par La rédaction

Pour Gordon Murray, les voitures de course et de route doivent appliquer les mêmes principes

Lorsque l'on évoque l'Afrique du Sud, on pense à Nelson Mandela et à l'apartheid, bien sur. Mais quand on a du sans plomb qui coule dans les veines, le pays est également associé à l'un des génies de l'automobile moderne (j'aurais même tendance à dire LE génie de l'automobile moderne, mais je ne suis pas objectif...) : Gordon Murray.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Responsable, entre autres, de la mythique  McLaren F1 (d'où mon manque assumé d'objectivité), l'homme est l'héritier de la philosophie de Colin Chapman : "Light is right". Et ceux qui ont déjà eu l'occasion de conduire une Lotus ou l'un de ses dérivés comprennent ce que signifie la légèreté : performances, fun et économies.

Cette doctrine, Murray l'a réaffirmée  le 9 juin à la BBC à propos de son projet de mini citadine "T25".

Si une grande partie de ce qu'il y a dit l'avait déjà été auparavant, il apporte tout de même de nouvelles précisions notables. Pas vraiment sur la voiture en elle-même, mais plutôt sur le concept d'ensemble autour de celle-ci. Petit tour d'horizon :

- Sur l'écologie, il explique que ça n'est pas qu'une question d'émission à l'échappement, mais bien d'un cycle complet. Depuis la construction de l'usine jusqu'au recyclage en passant par tout ce qu'il y a entre les deux, c'est l'ensemble du processus qui doit (et a été dans le cas de "Gordon Murray Design") être pris en compte. "Lorsque l'on pense à tout l'acier et l'aluminium contenu dans une voiture, et l'énergie nécessaire afin de l'acheminer dans le monde entier, on se rend compte que c'est de là que viennent les dégâts", défend-il.

-A propos du poids, il  énonce une vérité bien connue, mais trop peu répétée. "Chaque nouveau modèle est plus lourd que la génération précédente, constate-t-il, les constructeurs expliquent que plus de sécurité signifie plus de poids. Mais la véritable raison est que les constructeurs veulent monter en gamme, afin de réaliser plus de profits"

Toujours sur le même sujet, il s'appuie sur son expérience de la compétition : "une voiture de course est la voiture la plus efficiente de la planète ! On tire parti de l'énergie produite par la moindre goutte d'essence et on tente de faire la structure la plus légère et la plus solide possible... C'est exactement la même chose ! [ndlr : que pour une voiture de série]"

-Concernant la "Type 25", il a également confié au magazine anglais "Car" qu'elle pourrait être produite sous licence. Il  ne souhaite en effet pas s'impliquer dans une grande structure de production, mais plutôt conserver sa petite équipe de 25 personnes. "Je céderai les brevets d'exploitation à qui me semblera le plus à-même de produire la voiture selon ces principes, a-t-il expliqué, cela pourrait tout à fait être Sony ou Virgin."

Source : BBC News et Cars via Gordonmurraydesign.com

A lire également :

Gordon Murray lâche quelques informations sur sa petite voiture

Gordon Murray se lance finalement dans la création de sa voiture populaire

Pour résumer

Lorsque l'on évoque l'Afrique du Sud, on pense à Nelson Mandela et à l'apartheid, bien sur. Mais quand on a du sans plomb qui coule dans les veines, le pays est également associé à l'un des génies de l'automobile moderne (j'aurais même tendance à dire LE génie de l'automobile moderne, mais je ne suis pas objectif...) : Gordon Murray.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.