Lancer le diaporama
La Toyota Woven ne sera pas un véhicule... 1
+2
LANCER LE DIAPORAMA
par Thibaut Emme

La Toyota Woven ne sera pas un véhicule...

Un constructeur automobile qui évolue vers une société de mobilité. Et surtout, qui construit un "autre" avenir. Voilà le projet Toyota Woven.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Ce 23 février 2021, a eu lieu une cérémonie de lancement du projet Woven Planet à Higashi-Fuji dans l'est du Japon, au sud-ouest de Tokyo. Le site est depuis 1966 un centre technique pour Toyota, mais était jusqu'à l'an dernier, aussi une usine (fermée depuis). Akio Toyoda lui-même, le Président de Toyota, mais aussi le PDG de Woven Planet James Kuffner, ont accueilli différentes personnalités locales pour cette cérémonie. Le projet avait été annoncé au CES 2020 il y a un peu plus d'un an.

"Le projet Woven City démarre officiellement aujourd'hui", a déclaré le président Toyoda. "Agir comme on l'a décidé n'est jamais une tâche facile. Je dois exprimer ma profonde gratitude à tous ceux qui ont apporté leur soutien et leur coopération sans réserve au projet jusqu'à aujourd'hui. Les thèmes inébranlables de la ville tissée sont «centrés sur l'humain, «Un laboratoire vivant» et «en constante évolution.» Avec le soutien de nos partenaires de projet, nous relèverons le défi de créer un avenir où des personnes d'horizons divers pourront vivre heureux".

Une ville laboratoire pour inventer la mobilité de demain

Mais cette Toyota Woven finalement c'est quoi ? Eh bien c'est un projet global de ville du futur. Woven City est un projet qui doit être un démonstrateur de l'approche de Toyota pour les villes de demain : centrées sur l'humain, développant des modes de mobilité alternatifs, hyper connectées, et permettant d'accélérer les cycles de développement des technologies et des services.

Toyota espère ainsi réinventer la ville pour faire cohabiter les voitures (autonomes), les piétons, les engins de mobilité individuelle, etc. Grosso-modo, trois types de rues sont prévues : pour véhicule autonomes, pour les piétons, et pour les circulations douces. Le transport des marchandises, de son côté, se passera...en sous-sol. L'intelligence artificielle devra gérer toute la ville. Une smart city qui part d'une feuille blanche.

Pour débuter, 360 habitants, principalement des séniors, sont prévus dans Woven City. Ils seront rejoints par des familles avec de jeunes enfants, des ingénieurs, des inventeurs. La population pourrait aller jusqu'à 2000 habitants, avec des employés de Toyota.

Ce n'est pas la première tentative de la part d'un constructeur de créer la "ville de demain". Il existe un peu partout dans le monde des installations qui reproduisent des quartiers, des portions de routes, etc. Et, ce fut longtemps le jeu des ingénieurs en prospectives que d'imaginer la ville plus humaine mais permettant de circuler en voiture.

100 ans de projets de la ville de demain...tous échoués

Contrairement à certains qui imaginent des villes sans voiture, les constructeurs américains par exemple imaginaient des villes très étendues avec des autoroutes inter-urbaines automatisées. C'était le cas de Futurama par exemple en 1939-40. Dans le cadre de l'Exposition Universelle, General Motors dévoile une maquette de ville du futur (1960 à l'époque) ainsi que différents véhicules comme le GM Runabout.

Avant eux, d'autres ingénieurs imaginaient déjà des villes avec des routes en sous-sol pour les voitures et les camions de livraison, et une surface réservées aux piétons, aux vélos, ainsi qu'à des parcs. Certains trottoirs étaient roulants, les gens se déplaçaient debout, dans des petits véhicules individuels, etc.

La vision du début du XXe siècle est assez effrayant. Ce sont "des villes tentaculaires" qui ressemblent plus aux visions prémonitoires d'Emile Verhaeren en 1893 qu'à des villes apaisées. On est proche de Métropolis de Fritz Lang (1927) film dans lequel le cinéaste Allemand décrit une ville étouffante où les riches et les "élites" vivent en haut et les ouvriers en bas. Ce sera aussi la ville du 5e élément de Luc Besson, très inspirée de ces prédécesseurs.

Tout raser, tout réinventer, ou ne faire que rêver ?

100 ans après, il faut bien avouer que même les villes nouvelles n'ont pas suivi cette voie, amenant sans doute à la situation actuelle de congestions, pollutions, batailles entre usagers de la route, etc.

Difficile tout de même d'imaginer que nos villes multi-centenaires soient totalement réinventées. Il faudra donc sans doute en passer par l'interdiction de la voiture individuelle et des camionnettes de livraison en ville. Mais cela posera d'autres problèmes.

Pour Toyota en tous cas, Woven City doit permettre de développer la mobilité de demain.

Pour résumer

Un constructeur automobile qui évolue vers une société de mobilité. Et surtout, qui construit un "autre" avenir. Voilà le projet Toyota Woven.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos