Accueil Coupés Genève 2013 : Rolls-Royce Wraith

Genève 2013 : Rolls-Royce Wraith

251
7
PARTAGER

Demain débutera l’expansion de la famille Ghost. Une expansion qui se fera dans la suite logique de la berline, à savoir en cherchant à offrir un modèle plus orienté sur le plaisir de conduite. Et ce coupé se pose d’emblée comme la plus puissante Rolls-Royce de production.

En la nommant Wraith, Rolls-Royce fait ressurgir une appellation du passé (Wraith avant guerre et Silver Wraith après guerre), et donne à ce coupé une aura supplémentaire en le singularisant de la berline Ghost. Ce qu’il ne se contente pas d’être simplement un coupé. L’accent a aussi été mis sur un peu plus de performance et de plaisir de conduite. Mais si la mise au point a été partiellement affutée au Nürburgring, on peut supposer que la lady restera fidèle aux préceptes fondamentaux de la marque.

Enfin, pas tout à fait. Le style vient en effet quelque peu bousculer les habitudes avec son profil « fastback ». C’est que la marque est plus habituée à la production de statutaires berlines et limousines au long de son histoire. Il était donc nécessaire pour ce modèle d’apporter du sang neuf, afin de bien marquer sa différence avec le reste de la gamme. Il conserve néanmoins des traits inscrits sans aucune ambiguïté dans l’univers stylistique utilisé à Goodwood depuis 10 ans. Ainsi que quelques habitudes comme les portes à ouverture inversée. Plus dynamique, la Wraith l’est aussi par ses proportions avec un empattement réduit de 183 mm(3112) et une longueur de 130 mm (5269 mm) par rapport à la Ghost. Elle est aussi posée sur la route avec une voie arrière élargie de 40 mm et une hauteur globale réduite de 43 mm.

A bord aussi, l’univers Rolls-Royce prédomine, avec une modernisation qui passe par le traitement des panneaux d’habillages de portes. Et malgré le volant au diamètre réduit et à la jante plus épaisse qui laisse augurer du rôle prédominent du conducteur, les passagers arrière sont toujours bien traités.

Sous le capot, le V12 6,6l délivre 465 kW / 633 ch (624 bhp), et 800 Nm. Il est associé à la boîte 8 rapports ZF, qui dispose de la fonction de liaison avec le GPS pour optimiser les changements de rapport en fonction de la route suivie (anticipation des ralentissements par exemple).

2013_Rolls-Royce-Wraith_012013_Rolls-Royce-Wraith_042013_Rolls-Royce-Wraith_022013_Rolls-Royce-Wraith_032013_Rolls-Royce-Wraith_052013_Rolls-Royce-Wraith_152013_Rolls-Royce-Wraith_142013_Rolls-Royce-Wraith_132013_Rolls-Royce-Wraith_192013_Rolls-Royce-Wraith_172013_Rolls-Royce-Wraith_182013_Rolls-Royce-Wraith_16

Source : Rolls-Royce

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Genève 2013 : Rolls-Royce Wraith"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SAM
Invité

ça m’a coupé le sifflet?!?! Euh?!?

xxx
Invité

La continentale bien que vieillissante a de beaux jours devant elle …

mOgWai
Invité

pouah ! que c’est lourdingue. Ok, les Rolls ont rarement été aériennes, mais là ! Au secours…

pedro
Invité

Tres bien pour garer Louis Vuitton a Moscou da…

panama
Invité

Et voilà, RR ressuscite la Bentley Continental 1955. Quand Bentley appartenait à RR.

En plus lourd, une vraie PanzerWagen, de très haut luxe, certes.

http://carinpicture.com/wp-content/uploads/2012/05/Bentley-S1-Continental-Sports-Saloon-by-Mulliner-1955-1959-Photo-04-800×600.jpg

… Mais que fait Bentley ?

wpDiscuz