Accueil Actualités Entreprise Le patron de De Tomaso en prison

Le patron de De Tomaso en prison

187
1
PARTAGER

Président de la marque De Tomaso, Gian Mario Rossignolo a été arrêté aujourd’hui pour le détournement de 7,5 millions d’euros d’argent public.

Ces fonds avaient été alloués à De Tomaso pour relancer l’usine De Tomaso Automobili sur le site de Grugliasco, à côté de Turin, auparavant détenu par Pininfarina.

Rossignolo, un ancien cadre de Fiat, avait acheté De Tomaso en 2009, cinq ans après la banqueroute de la marque.

A Salon de Genève 2011, De Tomaso avait présenté la SLS avec l’objectif de produire 8 000 voitures par an. Un an plus tard, le constructeur italien était de nouveau en banqueroute.

Il y a plusieurs mois, la justice italienne avait ouvert une enquête pour découvrir comment avaient été utilisés les fonds mis à la disposition de De Tomaso.

Selon la police, des fausses garanties bancaires avaient alors été présentées pour recevoir des aides de la région du Piemont et de l’Union Européenne.

De Tomaso devait toucher 7,5 millions d’euros pour réembaucher 1000 travailleurs sans emploi depuis 2010. L’enquête montrerait que ces fonds ont été retrouvés sur les comptes de trois hommes, dont Gian Mario Rossignolo.

Le Piemont avait déjà demandé le remboursement de 5 millions d’euros dès le mois de mai.

Il y a quinze ans, Rossignolo avait déjà tenté de relancer Isotta Fraschini… sans succès.

Et aussi : De Tomaso : la deuxième mort

Source : Reuters

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Le patron de De Tomaso en prison"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
-nlm
Invité
Nos grands patrons de l’automobile doivent aussi rendre des comptes sur les millions d’Euros d’argent public, détournés pour mieux délocaliser et accroître le chômage en France. Le monopole de nos constructeurs nationaux pèse très négativement sur toute la filière, empêchant l’éclosion de nouvelles marques aptes à créer une nouvelle dynamique dans l’automobile. Malheureusement, tout est fait pour tuer dans l’œuf toute tentative de redonner à la France une industrie automobile conquérante, sans patrons énarques, cost-killers, ou parachutistes dorés. L’Allemagne réussit à vendre cher, très cher, des voitures faites par des hommes du métier, de très bonnes voitures. Chez nous, les… Lire la suite >>
wpDiscuz