par Elisabeth Studer

12 Etats U.S. exhortent Biden à cesser le thermique d’ici 2035

Les gouverneurs d'une douzaine d'États américains, dont la Californie, New York, le Massachusetts et la Caroline du Nord, ont appelé mercredi le président Joe Biden à soutenir l'arrêt des ventes de nouveaux véhicules à essence d'ici 2035. Ce qui impliquerait un changement radical dans le pays ou régnaient jusqu’à présent les combustibles fossiles.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Le plan de Biden n’appelle pas à la fin progressive des moteurs thermiques

Si le plan d'infrastructure de 2,3 milliards de dollars de Biden prévoit 174 milliards de dollars de dépenses et de crédits d'impôt pour stimuler les véhicules électriques (VE) et les réseaux de recharge, il n'appelle pas cependant à la suppression progressive des véhicules de tourisme à moteur thermique.

Les gouverneurs de 12 Etats exhortent Biden à fixer des normes

Dans un courrier adressé à la Maison Blanche, les gouverneurs, qui comprennent également ceux du Connecticut, d'Hawaï, du Maine, du New Jersey, du Nouveau-Mexique, de l'Oregon, de l'État de Washington et du Rhode Island, ont exhorté Biden à fixer des normes «pour garantir que toutes les nouvelles voitures particulières et les camions légers vendus soient à zéro émission au plus tard en 2035 » demandant parallèlement que des jalons soient mis en place en cours de route pour suivre l’avancement du plan.

Selon eux, «en établissant une voie réglementaire claire pour garantir que tous les véhicules vendus aux États-Unis soient à émission zéro », les Etats-Unis pourront enfin purifier l'air et créer des emplois.

Les gouverneurs veulent également que Biden établisse des normes et adopte des incitations visant à garantir à 100% des ventes zéro émission de véhicules moyens et lourds d'ici 2045.

Les gouverneurs pour un renforcement des normes d’économie de carburant

Dans leur courrier, les gouverneurs ont déclaré qu'ils souhaitaient que Biden renforce les normes d'économie de carburant revues par le président Donald Trump et fournisse aux États «un financement substantiel pour les investissements dans les infrastructures de recharge et de ravitaillement». Ils ont également demandé la suppression ou l'augmentation du montant du seuil fixé pour pouvoir bénéficier d’un crédit d'impôt pour véhicules.

Les US à la traîne dans l’usage des véhicules électriques

Les États US et certains législateurs espèrent que l'approbation par Biden d'une date d'élimination progressive accélérera la transition vers les véhicules électriques à la fois au niveau des utilisateurs mais également au niveau des constructeurs automobiles.

A l’heure actuelle, les véhicules électriques ne représentent que 2% des ventes de véhicules aux États-Unis.

Biden ne soutient pas le plan californien

Un certain nombre de législateurs américains ont exhorté Biden à suivre l'exemple de la Californie. Laquelle a annoncé en septembre dernier son intention de mettre fin aux ventes de nouveaux véhicules de tourisme à essence d'ici 2035. Lors de sa campagne, Biden a déclaré à l'automne dernier qu'il ne soutenait pas le plan de retrait progressif de la Californie.

Des élus exhortent Biden à fixer des règles sur les émissions polluantes

En mars, un groupe de 71 démocrates de la Chambre a exhorté Biden à fixer des règles strictes en matière d'émissions pour garantir que 60% des voitures particulières et camions neufs vendus soient à zéro émission d'ici 2030, tandis que 10 sénateurs américains ont exhorté Biden à «fixer une date à laquelle les nouvelles ventes de les véhicules à combustibles fossiles seront totalement interdites. »

General Motors a déclaré en janvier qu'il se fixait comme objectif de mettre fin à toutes les ventes de voitures particulières et de camions dotés de moteur thermique d'ici 2035. Volvo, a déclaré que toute sa gamme de voitures serait entièrement électrique d'ici 2030. La gamme européenne de Ford sera également entièrement électrique d'ici 2030.

Les syndicats craignent pour l’emploi

Rory Gamble, le président du puissant syndicat US United Auto Workers (UAW), a exprimé sa prudence quant au passage aux véhicules électriques, notant qu'il faut moins de personnes pour produire des véhicules électriques que des véhicules thermiques.

Selon lui, "les employés souffriront de manière disproportionnée si nous ne faisons pas les choses correctement."

Le mois dernier, il a déclaré que le gouvernement devait veiller à ce que la transition vers les VE «soit stable, fiable et crée des emplois syndicaux de qualité et pouvant s’adapter à la demande du marché sans compter sur une solution universelle».

Notre avis, par leblogauto.com

Reste une question que personne ou presque n’ose poser … Alors que la production pétrolière des Etats-Unis permet d’obtenir des prix à la pompe très bas, l’acquisition de véhicules électriques (plus chers que les versions thermiques) va –t-elle être une opération rentable pour les consommateurs US ?

De plus, les Américains étant « habitués » à conduire des énormes pick up, SUV et autres mastodontes, leur version électrique sera-t-elle un réel bienfait pour la planète ?

Cela reste à prouver … La pollution pouvant également venir des freins et des pneus ... en étant dans ce cas-là directement liée au poids du véhicule. Cela n'est donc pas gagné ...

Sources : Reuters

A lire également :

. OCDE : freins et pneus bientôt plus polluants que les moteurs

Pour résumer

Les gouverneurs d'une douzaine d'États américains, dont la Californie, New York, le Massachusetts et la Caroline du Nord, ont appelé mercredi le président Joe Biden à soutenir l'arrêt des ventes de nouveaux véhicules à essence d'ici 2035. Ce qui impliquerait un changement radical dans le pays ou régnaient jusqu’à présent les combustibles fossiles.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.