aisance avec laquelle il dépasse ses deux futurs ex-prédécesseurs, et ce, malgré les vives tentatives de résistance de la part de Sirotkin.

Bien que les leaders se soient arrêtés, ils demeurent quelques pilotes encore en piste avec de vieilles montes. Cela donne lieu à de jolis dépassements dont ceux d’Alex Lynn et d’Haryanto respectivement sur Marciello et Markelov. Pierre Gasly, alors en tête, ne s’étant pas arrêté pour changer de pneumatiques, voit fondre sur lui le Britannique qui ne se fait pas prier pour le dépasser à l’abord du deuxième virage. Plus tard, Markelov l’imite.

Un temps bloqué derrière la monoplace de De Jong, une fois la piste libre, Vandoorne s’échappe de la bataille qui fait rage un peu plus loin en signant un nouveau record du tour presque à chaque boucle, lorsque Alex Lynn, en supers-tendres, ne lui chipe pas. La bataille à distance contre le chronomètre est électrique entre le Belge et le Britannique.

La victoire promise à Stoffel Vandoorne, l’intérêt de la course n’est autre que de connaître le pilote qui va s’emparer de la troisième marche du podium.

Rossi, alors en troisième position, est lent et se fait dépasser par Matsushita. L’Américain, désormais quatrième se trouve sous la menace de Lynn, en pneus neufs supers-tendres. Le Britannique ne tarde pas à trouver l’ouverture, et Markelov en fait de même. Mais la folle remontée d’Alex Lynn ne fait alors que commencer. Il tente de revenir sur Matsushita, et c’est lors de l’avant-dernier tour qu’il parvient à s’emparer de la position occupée jusqu’alors par le Japonais, à savoir, la troisième place. Cette dernière, synonyme de podium, change de propriétaire, cela au gré d’un très joli dépassement par l’extérieur qu’il ne faut amputer à ses pneumatiques moins abîmés.

Devant, Stoffel Vandoorne, tout naturellement, remporte la course. A l’issue de quarante tours mouvementés, les deux rookies, Sirotkin et Lynn, grimpent respectivement sur la deuxième et troisième marche du podium. Matsushita, lui aussi débutant dans la catégorie, prend la quatrième place, devant Markelov et Rossi. Haryanto et Yelloly, quant à eux, terminent septième et huitième. Arthur Pic et Mitch Evans complètent le top 10 et glanent donc les trois derniers points attribués au neuvième et dixième lors de la course longue.

A noter les résultats une nouvelle fois très décevants des Français. Si Arthur Pic parvient à sauver l’honneur avec sa neuvième place, Pierre Gasly ne se classe que treizième, et ce, malgré une qualification de bonne facture qui ne laissait aucunement présager un si piètre résultat. Norman Nato termine en queue de peloton, à une anonyme vingtième place. Nathanael Berthon a quant à lui abandonné dès le premier tour.

_G7C5269

Les supporteurs français peuvent se consoler avec les succès répétés du team Art Grand Prix, mais nous pouvons douter que cela soit suffisant.

Résultats complets course 1 :

1 – Stoffel Vandoorne – ART GP, les 40 tours, en 53’42″694
2 – Sergey Sirotkin – Rapax, à  11″788
3 – Alex Lynn – Dams, à 15″318
4 – Nobuharu Matsushita – ART GP, à 15″849
5 – Artem Markelov – Russian Time, à 19″420
6 – Alexander Rossi – Racing Engineering, à 21″154
7 – Rio Haryanto – Campos, à 22″583
8 – Nick Yelloly – Hilmer, à 26″897
9 – Arthur Pic – Campos, à 35″069
10 – Mitch Evans – Russian Time, à 38″649
11 – Robert Visoiu – Rapax, à 42″068
12 – Jordan King – Racing Engineering, à 42″569
13 – Pierre Gasly – Dams, à 44″489
14 – Julian Leal – Carlin, à 49″600
15 – Raffaele Marciello – Trident, à 50″336
16 – Andre Negrao – Arden, à 50″729
17 – Renè Binder – Trident, à 54″619
18 – Marco Sorensen – Carlin, à 55″933
19 – Marlon Stockinger – Status, à 59″209
20 – Norman Nato – Arden, à 59″505
21 – Daniel De Jong – MP Motorsport, à 1’02″603
22 – Simon Trummer – Hilmer, à 1’15″237
23 – Richie Stanaway – Status, à 1 tour
24 – Nathanael Berthon – Daiko Team Lazarus, DNF

Course 2 : Haryanto, les nerfs solides

_G7C6475

L’Indonésien Rio Haryanto signe le deuxième succès de sa carrière en GP2, en s’imposant à l’issue de la seconde course disputée sur le circuit du Red Bull Ring. Septième la veille, le pilote du Campos Racing partait en deuxième position à la faveur de la grille inversée, derrière Nick Yelloly.

Le Britannique, auteur d’un mauvais départ, s’est trouvé côte à côte avec Haryanto et Alexander Rossi. Si le premier des deux a réussi à prendre l’avantage sur le poleman, le second n’y est pas parvenu puisqu’il s’est touché avec Nick Yelloly. Cette action marque le début de course puisque l’Américain, par on ne sait quel moyen, est parvenu à maîtriser sa monoplace (en perdant tout de même quelques positions), tandis que Yelloly, lui, s’est vu contraint à l’abandon.

