par Elisabeth Studer

Genève 2018 : nouveau moteur essence sur Nissan Micra

Chacun sa stratégie face à la fin programmée du diesel. Une source proche de Renault-Nissan a indiqué mardi - en marge des journées presse du 88 ème la Micra fabriquée dans l'usine de Flins (Yvelines).

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Chacun sa stratégie face à la fin programmée du diesel. Une source proche de Renault-Nissan a indiqué mardi - en marge des journées presse du 88 ème salon de l'automobile de Genève - que l'Alliance devrait mettre en œuvre d'ici la fin 2018 une nouvelle génération de moteur essence trois cylindres sur la Micra fabriquée dans l'usine de Flins (Yvelines).

Une annonce qui intervient au lendemain des déclarations faites par Toyota - également au salon de Genève - de l'arrêt de commercialisation des motorisations diesel sur ces véhicules en Europe, en dehors des véhicules utilitaires.

Selon cette source, le nouveau bloc aurait une cylindrée d'environ un litre. Il devrait être doté d'une injection directe. Objectif  : gagner en efficience par rapport aux trois cylindres actuels équipant actuellement la Micra et la Clio. Toujours de même source, on indique qu' "une nouvelle génération de moteurs essence va être présentée", avec pour atout principal une moindre consommation énergétique.

Ajoutant que "Renault est en train de déployer une nouvelle gamme, techniquement au niveau, sur l'ensemble de ses véhicules." Bizarre tout de même qu'il faille préciser que le déploiement commercial de Renault de cette nouvelle gamme soit réalisé de manière ad hoc en termes techniques. Laissant ainsi sous entendre que tel n'est pas toujours le cas... gageons que la source n'est pas issue du service de communication de l'Alliance....

Une autre source – interne à Renault - indique que ce moteur pourrait être présentée en interne fin mars dans le cadre de la grand messe prévue sur la gamme mécanique future du groupe.

Pour rappel, Renault a récemment procédé au lancement d'un nouveau moteur essence quatre cylindres de 1,3 litre, développé avec Daimler et fabriqué en Espagne. D'une puissance pouvant aller jusqu'à 160 chevaux, il est destiné à des véhicules plus massifs.

Une réactivité qui impose de privilégier les moteurs essence pour Nissan ... dans un premier temps

Si la fin du diesel semble désormais inéluctable …. reste désormais à prévoir une offre de remplacement. Et c'est là que le bât blesse car l'industrie automobile – lourde, dans tous les sens du terme, ou presque - ne s'adapte pas aussi facilement. Chaînes de production, services techniques, design,  etc ... obligent. Si Toyota a dans ses cartons - et ses usines - de quoi offrir rapidement une alternative en hybride et électrique pour un maximum de segments, tel n'est pas le cas de tous les constructeurs. D'où la stratégie de l'Alliance concernant ce nouveau moteur essence.

"On ne peut pas vraiment accélérer les programmes, il y a des durées de développement qui sont incompressibles", a ainsi précisé la source proche de Renault-Nissan. Ajoutant qu' « en revanche », l'Alliance augmentait « le capacitaire dans les usines et chez les fournisseurs sur le moteur essence."

Crédit Illustration : Renault – Nissan

Pour résumer

Chacun sa stratégie face à la fin programmée du diesel. Une source proche de Renault-Nissan a indiqué mardi - en marge des journées presse du 88 ème la Micra fabriquée dans l'usine de Flins (Yvelines).

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.