Accueil F1 F1 : Renault non payé, menace certaines écuries

F1 : Renault non payé, menace certaines écuries

88
9
PARTAGER

Renault a fait la une de la journée dans le paddock de Barcelone en haussant le ton auprès de certaines de ses écuries clientes, sans toute fois les nommer. Le losange menace a demi-mot de ne plus fournir les mises à jour ou carrément de ne plus livrer les blocs.

Jean-Michel Jalinier, Président de Renault Sport F1, déclare à Autosport : « Pour développer notre plan d’action nous avons besoin de sécuriser les ressources et nos finances viennent de deux sources. L’une est Renault, et nous avons sécurisé ces ressources, tant humaines que financières, l’autre vient des écuries car nous vendons les moteurs aux équipes. De ce côté-ci, je dois dire que nous ne sommes pas dans une situation acceptable car certaines écuries sont en retard dans les règlements, et au moment où vous avez besoin de dépenser des ressources pour combler le retard, vous ne pouvez pas vous permettre ces retards de paiements ».

Bien sur les regards se tournent vers Lotus et Caterham dont les difficultés financières ne sont pas un secret. En retard durant les premiers essais hivernaux, Lotus avait même vu son premier roulage pris entièrement en charge par Renault qui devait acquérir des données sur son V6 turbo hybride. Caterham qui semble se diriger vers sa dernière saison en F1 a également des difficultés à joindre les deux bouts malgré ses deux pilotes payants.

Conscient de sa responsabilité dans le manque de performance de ses écuries clientes, Renault a mis les bouchées doubles pour fournir plusieurs mises à jour de son programme de récupération d’énergie et atteindre ainsi la pleine puissance sur son moteur, et visiblement ses développements ont pour le moment été payés sur ses fonds propres.

« C’est un sérieux problème. Nous pouvons vivre sans ces paiements jusqu’à un certain point, car nous développons, en mettant de l’argent dans le business, et nous devons avoir nos ressources. Vous devez en priorité travailler avec vos écuries clientes pour arranger cela et récupérer la situation financière. Nous allons devoir mettre la situation sur la table avec les écuries et prendre les décisions, car ce n’est pas une situation qui peut continuer ».

Interrogé sur la possibilité ou non d’arrêter de fournir des moteurs aux écuries fautives, Renault indique que c’est une option. En tout cas cela ajoute de l’eau au moulin des partisans de la maîtrise des coûts. Dans ce contexte tendu, Maldonado, déjà en tête du nombre de tour en EL1, et les pilotes Caterham ont été les plus assidus en piste durant la seconde séance d’essais libres.

Source : Autosport

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "F1 : Renault non payé, menace certaines écuries"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nicolas
Invité

Le probleme comme precise dans l’article est que c’est les mauvaises performances du moteur Renault qui mettent en difficulte les ecuries ! C’est donc un peu facile de les accuser publiquement de la sorte.

Kaizer Sauzée
Invité

Alors çà c’est vraiment du grand n’importe quoi ! Quand il s’agit de ne pas payer, toutes les excuses sont bonnes.
Les problèmes financiers de ces écuries datent de bien avant l’arrivée de ce moteur.
L’an dernier personne ne se plaignait du moteur Renault.

Jurassix
Invité

C’est aux ecuries de trouver les sponsors pour l’annee, leur classement n’est pas entierement du a renault, d’autres equipes font beaucoup mieux avec le meme moteur…
Les ecuries equipee du Ferrari ne sont guere mieux logees, mais elles payent…

Pat
Invité

Nicolas, en suivant ton raisonnement, les écuries fournies l’année dernière par Mercedes et Ferrari n’auraient pas du payer les 2 motoristes ?

Milton
Invité

Ou « quand le sport professionnel devient fou ».

Ca me fait penser au foot où de capitaines d’industrie proprios de clubs viennent expliquer tranquillement qu’il faut trouver de nouvelles ressources pour surpayer encore plus des joueurs souvent médiocres.

Là c’était pas compliqué de voir la situation économique mondiale pourtant. Pour fair vivre la F1 il fallait faire un règlement « low costs », en attendant que l’orage passe.

Mais pas du tout : en avant pour du tout techno hors de prix !!

Pathétique. Quand il restera 4 écuries, les mêmes feront semblant de pleurer.

bzep
Invité

Bin ouai faut payer ou aller chercher un moteur ailleurs, c’est aussi simple que ça.

Admin

Toro Rosso, Lotus et Caterham affirment d’un ton surpris être tous à jour dans leurs paiements. Quelqu’un ment dans cette histoire…

jérôme
Invité
il est sur que les curies ne vont pas dire que se sont elles les fautives maintenant pour le cas de LOTUS il est clair je crois avec l’interview donner par son patron , au journalistes de Canal+ ou il a reconnus qu’il faisait face actuellement a quelques difficultés , car les cas LOTUS n’a pas été facile a géré pour son patron avec le départ en cours de saison de Kimi RAIKONNEN , et c’est sûr que l’arrivé de Maldonado est peut être une bonne chose au niveau du portefeuille , mais il faut voir au niveau des résultats… Lire la suite >>
wpDiscuz