Accueil Actualités Entreprise Quand Osamu Suzuki écrit à Martin Winterkorn

Quand Osamu Suzuki écrit à Martin Winterkorn

104
10
PARTAGER

La manière allemande ne convient vraisemblablement pas aux affaires avec les Japonais. Car chez Suzuki, on prend pour un affront la communication de Volkswagen de la semaine dernière, et on demande publiquement des excuses.

De petits mots en petites phrases, les difficultés entre Suzuki et Volkswagen se sont transformées en guerre ouverte la semaine dernière. Mécontent, Volkswagen choisissait en effet l’artillerie lourde : le communiqué de presse, en accusant son partenaire d’avoir brisé les termes de leur contrat de coopération. En cause, son choix de moteurs diesel Fiat.

On connaît la suite, avec une réaction rapide de Suzuki qui demande le divorce et la suppression des liens capitalistiques  entre les deux constructeurs. Mais à Hamamatsu, la demande de séparation ne suffit pas. Le constructeur estime que Volkswagen a bafoué son honneur et porté un grave préjudice à l’image de l’entreprise, et demande des excuses, via une lettre d’Osamu Suzuki à Martin Winterkorn.

La lettre n’a pas été rendue publique, mais Suzuki résume sa position en expliquant que Volkswagen était clairement au courant du fait qu’il n’utiliserait pas les moteurs TDI et choisirai ceux de Fiat. Dès le début de l’année, les ingénieurs japonais et allemands avait convenus de ce fait, et le le constructeur japonais en avait informé officiellement son partenaire. Suzuki estime donc que les accusations de non respect du contrat de coopération sont infondées. En plus de la demande d’excuses officielles, Osamu Suzuki réitère sa demande concernant les participations croisées : Volkswagen est poliment prié de revendre ses 19,9% de Suzuki, qui fera de même de ses 1.5% du géant allemand.

Source : Suzuki

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Quand Osamu Suzuki écrit à Martin Winterkorn"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
r.burns
Membre

Quelle comédie grotesque, heureusement que le ridicule ne tue pas

truc
Invité

C’est vrai, sinon tu serais bien mal en point.

Tibo35
Membre

Ce n’est pas grotesque et encore moins une comédie. Il s’agit d’un patriarche désireux de protéger la société qu’il a fondé contre ce qu’il considère comme une menace.
Perso je le comprend (que j’approuve ou pas ce qu’il se passe est un autre sujet).

Misteryo
Invité

« Il s’agit d’un patriarche désireux de protéger la société qu’il a fondé »

… ce n’est pas compatible avec une société qui émet des actions !!! Si tu veux avoir une société patriarchale et que personne ne viennent te dire quoi et comment faire, il ne faut pas ouvrir son capitale !!! En gros Suzuki voulait bien de l’argent frais de VW mais surtout qu’ils se taisent… très douteux comme pratique…

François
Membre

Les propos de Suzuki dans cette lettre tuent un peu dans l’oeuf l’histoire d’une potentielle OPA hostile de Volkswagen…Sans doute qu’Osamu a pris ses précautions d’avant d’attaquer frontalement l’allemand. Il peut aussi s’agir d’intox mais Piech va t-il risquer le coup? Autre point, est-ce que ça ne coûterait pas moins cher à VW d’installer directement un réseau de distribution en Inde et surtout avec moins d’incertitudes (une OPA, on sait jamais si ça va réussir)?
Attendons la suite de « la guerre du 4ème âge » 😀

TITAN
Invité

Pour ma part je parierais pour une tentative d’OPA. En effet, la mégalomanie de Piesh est légendaire, il ne lâchera pas le morceau aussi facilement!
Pour l’instant il fourbi ses armes,… le combat risque d’être passionnant!
Qui, de l’orgueil chevaleresque (Suzuki) et de l’orgueil démesuré (VW) emportera le combat ?

r.burns
Membre

Ben voyons, c’est David contre Goliath maintenant, il y a des vrais comiques ici

Tibo35
Membre

pourquoi être agressif quand le gens ne sont pas du même avis? o.O

Julien Bettinelli
Invité

Je ne sais pas trop qui a raison et qui a tort dans cette affaire, car on ne sait pas les dessous de l’histoire.
Mais que VW veuille avoir son mot à dire c’est assez normal vu qu’ils ont quand même 20% de Suzuki. Evidemment dans ces conditions, on ne parle pas sur un pied d’égalité. Après, il est possible que les Allemands soient un peu trop directs avec les Japonais, avec lesquels il faut savoir ménager les apparences.

wpDiscuz