par Thibaut Emme

Et ainsi renaît Moskvitch : merci la Chine

La marque Moskvitch a été officiellement relancée en Russie sur les cendres de la présence de Renault dans le pays. Pour l'ancienne usine Avtovaz près de Moscou, c'est désormais un modèle chinois baptisé Moscvitch 3 qui sort des chaînes de montage.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

La marque Moskvitch est officiellement mise en faillite en 2006 après des années à péricliter. Il faut dire que les véhicules étaient hors d'âge et totalement dépassés. Cette fois, l'Histoire internationale fait revivre la marque avec un véhicule moderne. Moderne certes, mais pas forcément à la pointe de l'industrie automobile. C'est en faite un JAC JS4 (alias Sehol X4) même pas replâtré. Le moteur essence est visiblement identique au JAC.

Il présente plutôt bien ce Moskvitch 3 avec des signatures LED, un écran tactile, etc. Et c'est un crossover. Fini les vieilles berlines à coffre de l'ex-ère soviétique. Mais est-ce que tout est rose pour autant ? En fait, selon des sources citées par Reuters, les véhicules présentés lors de la présentation en grande pompe sont en grande partie faits de pièces venues de Chine, certains ont même été assemblés là-bas. La pleine production ne serait pas encore prête à Moscou.

Maxim Klyushkin, le patron de l'usine, refuse de confirmer le nom du partenaire, ni même si c'est un "partenaire" chinois. Mais c'est une attitude un peu ridicule tant la ressemblance avec le JAC saute aux yeux. Evidemment, côté Russe, on glorifie cette résurrection et on promet même l'ABS. On rappellera que l'ABS a été viré des Avtovaz car la Russie n'arrivait plus à s'en fournir. L'usine a été officiellement renommée Usine Automobile de Moscou Moskvitch.

La marque a ressorti le logo d'il y a près de 20 ans. Le prix de vente est encore inconnu.

Notre avis, par leblogauto.com

Pour l'image de la Russie, cette relance de Moskvitch est bonne. Mais, si on gratte le vernis, on risque de voir que les premiers véhicules viendront directement de Chine. Et les sanctions internationales prises contre la Russie suite à l'invasion de l'Ukraine continueront de rendre l'approvisionnement en pièces détachées compliqué pour l'industrie automobile du pays.

Officiellement, les premiers véhicules de production arriveront en décembre. Et dans les faits ? L'avenir le dira. KamAZ indique avoir rétabli des chaînes d'approvisionnement en pièces. Sans doute via la Chine qui n'a jamais adopté les sanctions financières et commerciales.

Moskvitch a de grandes ambitions et pourrait lancer un deuxième modèle la "Corrida" dans le cours de l'année 2023. Cette fois, ce serait l'Iran qui serait le partenaire avec Iran Khodro qui fournirait un véhicule semi-assemblé (en SKD) avec finition à Moscou. La Corrida serait une IKCO Tara reliftée. Cette IKCO Tara est une Peugeot 301 (ou Citroën C3-XR) recarrossé. Un jeu à plusieurs bandes finalement.

Pour résumer

Pour relancer son industrie automobile suite au départ de Renault, la Russie a chargé KamAZ (les camions) de faire revivre la marque Moskvitch.

Fini les vieilles guimbardes croulantes et hors d'âge, la Moskvitch 3 est une voitures chinoise juste rebadgée. Et les premiers modèles semblent venir tout droit de Chine.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.