Accueil Michelin Michelin : un « non-Michelin » à la tête du manufacturier

Michelin : un « non-Michelin » à la tête du manufacturier

43
1
PARTAGER

Révolution à la tête du manufacturier de pneumatique de Clermont-Ferrand puisque en effet Michel Rollier a présenté sa démission au conseil des actionnaires qui l’ont acceptée et nommé à sa place Jean-Dominique Senard. Monsieur Senard devient ainsi le premier patron du Bib’ non issu de la famille Michelin.

La disparition tragique et accidentelle d’Edouard Michelin en mai 2006 avait déjà ouvert une brèche dans la direction de l’entreprise familiale puisque Michel Rollier, cousin germain de François Michelin avait repris les rennes de l’entreprise suite à cette disparition. Aujourd’hui, c’est donc une nouvelle page qui se tourne pour l’entreprise auvergnate avec la nomination d’une personne étrangère à la famille fondatrice. Michel Rollier qui a tenu la barre du Bibendum depuis 2006 et consolidé les ventes avait déjà fait part de son envie de ne pas aller au terme de son mandat et jusqu’à la limite d’âge qu’il aurait atteint en 2017 et de céder la main.

Les actionnaires réunis en assemblée générale ont donc approuvé la nomination de Jean-Dominique Senard à 99,29%. Monsieur Senard a rejoint Michelin en 2005 en tant que directeur financier après une carrière qui l’a vu passer chez les plus grands groupes comme Péchiney, Saint Gobain ou Total. Depuis 1 an il était était devenu « co-numéro 1 » du groupe avec le statut d’Associé Commandité Gérant aux cotés de Michel Rollier. Quoi qu’il en soit la famille Michelin garde un oeil sur ce nouveau dirigeant grâce à la SAGES (Société Auxiliaire de Gestion) qui a le statut d’associé commandité non gérant.

Dans le même temps, Jean-Dominique Senard a annoncé que des mesures de chômage partiel pourraient être prises sur certains sites français et/ou espagnols. « A ce stade, le nombre de jours de chômage technique prévu dans quelques usines européennes n’est pas très considérable, il y en a un petit peu en mai et en juin » a-t-il déclaré. L’activité de Michelin est en effet impactée directement par le ralentissement du marché automobile européen mais cela n’empêche pas le nouvel homme fort de Michelin d’annoncer un objectif de +50% sur les volumes de ventes mondiales d’ici à 2020 et de maintenir les objectifs pour l’année 2012.

Source : Michelin via AFP

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Michelin : un « non-Michelin » à la tête du manufacturier"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
wizz
Membre

C’est Carlos qui doit « apprécier »….

wpDiscuz