par Elisabeth Studer

L’ONU exhorte les gouvernements à "mettre fin à l'ère des énergies fossiles"

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a vivement attaqué vendredi l'industrie des combustibles fossiles, l'accusant de tenir "l'humanité à la gorge" et appelant les dirigeants des grandes économies à agir pour "mettre fin à l'ère des énergies fossiles".

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

L'expansion des combustibles fossiles est un danger selon Antonio Guterres

"Le premier devoir d'un dirigeant, c'est de protéger les populations des dangers clairs et actuels. Rien ne pourrait être plus clair ou présent que le danger de l'expansion des combustibles fossiles", a déclaré Antonio Guterres, s’exprimant dans le cadre du Forum des grandes économies sur l'énergie et le climat (MEF).

Cette réunion virtuelle, organisée par le président américain Joe Biden, réunit les pays représentant 80% du PIB, de la population et des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial.

« Les producteurs de combustibles fossiles et les financiers tiennent l'humanité à la gorge »

"Même à court terme, les combustibles fossiles n'ont aucun sens politique ou économique. Pourtant, nous semblons piégés dans un monde où les producteurs de combustibles fossiles et les financiers tiennent l'humanité à la gorge", a ajouté le chef de l'ONU.

L’industrie des énergies fossiles accusée de lobbying au détriment du climat

Antonio Guterres a par ailleurs accusé l'industrie des énergies fossiles d'avoir tenté pendant des décennies de convaincre dirigeants et opinion publique de sa responsabilité limitée dans le changement climatique, et de chercher à "saboter les politiques climatiques ambitieuses".

"Elle a exploité les mêmes tactiques scandaleuses que l'industrie du tabac des décennies auparavant", a-t-il pointé. "Tout comme les intérêts liés au tabac, les intérêts des combustibles fossiles et leurs complices financiers ne doivent pas échapper à leur responsabilité". Et "assurons-nous que la guerre en Ukraine ne soit pas utilisée pour augmenter cette dépendance" envers les énergies fossiles, a-t-il insisté.

Appel pressant aux dirigeants

Le secrétaire général de l'ONU a achevé son discours par un appel pressant aux dirigeants. "La crise climatique est notre urgence numéro un", a-t-il lancé.

"Les énergies renouvelables sont le plan de paix du 21e siècle. Je compte sur vos gouvernements pour mettre fin à l'ère des énergies fossiles. La révolution des énergies renouvelables commence maintenant ». Sans fournir de plus amples détails sur un éventuel plan de bataille.

Notre avis, par leblogauto.com

Comme un petit vent de panique à l’ONU ? il faut dire que le dérèglement climatique n’est désormais plus un concept … reste que l’organisation aurait pu se « réveiller »un peu plus tôt … et inciter fermement les pays à agir pour protéger la planète … Si elle estime aujourd’hui être force de persuasion, elle aurait pu/dû l’être beaucoup plus tôt en faveur d’actions permettant de réduire les impacts  sur le climat de nos comportements et consommation à outrance. Avant qu’il ne soit trop tard ?

Notons enfin que si la guerre menée par la Russie en Ukraine démontre les difficultés des pays de l’Union européenne de « s’affranchir » des livraisons de pétrole russe, bannir définitivement toutes les énergies fossiles constitue un défi majeur.

Sources : AFP, ONU

 

Pour résumer

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a vivement attaqué vendredi l'industrie des combustibles fossiles, l'accusant de tenir "l'humanité à la gorge" et appelant les dirigeants des grandes économies à agir pour "mettre fin à l'ère des énergies fossiles".

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.