par Thibaut Emme

WRC - Australie 2018 : Ogier et Ingrassia champions du monde (encore)

Malgré la victoire de Latvala, rien n'a pu empêcher Sébastien Ogier de coiffer une 6e couronne mondiale WRC. Cela fait 15 saisons d'affilée qu'un Sébastien est champion du monde des rallyes.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Après une première journée quasi idéale pour lui, Breen a connu une deuxième journée sans. Son coéquipier, Ostberg idem. Après avoir vu Latvala revenir sur lui, c'est Tänak puis Paddon qui lui passent devant. Pendant ce temps, Tänak profite d'un mauvais choix de Latvala (il n'a emmené qu'une roue de secours au lieu de deux et l'usure des gommes a été plus importante qu'il n'avait prévu.

Neuville de son côté passe Breen et Suninen. Le voilà 8e, mais toujours derrière Ogier 6e, avec Evans le lieutenant en 7e position. D'ailleurs, Thierry a eu chaud avec un souci mécanique dans l'ES11. 20 secondes de plus lâchées. Tänak veut la victoire. Pour que Tänak soit titré, il lui faut faire le plein de points et espérer qu'Ogier et Neuville n'en marquent pas, ou très peu. Ce rallye d'Australie n'est pas simple avec de la pluie ou non, glissant ou pas.

Chez Toyota, on a deux pilotes en tête. On fige les positions. Tant pis pour Latvala, mais il a compris depuis un bout de temps que son jeune et talentueux coéquipier est plus rapide que lui dans la Yaris. Pour le constructeur nippon, c'est le titre constructeur qui est visé, pour sa deuxième saison seulement après son grand retour.

Les erreurs de Neuville et Tänak libèrent Ogier

Ce dimanche, Neuville a poussé pour rattraper Evans et continuer d'espérer qu'une tuile arrive à Ogier (coucou Alain Pénasse). Ogier de son côté semble gérer. Une 6e place lui donne 8 points et le placerait à 31 points de Tänak et si Neuville reste derrière, c'est tout bon. En effet, la victoire (25 points) et le meilleur temps dans la power stage (5 points) ne donnent "que" 30 points. Pour Ogier, "il n'y a plus qu'à" ! Après les 3 premiers passages du matin, Neuville est 40 secondes d'Ogier.

Malheureusement pour lui, à force de chercher la victoire et de forcer, Tänak surconduit sans doute et laisse son coéquipier Latvala repasser devant. Les consignes changent chez Toyota mais l'esprit est le même...championnat constructeur ! On demande à Tänak de ne pas chercher à gagner à tout prix.

Thierry Neuville lui, cherche à tout prix à revenir sur Ogier. Il commet une légère erreur et endommage sa Hyundai. C'est l'abandon dans l'ES22. Et la délivrance pour Ogier qui n'a plus qu'à contrôler sans se sortir. Car c'est plutôt compliqué pour beaucoup d'équipages ce dimanche. Tänak fait partie de ceux-là et abandonne dans l'ES23. Voilà Ogier assuré de devenir champion du monde, même s'il ne finit pas.

Dans la "power stage", Ogier met un point d'honneur à l'emporter ! La marque d'un champion non ? Il devance Lappi, Ostberg, Evans et Latvala. Mais, pour ce dernier, l'essentiel c'est la victoire ! La première pour lui depuis la Suède 2017, presque 2 saisons. Il devance Paddon premier pilote Hyundai, Ostberg qui signe un beau podium pour Citroën. Le top 10 est complété par Lappi, Ogier, Evans, Breen, puis des concurrents WRC2 Heller, Glenney et Serderidis. Sur 25 pilotes engagés, ils ne sont que 15 à l'arrivée.

Résultat

POS#PILOTETEMPSDIFF PRÉC.DIFF 1ER
1.7J. LATVALA2:59:52.0
2.6H. PADDON3:00:24.5+32.5+32.5
3.10M. OSTBERG3:00:44.2+19.7+52.2
4.9E. LAPPI3:00:54.3+10.1+1:02.3
5.1S. OGIER3:02:22.8+1:28.5+2:30.8
6.2E. EVANS3:02:57.1+34.3+3:05.1
7.11C. BREEN3:08:51.0+5:53.9+8:59.0
8.33A. HELLER3:22:20.5+13:29.5+22:28.5
9.74S. GLENNEY3:26:53.8+4:33.3+27:01.8
10.21J. SERDERIDIS3:35:06.1+8:12.3+35:14.1

Classement pilote

Au classement final, Ogier a de la marge. Mais, que cette saison fut tendue. De quoi ajouter à la petite histoire de son équipage avec Ingrassia. Surtout, ils ont réussi à être double champions du monde avec M-Sport, équipe ultra-expérimentée mais aux moyens plus limités qu'une écurie usine. Malcolm Wilson sait y faire ! C'est le 6e titre des deux Français. Plus que 3 sur Loeb et Elena.

Pour Neuville, est-ce qu'il n'a pas laissé passer LA chance de sa carrière ? Il avait pourtant toutes les cartes en main avec une voiture usine considérée comme la meilleure du plateau avec la Toyota Yaris et une équipe entièrement tournée vers lui. Quant à Tänak, cette saison est plus comme une belle promesse que comme un raté. Sa seconde partie de saison était exceptionnelle et il faudra sans doute compter sur lui en 2019.

PositionPiloteCo-pilotePoints
1OgierIngrassia219
2NeuvilleGilsoul201
3TänakJärveoja181
4LatvalaAnttila128
5LappiFerm126
6MikkelsenJaeger84

Classement constructeur

Toyota est champion du monde des constructeurs pour sa seconde saison depuis son retour. Bravo à eux ! Nous avons pu constater de visu tout le professionnalisme de cette équipe emmenée par le champion du monde Tommi Mäkinen. Là aussi, c'est un raté pour Hyundai ! Pour M-Sport, il a sans doute manqué un second pilote un peu plus performant qu'Evans (qui n'a pas démérité et a surtout obéi aux consignes sans rechigner).

Pour Citroën, il faut espérer que l'arrivée de Ogier et Ingrassia, ainsi que des moyens financiers annoncés plus importants remette la marque sur le devant de la scène du rallye mondial. Rendez-vous en 2019.

PosEquipeTotal
1.TOYOTA GAZOO RACING WRT Toyota368
2.HYUNDAI SHELL MOBIS WRT Hyundai341
3.M-SPORT FORD WORLD RALLY TEAM Ford324
4.CITROEN TOTAL ABU DHABI WRT Citroen237

Illustration : Michelin

Pour résumer

Malgré la victoire de Latvala, rien n'a pu empêcher Sébastien Ogier de coiffer une 6e couronne mondiale WRC. Cela fait 15 saisons d'affilée qu'un Sébastien est champion du monde des rallyes.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.