par Elisabeth Studer

Lobby pétrolier US pour une taxe carbone, baril vert pour objectif

L'American Petroleum Institute (API), qui regroupe les industriels du secteur des hydrocarbures aux États-Unis, vient de confirmer envisager de soutenir la mise en place d'une taxe carbone. Objectif officiel : lutter contre le changement climatique … à moins qu’il ne s’agisse encore une fois que d’une histoire de gros sous …

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Le lobby pétrolier US réfléchit à l’instauration d’une taxe carbone

"L'API et ses membres continuent de discuter et de réfléchir à une taxe carbone parmi d'autres solutions afin de réduire les émissions et d'atteindre les ambitions de l'Accord de Paris" sur le climat, a indiqué une porte-parole de l'organisme. Lequel compte plus de 600 entreprises du secteur pétrolier et gazier dont les majors ExxonMobil et Chevron.

Pour rappel, une taxation du carbone a pour but de réduire la production de gaz à effet de serre en instaurant une fiscalité liée au niveau d’émission polluante.

Objectif annexe …. mais au final prioritaire pour les pétroliers ?

Dans un projet de déclaration, l'API se prononce concrètement en faveur d'une telle taxation. Selon elle, elle constitue "le principal instrument de politique gouvernementale pour réduire les émissions de CO2 » … « tout en aidant à maintenir des prix de l'énergie abordables." Un des enjeux majeurs ? ….

La fédération ne fournit toutefois aucun élément d’éventuels tarifs qui pourraient être envisagés.

Divergences de points de vue

La question du changement climatique est au cœur de divergences entre l'API et certains de ses membres européens. Ces derniers s’avèrent plus actifs dans la lutte contre le changement climatique et la transition vers les énergies renouvelables.

Mi-janvier, le groupe énergétique français Total a annoncé son intention de quitter la fédération, estimant que les positions de l'API étaient seulement "partiellement alignées" avec les siennes sur le dossier climat. Invoquant notamment leur divergence de points de vue sur le principe de tarification du carbone.

Total reproche à l’API son soutien à une législation plus laxiste et son opposition aux VE

Total reproche également à l'API "son soutien au relâchement de la réglementation américaine sur les émissions de méthane" et son adhésion à un groupe de pression opposé aux soutiens aux véhicules électriques.

L’enjeu suprême : produire du pétrole à zéro carbone net ?

Mais l’enjeu final ne serait-il pas celui-là ? Imposer une taxe carbone pour créer une nouvelle concurrence entre pétroliers ? Entre ceux capables (financièrement et techniquement parlant) de produire du pétrole qui pourrait être qualifié de propre ?

Lors d’une conférence, le PDG d'Occidental Petroleum, Vicki Hollub, a ainsi déclaré que son objectif était de produire du pétrole à zéro carbone net. La société se fixe pour objectif d’être d’ici 15 à 20 ans, « non seulement une société pétrolière mais également une société de gestion du carbone ».

« La bonne chose est que l'administration Biden et le président Biden comprennent et savent à quel point le captage et la séquestration du carbone sont importants pour atténuer l'impact du changement climatique » estime-t-elle. Selon elle, le gouvernement US devrait prendre des mesures pour y remédier. « C'est une grande opportunité pour les États-Unis de créer une énorme différence et d'être un chef de file mondial » a-t-elle ajouté.

Combat pour un baril vert

«C'est un combat pour la survie dans le monde ESG » estime un responsable de la stratégie mondiale sur les matières premières. Selon lui, il ne suffit pas maintenant d'être le baril le moins cher », désormais "vous devez être le baril le plus vert".

Au final, c’est la course pour être la compagnie énergétique la plus propre qui opposera en fin de compte les majors pétrolières à leurs rivaux appartenant à l'État du Golfe d'Arabie saoudite, du Koweït et des Émirats arabes unis. «C'est quelque chose que les compagnies pétrolières nationales préconisent. «Non seulement nous sommes les moins chers, mais aussi les plus verts», estime-t-il.

Dans ce domaine, les États-Unis et d'autres gouvernements reconnaissent le rôle de la capture et du stockage du carbone.

Eliminer non pas les combustibles fossiles mais les émissions

«Ce que je pense que les gens ne comprennent pas, c'est que nous ne devrions pas parler d'élimination des combustibles fossiles. Ce dont nous devons vraiment parler est d’éliminer les émissions » a insisté la DG d'Occidental Petroleum. Ajoutant que si la société avait les capacités de le faire, elle fera.

. «Le pétrole net zéro carbone dont le monde a besoin et le monde ne peut pas atteindre les objectifs ... de l'accord de Paris sans l'aide de l'industrie pétrolière. Nous pouvons être des leaders dans ce domaine » a-t-elle plaidé.

Occidental Petroleum : captage direct de l'air (DAC) pour un baril vert

Occidental Petroleum envisage de construire une installation au plus profond du plus grand champ pétrolifère d'Amérique qui, selon elle, pourrait changer la façon dont le monde pense aux émissions de combustibles fossiles.

La première usine à grande échelle de captage direct de l'air (DAC) du monde éliminera le dioxyde de carbone de l'atmosphère et le pompera profondément sous terre, où il restera pendant des millions d'années. Le processus serait essentiellement l'inverse de ce que font aujourd'hui les sociétés pétrolières et gazières. L'objectif est de réduire les émissions du principal gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique et même de produire un jour un baril de pétrole négatif en carbone.

Mais pour couvrir les coûts d'exploitation de l'usine, Occidental utilisera dans un premier temps une grande partie du CO2 pour expulser le pétrole des réservoirs souterrains, remplaçant ainsi un polluant par un autre. L'installation, qui devrait coûter des centaines de millions de dollars, aura également besoin du soutien de crédits d'impôt et d'investisseurs extérieurs pour être financièrement viable.

L'usine d'Occidental, qu'elle vise à faire fonctionner d'ici 2023, se base sur un nouveau modèle car elle prélève du CO2 directement dans l'air, permettant à l'installation d'être construite n'importe où.

La centrale sera conçue pour capter jusqu'à 1 million de tonnes de dioxyde de carbone par an, soit l'équivalent des émissions d'environ 215 000 voitures, soit un quart de la production d'une centrale au charbon.

Notre avis, par leblogauto.com

Si toute politique menée pour la protection du climat est certes louable, pas sûr que l’objectif des plus grands groupes de pressions soit l’avenir de notre bonne chère vieille planète. Si certains y voient l’occasion de renouveler le parc de véhicules en favorisant la transition énergétique, les lobbies pétroliers et groupes énergétiques n’ont pas dit leur dernier mot ….

Leur nouveau cheval de bataille : produire un baril de pétrole dit vert pour créer un nouvel avantage concurrentiel … et éliminer ainsi le maximum de concurrents.

De quoi révolutionner le secteur … et le monde des constructeurs automobiles, lesquels pourraient n’être plus contraints d’investir massivement dans le développement de véhicules électriques ?

Sources : AFP, Wall Street Journal, API, CNBC, Bloomberg

Pour résumer

L'American Petroleum Institute (API), qui regroupe les industriels du secteur des hydrocarbures aux États-Unis, vient de confirmer envisager de soutenir la mise en place d'une taxe carbone. Objectif officiel : lutter contre le changement climatique … à moins qu’il ne s’agisse encore une fois que d’une histoire de gros sous …

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.