Lancer le diaporama
Kincsem Hyper GT, électrique et H2, mais pas de pile à combustible 1
+1
LANCER LE DIAPORAMA
par Thibaut Emme

Kincsem Hyper GT, électrique et H2, mais pas de pile à combustible

La future Kincsem Hyper GT continue peu à peu de dévoiler ses contours. On ne sait toujours pas à quoi elle ressemblera en 2025, année de commercialisation, mais elle promet un moteur électrique et un moteur à hydrogène.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Il y a un an, on vous parlait déjà de cette Kincsem Hyper GT. Depuis, on a un visuel qui permet d'imaginer un peu plus cette voiture. Mais, c'est surtout la technologie qui est un peu plus connue. La partie électrique viendra de McLaren Applied (*). Quatre moteurs électriques (un par roue) permettront à la voiture d'avoir un couple instantané pour des accélérations détonantes.

Ils seront alimentés par un moteur à hydrogène qui servira de générateur. Ici, pas de pile à combustible, mais un moteur à combustion interne (ou "explosion") qui utilise l'hydrogène comme carburant. Ce moteur viendra de chez Ricardo. Ce n'est pas un moteur thermique classique modifié pour brûler du dihydrogène. Non. C'est un moteur fait de zéro spécifiquement pour utiliser le H2.

Une solution de stockage à pression ambiante

Pour stocker le H2, Kincsem promet d'utiliser une technologie de Plasma Kinetics. Le principe est de stocker sous matière solide l'hydrogène. Le produit est photosensible et réémet le H2 quand il est exposé à la lumière. En utilisant un pinceau lumineux (un laser probablement), il est possible de dégager la quantité de H2 nécessaire. Cela évite de stocker l'hydrogène sous 350 ou 700 bars dans des réservoirs compliqués à produire et volumineux. Cela correspond plus ou moins aux galettes promises par McPhy depuis des années.

Le châssis sera en tubes de carbone. Pour le moment, BAK n'a pas dévoilé quelle société sera en charge de cette partie. La Kincsem promet donc d'être hyper technologique, mais pour quel prix ? Elle devrait développer "plus de 500 kW" (soit 670 chevaux).

Plasma Kinetics utilise un matériau "nanophotonique" capable de capturer l'hydrogène à pression atmosphérique, puis de le relâcher à la demande donc. Le procédé aurait été développé pour l'armée US il y a plus de 10 ans et gardé "secret défense" jusque là. Selon Plasma Kinetics, son stockage de H2 serait 30% plus léger qu'une batterie lithium ion à kWh stocké égal. Le matériau sous forme de bande serait enroulé sur une bobine pour être changé rapidement. Pour le moment, cela reste des vues 3D. Selon la société, un "container" de 19 litres permettrait de stocker 500 g de H2, soit entre 16 et 17 kWh.

Quant à la Kincsem Hyper GT, elle devrait arriver en prototype d'ici la fin de l'année prochaine. Elle entrerait en production en 2025, avec un Hyper SUV dans la foulée.

Note

(*) McLaren Applied Technologies est née en 1991 en tant que McLaren Composites. 30 ans après la fondation par Ron Dennis, McLaren Groupe a vendu McLaren Applied à Greybull Capital.

Pour résumer

La future Kincsem Hyper GT continue peu à peu de dévoiler ses contours. On ne sait toujours pas à quoi elle ressemblera en 2025, année de commercialisation, mais elle promet un moteur électrique et un moteur à hydrogène.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos