Accueil F1 Alex Prémat et la F1: interview

Alex Prémat et la F1: interview

21
3
PARTAGER

Dsc_0138
Après avoir présenté rapidement notre nouveau consultant GP2 / F1 et ami du Blog Auto – Alexandre Prémat – il était intéressant de savoir quel oeil il avait sur la F1 d’aujourd’hui, à quelques heures des premiers essais du Grand Prix de Magny-Cours. Sur le plan personnel, il nous apprend qu’il pourrait faire un test F1 avant la rentrée, avec l’espoir d’une collaboration. Extraits à la suite

Le Blog Auto: La plupart des rookies qui arrivent en F1 sont, au-delà d’un certain talent, très soutenus, notamment financièrement. Sur ce point, les pilotes français semblent en difficulté. Toi-même candidat à la F1, es-tu suffisamment sponsorisé pour discuter avec les équipes?

Alexandre Prémat: Aujourd’hui, mes résultats ont convaincu trois sociétés autrichiennes et françaises qui me suivent. On parle déjà avec quelques bonnes équipes, dont une des trois qui se bat pour le championnat, qui serait peut-être prête à me prendre grâce à l’apport d’un gros sponsor. Bien évidemment, ce n’est pas facile, mais j’ai quelques rendez-vous intéressant à venir, notamment à Magny-Cours.

LBA: Un test de F1 est-il prévu très prochainement? Si oui, avec qui?

A.P: Très prochainement non. Comme je disais, j’ai des rendez-vous de prévus, au cours desquels on devrait aussi discuter de tests notamment. J’aimerais en faire d’ici la rentrée si possible. Avec qui, pour l’instant je ne pourrais te le dire, mais ce serait dans une des trois ou quatre meilleures équipes de F1 actuellement.

LBA: Nicolas Todt (manager ART Grand Prix, et fils de Jean) serait dans le coup pour un test chez Ferrari?

A.P: On essaie de ce côté là aussi. Nicolas a comme pilote déjà Felipe Massa, je roule pour son écurie de GP2, c’est plutôt pas mal, mais en effet on travaille sur cette voie là aussi, mais pas uniquement celle-ci, car pour la F1 – milieu très particulier – il vaut mieux avoir plusieurs pistes pour y arriver.

LBA: Ferrari a gagné à Indianapolis, alors que Renault était plutôt devant jusqu’à là. Beaucoup d’observateurs expliquent ce regain de forme des rouges uniquement grâce à leurs pneus (Bridgestone) plus performants que les Michelin sur cette course, le manufacturier français ayant été sûrement trop prudent, vu le fiasco de l’an passé. Plutôt d’accord avec cette hypothèse?

A.P: Je pense que la différence est venu de Michelin qui n’a pas voulu prendre de risques, avec les accidents de l’an passé. Renault et Alonso marquent quand même de gros points, et pour gagner un championnat, il faut finir toutes les courses. Même si Schumacher est revenu à 19 points, il était en retrait au Canada, et je crois qu’il n’est pas possible qu’en une semaine Ferrari ait trouvé toutes les solutions sur leur package. Je pense qu’à Magny-Cours Renault devrait remettre les points sur les « i », et garder leur avantage d’avant Indianapolis.

Mais c’est bien, on a une bagarre Renault / Ferrari, puis parfois McLaren avec Raikkonen, mais il a vraiment de la malchance.

LBA: Par rapport au réglement qui va changer l’an prochain, avec comme mesure phare le passage au manufacturier unique, tu crois que c’est positif?

A.P: Avoir un seul manufacturier, c’est pas mal, parce que cela signifie que tout le monde aura les même pneus, même si on peut se demander si Ferrari ne pourrait pas être avantagé. Ca enlève tout de même du goût de ne pas avoir deux manufacturiers, parce que pas de développement, et les autos iront sûrement moins vite. Mais en même temps, peut-être plus de spectacle, vu que les pneus seront plus durs, mais les autos sont tellement performantes…

LBA: Trop performantes?

A.P: C’est parce qu’elles sont trop performantes et trop pointues qu’il n’y a pas de spectacle. Ils devraient faire limite des GP2 plus performantes, mais qui ne cassent pas, car les problèmes mécaniques tuent parfois les courses. Mais voilà, en F1, il faut des constructeurs, et faire un championnat comme ça, ce n’est visiblement pas idéal.

LBA: D’ailleurs, niveau performance, c’est quand même hallucinant que les autos sont parfois plus rapides sur certains circuits malgré le V8 et les restrictions aéro, même si les pneus jouent beaucoup.

A.P: C’est ce qui fait que la F1 est extraordinaire! Tous les ans, ils changent les règlements techniques pour aller moins vite, et ça va finalement encore plus vite. Ils ont mis le V8, effectivement, ça a été moins rapide peut-etre 3 ou 4 mois, mais les ingénieurs arrivent toujours à relever le challenge. Mais la F1, c’est la pointe de la technologie. Il y a pas mal de choses qu’étaient en F1 il y a 4 ou 5 ans qu’on retrouve dans les autos d’aujourd’hui.

LBA: Avant de nous quitter, accepterais-tu d’être notre consultant GP2 / F1, toi qui cours en lever de rideau des Grand Prix, et qui assistent à presque toutes les courses du championnat?

A.P: Pas de problèmes, ce sera avec plaisir!

LBA: Alex, merci, et rendez-vous à Magny-Cours.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Alex Prémat et la F1: interview"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
nicole
Invité

Belle analyse. Personnellement, je ne partage pas l’opinion selon laquelle la F-1 serait extraordinaire parce que les temps aux tours s’abaissent malgré les restrictions techniques.

Depuis quelques années, la F-1 est extraordinairement monotone parce qu’il n’y a plus de dépassements possibles à la régulière. Un GP de Monaco par an ça va, mais dix-huit d’affilée ça me gonfle un peu.

Autant rouler 10 sec au tour moins vite, ne plus s’arrêter aux stands et avoir un vrai spectacle sur la piste !

L'idiot Du Village
Invité

Il ne faut pas oublier que certain team managaer refuse a croire qu’en france il n’y a pas de bon pilote.
J’espère que les français reviendront en F1 pas comme remplacent mais comme titulaire.
Salut

wpDiscuz