Accueil Le Mans Series Le Mans Series, bilan du Bugatti

Le Mans Series, bilan du Bugatti

120
3
PARTAGER

On le savait déjà avant même la première journée de samedi, les deux journées de tests Le Mans Series organisées au Bugatti n’allaient pas rentrées dans l’histoire. Peu de concurrents invités, un intérêt minime pour les équipes (et pour le public), bref sans doutes une erreur de casting… Mais tout de même. Certains enseignements sont à tirer de ces deux jours Manceaux, à maintenant 2 semaines de ce qui s’annonce comme LA manche Le Mans Series de l’année, les 1000km de Spa Francorchamps.

Pescarolo Sport a finalement réalisé le meilleur temps des quatre séances. Le premier aperçu de la hiérarchie que nous avions eu à Barcelone a été confirmé au cours de ces deux jours. Grâce aux conditions climatiques favorables, la séance d’essais a offert un maximum de temps de piste aux écuries en vue de préparer les courses à venir et les 24 Heures du Mans.Oui il manquait les Lola Aston Martin officielles, mais Speedy Sebah a donné pas mal de concurrence aux Pescarolo. « Notre but n’était pas de réaliser le meilleur tour. Nous avons réuni tout ce que nous avons découvert pendant ces deux jours et monté un train de pneus neufs. Je pense que nous avons trouvé une bonne configuration pour Spa et c’est toujours agréable de se retrouver tout en haut du classement ! » explique Henri Pescarolo. En effet, Christophe Tinseau a réalisé ce chrono alors que l’auto était justement en configuration Spa. Rapide et stable, la française pourrait (si les faits de course ne vienennent pas dynamiter la lutte), être bien placée face aux Aston Martin en Belgique. L’équipe Pescarolo était au travail, sérieuse, et mise énormément sur cette Pescarolo cru 2009.

Désormais, les deux chassis ont équipés des évolutions 2009 (ce qui n’était pas le cas à Barcelone).

Voila qui tranche avec l’équipe Aston Martin officielle qui, sans vouloir en rajouter, brille par son absence… Toujours aucune nouvelle du 3e châssis pourtant inscrit aux prochaines 24 Heures du Mans, peut-être en saura t-on plus dans deux semaines. Pour les fans de la ligne Lola Aston Martin, il fallait se tourner vers le Speedy Racing Team.

Avec 251 tours en piste, la n°13, avec sa magnifique robe rouge argentée fut assidue. Andrea Belicchi signait même le meilleur temps du samedi après midi. Mais l’équipe allait être touchée par une sortie de piste de la voiture soeur… Jonny Kane sur la Lola B08/80 P2 sortait au Dunlop. Séance terminée.

Lola P2 Speedy Racing accidentée

On pourrait penser que le Team Essex est habitué au RS Spyder de Porsche puisqu’il a participé à toutes les courses la saison dernière, mais l’équipe a été entièrement restructurée au cours de l’hiver et la fourniture de pneumatiques de l’escadron danois est aujourd’hui assurée par Michelin.

Nouvelle équipe, dont vous pouvez suivre les aventures sur leur site web, mais toujours aussi rapide en piste, à l’image des passages volontaires dans certains virages. Le Team Essex veut gagner Le Mans. Ces essais, tout comme l’inscription à Spa dans deux semaines vont dans ce sens, et uniquement. Pas d’autres meetings, juste un objectif, Le Mans. L’équipe Danoise sera à surveiller.

Bilan des GT2 :  Pas beaucoup d’auto (4) et pas d’équipes de pointe. IMSA, Virgo ou encore Felbermayr n’étaient pas dans la Sarthe. En piste, c’est la Ferrari Hankook qui était clairement la plus à l’aise : 1.37.162, là ou les autres équipes tournaient en 1:38. Le manufacturier Hankkok a travaillé dur, en témoignent les 243 tours cumulés.

190637190648190654190669190642

Souvent en piste également, l’assourdissante Aston Martin Vantage GT2. Lord Drayson n’en revenait pas d’être au Mans, et alignait les tours. Comme tout le monde, en vue des 24 Heures. Patrick Dempsey lui aussi s’est familiarisés avec son auto, différente de qu’il a pu connaitre par le passé. « Bien évidemment, je suis plus habitué à rouler sur la Mazda, mais le niveau d’adhérence sur la Ferrari est meilleur et les pneumatiques Michelin sont fantastiques. Je dois aussi m’habituer à la puissance des freins. Je travaille beaucoup pour trouver les meilleurs points de freinage. Encore une fois, l’équipe fait un travail fantastique mais nous devons nous entraîner pour améliorer les changements de pilotes et je dois également être plus agressif en première et en seconde« . Le Doc prend ce rôle au sérieux, et il sera intéressant de suivre son évolution en Juin.

Terminons avec le Endurance China Team qui était présent dans la Sarthe Samedi. Philippe Hesnault et Darryl O’Young ont pu profiter d’une Porsche 997 RSR avec un moteur neuf, arrivé de l’usine. Le pilote Chinois, qui participe au FIA GT cette année chez Prospeed Competition (équipe officielle) a signé un 1:39.429 prometteur (car réalisé avec un châssis 2007).

On retrouvera l’équipe, ainsi que la majorité des team présents ce week-end, en Juin, avec comme première étape indispensable, la séance d’essais libres.

Crédit photo : Philippe Breton et Christian Barre

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz