par Joest Jonathan Ouaknine

Présentation du Taklimakan Rally 2016

Le Taklimakan Rally veut devenir célèbre dans le monde entier. Ainsi, c'est à Paris qu'est dévoilée la 11e édition de ce rally-raid chinois (en tant que fief du Dakar.)

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Le Taklimakan Rally veut devenir célèbre dans le monde entier. Ainsi, c'est à Paris qu'est dévoilée la 11e édition de ce rally-raid chinois (en tant que fief du Dakar.)

Le Taklimakan Rally est né en 2005. Honnêtement, je n'en avais jamais entendu parler. Le rallye-raid est -de loin- le sport mécanique le plus populaire en Chine. Il y a une trentaine d'épreuves chaque année. Certaines ont lieu simultanément. D'autres changent de noms d'une année sur l'autre et certaines empruntent les mêmes pistes ! Seuls quelques initiés peuvent démêler ce plat de spaghetti.

Le China Grand Rally est une épreuve "internationale" qui cherche à convaincre les concurrents locaux. A contrario, le Taklimakan Rally est une épreuve nationale qui tente de convaincre les concurrents internationaux. Tout les deux rêveraient d'être le "Dakar chinois".

Un groupe de Chinois joue les sous-traitants pour le Paris-Moscou-Pékin et la Transorientale. Ils veulent ensuite voler de leurs propres ailes et créer un rallye-raid, chez eux, dans le Xinjiang. D'autant plus que sa région possède un immense désert, le Taklimakan, idéal pour le tout-terrain.

Le Taklimakan Rally voit donc le jour en 2005. En 2011, il reçoit l'imprimatur de la FIA. En 2014, il s'offre un crochet dans le Kazakhstan voisin. Cette même année, la CCTV diffuse une spéciale en direct. Pour 2016, Hunan TV va "couvrir" l'intégralité de l'épreuve.

Le parcours est une boucle de deux semaines à travers le Xinjiang. Ce qui en fait le plus long raid de Chine. Comme chaque année depuis 2014, il y a une boucle Kazakh (sans village-étape.) A l'avenir, l'épreuve pourrait pousser jusqu'à l'Ouzbékistan et reconstituer la route de la soie-Nord.

Christian Lavieille est la "vedette américaine" de l'épreuve. Le vétéran du Dakar, déjà venu en 2014, est invité par Haval. L'autre star, c'est son ex-équipier, Zhou Yong. Le meilleur performer chinois du Dakar participe avec sa MINI privée. Notons qu'il s'est mis au français.

Le reste est très hétéroclite. Cela va du Mitsubishi ex-usine au Landwind quasiment d'origine. Et du semi-pro vu au Dakar jusqu'au pilote local, en passant par quelques seconds couteaux Européens.

Le Taklimakan est à Paris pour convaincre concurrents et médias occidentaux de venir. Il a pour lui l'exotisme du Xinjiang, une province culturellement et géographiquement très spécifique. L'ex-Turkestan Oriental est un peu turc, un peu mongol, un peu perse et pas très chinois.

Justement, l'ethnie majoritaire, les Ouïgours, tentent de prendre leurs distances avec Pékin. Le rallye fut d'ailleurs annulé en 2009, au plus fort des tensions. L'organisateur jure que la sécurité est assurée, mais il y a de quoi refroidir les occidentaux...

Crédit photos : Taklimakan Rally

Pour résumer

Le Taklimakan Rally veut devenir célèbre dans le monde entier. Ainsi, c'est à Paris qu'est dévoilée la 11e édition de ce rally-raid chinois (en tant que fief du Dakar.)

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.