De son côté, le leader du championnat, Stoffel Vandoorne, a effectué un superbe départ, comme à l’accoutumée. Initialement en huitième position, il pointait au troisième rang à la fin du premier tour. Entre le leader et Stoffel Vandoorne, figurait Markelov en deuxième position. La bataille à coups de temps au tour entre les trois a duré pendant de nombreuses boucles, sans que l’un d’entre eux ne puisse prendre l’avantage sur les deux autres. Au fur et à mesure que la course avançait, Markelov devenait de plus en plus pressant tandis que Vandoorne, plus en retrait, semblait observer. Cette stratégie s’est avérée payante.

Au quatorzième des vingt-huit tours prévus pour cette course courte, Markelov, à la suite d’une faute d’inattention, a perdu tous ses espoirs de bien figurer. Depuis plusieurs tours, le Russe était plus rapide que l’Indonésien. Ce dernier a freiné un peu plus tôt qu’à son habitude au virage trois, ce qui a obligé Markelov à l’éviter en passant à l’intérieur. Cependant, ce dépassement d’infortune, à l’intérieur, et en survitesse, a conduit le Russe vers l’extérieur de la piste, avec au passage une touchette sur l’aileron avant d’Haryanto. Vandoorne s’est donc emparé de la deuxième place tandis que Markelov a repris la piste en huitième position.

Vandoorne a alors tenté de mettre la pression sur le leader. Mais malgré le bénéfice d’une meilleure vitesse de pointe acquise grâce au DRS, Haryanto a résisté à la pression mise par le jeune pilote belge. L’Indonésien, moins rapide que l’ensemble des pilotes le suivant a alors créé un petit bouchon derrière lui composé de Vandoorne, Matsushita et Sirotkin.

Calculateur, et voyant le Japonais de plus en plus près dans ses rétroviseurs, le leader du championnat n’a pas pris le risque d’une attaque insensée sur l’Indonésien. Les positions sont donc restées figées jusqu’à la fin de la course. Les quatre premiers se tenaient en moins de deux secondes, mais aucun n’a pu tenter une attaque sur le pilote qui le précédait. Cela prouve qu’à moteur égal, même avec le DRS, à moins d’une motricité meilleure, il est très difficile de dépasser. En effet, il faut être collé dans les échappements pour pouvoir être en mesure de tenter quelque chose en bout de ligne droite, or, ce n’était le cas pour aucun des hommes de tête.

Malgré un aileron endommagé à la mi-course, Haryanto a su résister à la pression mise par ses adversaires. Vandoorne manque le doublé, mais conforte son avance, puisque l’Américain Alexander Rossi ne termine qu’à la huitième place et ne s’octroie donc qu’un seul petit point. Matsushita termine troisième devant Sirotkin. Mitch Evans prend la cinquième place devant Gasly et King.

_G7C6085

Il faut noter la pénalité infligée à Markelov qui le renvoie à la vingt-troisième place. De leur côté, les Français, mis à part Gasly, n’ont guère brillé. Arthur Pic termine onzième, Nato treizième, et Nathanael Berthon dix-septième.

Résultats complets course 2 :

1 R. Haryanto Campos Racing 35:57.944
2 S. Vandoorne ART Grand Prix  +0.450
3 N. Matsushita ART Grand Prix  +0.905
4 S. Sirotkin Rapax +1.368
5 M. Evans RUSSIAN TIME +3.395
6 P. Gasly DAMS +6.362
7 J. King Racing Engineering +6.722
8 A. Rossi Racing Engineering +7.929
9 R. Visoiu Rapax +19.389
10 R. Marciello Trident   +19.942
11 A. Pic Campos Racing +22.034
12 D. De Jong MP Motorsport +31.108
13 N. Nato Arden International +31.730
14 R. Binder Trident +34.330
15 R. Stanaway  Status Grand Prix +36.352
16 M. Sørensen Carlin +37.945
17 Daiko Team Lazarus +40.651
18 S. Trummer Hilmer Motorsport +42.119
19 M. Stöckinger Status Grand Prix +59.175
20 A. Lynn DAMS +64.756
21 A. Negrão Arden International +74.124
22 J. Leal Carlin +1 LAP
23 A. Markelov  RUSSIAN TIME DQS
24 N. Yelloly Hilmer Motorsport DNF

Au championnat, l’avance de Stoffel Vandoorne ne cesse de croître. Il compte désormais 155 points. Son dauphin, Alexander Rossi, n’en détient que 79. Haryanto en possède 70. Tous les autres pilotes cumulent moins de cinquante unités, et accusent un retard de plus de 100 points sur le Belge, retard, qui semble déjà irrémédiable.

La prochaine manche du championnat des GP2 Series aura lieu en Grande-Bretagne sur le mythique circuit de Silverstone, du 3 au 5 juillet. Avec de fortes probabilités de pluie, la domination de Stoffel Vandoorne sera-t-elle mise à mal ?

Source et crédit photographique : GP2 Series

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "GP2 2015 Autriche : Vandoorne toujours et encore, Haryanto imperturbable"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
jr
Invité

curieux de le voir dans une F1 voir son niveau par rapport au cadors en tout cas il est prometteur maintenant si l’an prochain il se retrouve dans une voiture a moteur Honda pas sur que les résultats lui soit aussi favorable en tous les cas il a déjà battu le record de pôle de la discipline au nombre victoire par contre je sais pas il en avait déjà quatre l’an passé plus quatre cette année je sais pas si quelqu’un a fait mieux

wpDiscuz