Accueil Essais Essai Fiat Punto Evo 1,3l Multijet

Essai Fiat Punto Evo 1,3l Multijet

391
13
PARTAGER

Fiat, spécialiste d’urbaines tendance, ne se repose pas sur le succès de la Grande Punto rapidement suivi de celui de la Fiat 500 et propose 4 ans après la sortie de cette première, une évolution du modèle repensé au niveau de son style et de sa motorisation, la Fiat Punto Evo.

La Grande Punto, plébiscitée pour son allure et son œil génétiquement hérité de Maserati reste néanmoins au catalogue. La Punto Evo se positionne plus haut dans la gamme avec un style plus moderne et offre une alternative dans le segment très compétitif des citadines.

Au niveau design extérieur, la Punto Evo n’est pas une révolution en soi. Les dimensions ont augmenté pour lui donner une longueur totale de 4,06 mètres. Peu de modifications à l’arrière à part au niveau des blocs optiques.  L’avant de la voiture s’est affiné et s’est doté de prises d’air plus imposantes et d’un pare-chocs qui scinde en deux la calandre. Les optiques ont été modifiées lui conférant un regard plus moderne et l’extrémité du capot est finie par une barre en chrome.

L’évolution sera donc intérieure et le centre de design de Turin ne s’est pas privé. L’habitacle de la Punto Evo a été revu prenant en compte les critiques adressées à son ainée à ce sujet et le résultat est très réussi. La Punto Evo prend des allures à la fois chic et sportives avec des matériaux de meilleure qualité et des coloris de bon goût tout en gardant un brin d’excentricité latine. La planche de bord s’est arrondie et est pourvue d’un revêtement mat « Hi Touch » qui renforce cette impression de qualité tant au niveau visuel que tactile.

L’ensemble multimédia offre une finition laqué noire qui s’intègre parfaitement aux teintes fauves de la planche de bord, des sièges et des accoudoirs, les cadrans du tableau de bord on pris du relief et offrant une meilleure lisibilité, le tout étant sublimé de nuit par un nouvel éclairage d’ambiance.

Pour ce qui est de la technologie embarquée, on trouvera en option à €348 la dernière évolution du système Blue&Me TomTom à écran couleur tactile faisant office de GPS, téléphone mains libre bluetooth avec commandes au volant et cerise sur le gâteau, un accès au logiciel eco:Drive permettant au conducteur de décrypter son mode de conduite (une forme de télémétrie axée sur la conduite écologique). Le GPS monté sur un support souple peut être déconnecté de son support pour une utilisation en mode nomade hors du véhicule.

Enfin les motorisations Euro 5 ont été revues avec un objectif clair de performances et de respect de l’environnement. Notre modèle d’essai est équipé du diesel  1.3l multijet 16v de 95ch de seconde génération doublé du système start&stop qui annonce fièrement 110g de CO2 / km.  Le multijet  dispose de nouveaux injecteurs Common Rail qui contrôlent  la quantité de gasoil injectée dans la chambre de combustion et permettent une flexibilité accrue avec 8 injections par séquence (contre 5 précédemment). Au final, les consommations sont en baisse de 2 %, les émissions de NOx sont réduites significativement de 30 % et la puissance est en hausse de 5 %.

Au niveau comportement, la Punto Evo est dynamique, voire même ferme et ne décevra pas les amateurs de conduite sportive même si cela n’est pas la vocation première du véhicule. Le train avant est précis et le roulis limité en courbes, on peut juste regretter un manque de soutien latéral des sièges en conduite poussée.

Son niveau d’équipement, son design intérieur et ses motorisations sont d’autant plus d’atouts pour en faire un succès commercial, d’autant que Fiat a su la préserver dans une gamme de prix allant de €11490 pour la version 1,2l Essence de 65ch en finition Team à €19900 pour le 1,6l Multijet en finition Sport.


Essai Fiat Punto Evo – 1.3l multijet
Une production 3 Lézards

237962237968237940237947237959

228796228814228820228832228826

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz