Lancer le diaporama
Vente Baillon à Rétromobile 2015: Alchimisme 1
+11
LANCER LE DIAPORAMA
par Bernard Fournol

Vente Baillon à Rétromobile 2015: Alchimisme

La rouille et même la corrosion galvanique, s'agissant de la Maserati A6M, se sont transformées en or. Les épaves et semi épaves de la collection Baillon ont fait recette.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

La vente Bonham’s donnait le LA dès jeudi. Aston Martin DB5 Cabriolet a €1,897,500, R5 Turbo à 80000€, Spider Fiat Dino à près de 150000€ ou Ferrari 250 GTE à 287500€, les investisseurs et les collectionneurs étaient à Paris. Nombreux et fortunés, prêts à lever promptement la main.

Le 3 février 2012, la 250 California #1283GT avait défrayé la chronique en se vendant pour 4,507,104€, loin de l’estimation comprise entre 2 800 000 & 3 200 000 €. Le 6 février 2015, la 250 California #2935GT a atteint 16,3 millions d'euros frais compris!  Une "Delon-Fonda" SWB, à restaurer entièrement, alors que la "Vadim-Bardot" à châssis long d'il y a 3 ans était fonctionnelle et dotée d'un rare Hard Top.  Au moins cette Ferrari était elle bien conservée, contrairement à la majorité des autos de la collection Baillon. Passe encore sur la désirable Maserati A6G Gran Sport Frua, vendue 1,720,000€ hors frais, mais  les enchères semblaient d'autant plus folles que la corrosion était envahissante. L'épavesque Talbot-Lago T26 Grand Sport SWB s'est envolée jusqu'a 1,45 millions d'euros hors frais, soit 3 fois son estimation. Des estimations parfois étranges,  qui ne pouvaient être si basses par hasard.  Pour susciter l'émoi du grand public en laissant penser que toute ferraille est un trésor? Ainsi, quand on sait qu'une Amilcar CGSS en état se vend 65000€ à 70000€ et se reconstruit pour 20000€, on ne peut que s'interroger devant une estimation à 5000€ de l'une d'entre elles, logiquement vendue près de 10 fois cette somme. Livre Sterling, Dollar et Franc Suisse en hausse, placement financier incontournable, les anciennes ont atteint des sommets. Le montant des transactions et l'intérêt généré par cette vente ont été considérables. Effet de mode ou de lieu? Placement pérenne, comme certaines œuvres d’art, ou spéculation à brève échéance? Rien ne semble arrêter la spirale inflationniste.

http://www.bonhams.com/results/

http://www.artcurial.com/fr/departements/artcurial-motorcars/

Pour résumer

La rouille et même la corrosion galvanique, s'agissant de la Maserati A6M, se sont transformées en or. Les épaves et semi épaves de la collection Baillon ont fait recette.

Bernard Fournol
Rédacteur
Bernard Fournol

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos