Accueil Chevrolet Chevrolet Camaro, parlons un peu de GM sans la crise

Chevrolet Camaro, parlons un peu de GM sans la crise

82
6
PARTAGER

Depuis plusieurs mois déjà, la Camaro alimente les chroniques automobiles, semblant parfois le seul sujet permettant d’évoquer GM sans parler de crise. A tel point que l’on a l’impression qu’il s’agit d’histoire ancienne dont on sait tout. Enfin, pas tout à fait tout car GM n’en avait pas encore livré tous les détails. Profitons en, car les occasions sont rares de se réjouir de l’actualité automobile, surtout quand il s’agit d’un engin comme la Camaro, politiquement incorrect, mais Ô combien excitante pour tout passionné de BAGNOLE!

Il n’est sans doute pas besoin de s’étendre très longuement sur le design de ce coupé de 4m84 de long, 1m92 de large, et 1m37 de haut. S’inspirant librement des Camaro de 1967 à 1969, les équipes de style ont réussi à ne pas tomber dans le travers de style rétro. Malgré ses inspirations, le design semble particulièrement moderne et actuel.

C’est en fait surtout à bord que l’ambiance rétro se retrouve le plus, avec le traitement de l’instrumentation ou du volant. GM n’a pas lésiné en ne reprenant que très peu d’éléments visibles de ses modèles de grande série, procurant à cette Camaro la touche finale d’exclusivité qui manque par exemple à l’habitacle de la Corvette.

Un vrai châssis

Reposant sur une nouvelle plateforme globale pour véhicules propulsion, la Camaro a en partie été développée par Holden, le bureau d’étude maison spécialisé dans ce type d’architecture. Ce qui vaut à cette nouvelle génération d’être la première de sa famille à adopter quatre roues indépendantes, avec un beau train multibras à l’arrière, là où Ford vante encore les mérites du pont rigide… Souhaitant offrir à la Camaro un comportement digne de ce nom, et aussi de ses ambitions internationales, GM a effectué une partie de la mise au point sur le Nürburgring, passage désormais semble-t-il obligé de toute sportive qui se respecte… Car cette Camaro nous fera le plaisir de venir s’offrir (enfin, pas tout à fait) à nous autres clients Européens privés de Mustang ou de Challenger (sauf importations individuelles et hors de prix).

Un châssis qui est rendu plus efficace sur les modèles V8 avec des tarages plus fermes et des courses réduites, ainsi qu’un freinage optimisé avec des disques Brembo de 355 mm à l’avant avec étriers à 4 pistons qui prennent la place des éléments à 321 mm. A l’arrière on passe de 315 à 365 mm, toujours avec étriers à 4 pistons. La monte pneumatique hausse également le ton, jouant aussi son rôle dans le style de la bête. Les modèles V6 sont dotés de jantes 17 ou 18″, et la SS passe directement au 20″, avec une offre en 21″ au catalogue des accessoires. Une SS qui s’offre au passage un différentiel arrière à glissement limité.

Moteurs modernes pour une consommation « maitrisée »

La gamme mécanique s’articule autour de deux moteurs, V6 ou V8. Le V6 équipe les finitions LS et LT, avec une boîte manuelle ou automatique à 6 rapports. Il s’agit du dernier né des V6 de GM, d’une cylindrée de 3.6 et doté de l’injection directe. Un moteur qui fait déjà les beaux jours de la Cadillac CTS, et qui développe ici 304 ch. Le V8, ou plutôt LES V8, équipent la Camaro SS. Le client choisissant une boîte automatique, avec 6 rapports, recevra le  L99 de 6.2 litres développant 400 ch et 556 Nm. Un moteur qui sera remplacé par le LS3 développant 426 ch et 569 Nm sur les SS à boîte manuelle Tremec à 6 rapports. Les deux unités sont issues du LS3 équipant la Corvette.

Plus que les performances, GM met en avant la consommation considérée comme raisonnable pour rendre sa Camaro plus acceptable. Il ne faut pas non plus attendre de miracles pour un engin puissant doté de boîte dont les rapports n’ont pas été allongés à l’infini pour économiser le moindre centilitre. Le propos de l’engin reste avant tout la performance, avec une petite prime sous forme d’une consommation moins « pire » que ce à quoi on pourrait s’attendre. Le modèle V6 annonce ainsi 8.1 litres sur autoroute et 13.1 en ville en version automatique (8.1 et 13.8 en boîte manuelle). Le V8 de la SS revendique pour sa part 9.4 sur autoroute et 14.7 en ville en boîte auto (9.8 et 14.7 en boîte manuelle). Des chiffres annoncés comme inférieurs à la Challenger concurrente, et qui permettent aussi à la Camaro d’échapper aux actuelles taxes sur les véhicules les plus gourmands…  Le L99 associé à la boîte automatique doit en partie ses bon résultats à son système Active Fuel Management qui désactive au besoin un banc de cylindres.

Une description chiffrée qui ne pourra remplacer le plaisir d’entendre ces moteurs, et surtout le V8 LS3, s’ébrouer et donner de la voix… Que ceux qui songent à une Camaro électrique soient bannis du Blog Auto!

176598176604176631176637176640176652176676176691176694176856

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz