par Thibaut Emme

nanoFlowcell Quantino 48Volt : 100 000 km de tests mais toujours rien de concret

nanoFlowcell cherche toujours à convaincre de la pertinence de sa technologie électrique à électrolytes liquides. Ils viennent de passer un nouveau stade avec les 100 000 premiers kilomètres de la Quantino 48Volt sur route ouverte.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

L'aventure nanoFlowcell a, publiquement, débuté il y a plus de 3 ans au salon de Genève 2014 avec la présentation de la Quant 48Volt. Un an plus tard, la Quantino 48Volt était présentée, là aussi dans les travées du salon helvétique. Homologuée pour des essais sur route ouverte en 2016, la Quantino 48Volt a donc atteint les 100 000 km rien qu'avec ses batteries à électrolytes liquides.

Plus de super-condensateur

nanoFlowcell se réjouit d'avoir pu faire ses kilomètres dans la circulation de Zurich, mais aussi les routes et autoroutes, et ce, quelque soit les conditions météorologiques. Visiblement, la technologie a évolué et si les électrolytes sont toujours le cœur du système, les super-condensateurs ont disparu.

Une belle prouesse qui garantit un prix en baisse mais aussi un gain de poids. Sauf qu'il a donc fallu refaire des tests. Les super-condensateurs seront, en revanche, sans doute toujours d'actualité pour de grandes puissances. Ils servent de tampons pour fournir une puissance instantanée importante.

Une technologie qui évolue

La technologie nanoFlowcell a évolué depuis sa présentation. Le système dispose désormais de 3 membranes contre 1 seule au début. Cela permet de mettre en oeuvre plus ou moins d'électrolyte bi-ION pour une puissance générée mieux contrôlée. Basiquement, nanoFlowcell utilise deux électrolytes, l'un chargé négativement, l'autre positivement. Une fois la réaction totalement terminée, on vide les réservoirs et on les remplit - rapidement - avec des électrolytes "neufs". Ils sont en outre non polluants.

Ainsi le système est capable de sortir une puissance continue de 80 à 90 kW (soit 110/120 chevaux environ) et peut se passer de super-condensateurs tampons pour une puissance moteur suffisante dans beaucoup de voitures de "tous les jours". Ainsi équipée, la Quantino 48Volt accélère en 5 secondes de 0 à 100 km/h et peut atteindre les 200 km/h.

"Nous nous attendions à ce que la technologie nanoFlowcell atteigne 100 000 kilomètres sans passer par la case maintenance. Mais, maintenant que cela s'est réalisé, nous sommes enthousiasmés par la durabilité du système nanoFlowcell".

Une durabilité en millions de kilomètres

Nunzio La Vecchia annonce même que selon les derniers calculs, la technologie serait capable de fonctionner durant 50 000 heures, soit environ 2,5 millions de kilomètres  Ces déclarations du PDG de nanoFlowcell, sont évidemment là pour montrer que tout va bien et pour vendre sa technologie. Justement, de ce côté-ci, où en est-on ?

La holding annonce être en discussion avec des acteurs de différents secteurs. Le but est désormais de vendre la technologie en remplacement des batteries lithium ion. Et les applications peuvent être en effet nombreuses. Evidemment, on pensera en premier lieu à l'automobile.

A la fin de 2016, un prototype avec la dernière version de la technologie a pu parcourir plus de 1400 km avec ses réservoirs de 2x95 litres d'électrolyte. Au rapport poids/autonomie, ainsi que autonomie/temps de recharge, la technologie nanoFlowcell semble vraiment imbattable. A se demander pourquoi les constructeurs ne se sont pas encore jetés dessus.

A quand les essais ?

Quelle sera la prochaine étape ? Il serait intéressant d'avoir désormais un modèle de pré-série qui pourrait être mis dans d'autres mains que celles des ingénieurs de nanoFlowcell. A moins que la technologie ne doive encore évoluer prochainement ce qui repoussera d'autant le passage en production.

Ainsi, la voiture de test est toujours un prototype, strict 2 places, sans coffre, et allégé au maximum avec l'emploi de carbone.

En attendant, les chiffres avancés doivent être pris pour ce qu'ils sont. A savoir des chiffres fournis par l'entreprise qui cherche à vendre sa technologie. La Quantino est ultralégère (685 kg à vide) et les deux réservoirs de 95 litres chacun créent une capacité de 85 kWh. nanoFlowcell revendique 10 à 12 kWh/100 km de consommation mais aussi plus de 1000 km d'autonomie (soit moins de 8,5 kWh/100 km !). On ne demande qu'à vérifier.

Données technique de QUANTiNO 48VOLT (2017)

· Vitesse Max (km/h): 200

· Accélération (0-100 km/h): < 5 s

· Transmission: Automatique, aux roues arrières

· Portières: 2

· Places: 2+2 (théoriquement car il n'y a que 2 baquets dans le prototype)

Moteur

· Type: moteur asynchrone tri-phasé

· Puissance maximum (kW / hp): 80 / 108

· Couple maximum (Nm): 200

Flow Batterie

· Type: nanoFlowcell®

· Voltage (V): 48

· Courant (A): max. 300

· Capacité (kWh): 85

Consommation

· Carburant: Electricity

· Consommation d'énergie: 10-12 kWh / 100 km

· Volume du réservoir (l): 2 x 95

· Autonomie (km): > 1 000

· Emissions polluantes (g): 0

Dimensions

· Longueur (mm): 3 910

· Largeur (mm): 1 930

· Hauteur (mm): 1 335

· Empattement (mm): 3 198

· Poids à sec (kg): 685

Roues et pneus

· 215/45 R20 95V XL

· Pneus basse friction

Source et illustration : nanoFlowcell

Pour résumer

nanoFlowcell cherche toujours à convaincre de la pertinence de sa technologie électrique à électrolytes liquides. Ils viennent de passer un nouveau stade avec les 100 000 premiers kilomètres de la Quantino 48Volt sur route ouverte.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.