Accueil Actualités Entreprise CODA, c’est fini

CODA, c’est fini

75
3
PARTAGER

Le nombre des marques survivantes après le rush de 2008 sur l’électrique continue de se restreindre. Coda jette à son tour l’éponge et se place sous le régime des faillites. Pas d’arrêt complet de la société, mais un abandon du secteur automobile en perspective.

Aptera, Coda, Fisker… Nombreuses sont les marques a avoir vu le jour à la fin de la dernière décennie. Certaines ont abandonné avant même d’avoir vendu la moindre voiture… Coda en aura écoulé 100…

La petite start-up californienne s’est placé en faillite sous le régime de protection du chapitre 11 de la législation américaine et va restructurer son activité. La filière automobile est totalement abandonnée, mais l’entreprise compte capitaliser sur son expérience en matière de batteries et de gestion de ces dernières pour développer une activité de batteries stationnaires, pour des utilisations industrielles ou même domestiques.

Une orientation prise en fait dès 2011 et qui devient donc à présent le coeur d’activité de l’entreprise qui devrait être reprise par un consortium d’investisseurs baptisé Fortress Investment pour 25 millions de dollars (19 millions d’euros).

Source : Coda

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "CODA, c’est fini"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Navigator84
Invité

C’est pas elle qui fait fabriquer sa voiture en Chine ?

Joest Jonathan Ouaknine
Membre

La Coda était en fait une Hafei Seibao V « électrifiée ». Vers 2008, Hafei est un constructeur chinois fringuant. La Seibao V, dessinée par Pininfarina, est une berline moderne. Donc a priori facile à homologuer aux Etats-Unis. En pratique, peu après, Hafei a de grosses difficultés financières. Il fini par être racheté par Changan, qui sacrifie la Seibao. Coda (qui a également eu son lot de soucis) se retrouve sans voiture. Il tentera d’approcher Great Wall, qui n’est guère intéressé. La suite semblait écrite.

François
Invité
Coda et Fisker ont un point commun, ils ont péché par orgueil et se plantent lamentablement. Faire un business plan avec un chiffre de 15 000 ventes par an dès le début est tellement grotesque que cela se passe de commentaire. Même Tesla était loin du compte lorsqu’il vendait son premier modèle, le Roadster. Coda, c’est juste l’histoire de la grenouille qui voulait être aussi grosse que le boeuf. Ajoutons une remarque plus générale soulignée à juste titre par Bob Lutz dans une tribune publiée sur Forbes au sujet de Fisker. Le pseudo-engouement pour les VE a été basée sur… Lire la suite >>
wpDiscuz