par Gautier Bottet

L'IIHS s'inquiète de la différence de protection entre conducteur et passager

En 2012, l'IIHS ajoutait un crash-test décalé très contraignant à son protocole. A présent, l'organisme américain s'inquiète des disparités de protection entre conducteur et passager sur ce type de test.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Aux côtés du classique crash-test décalé à 40%, l'IIHS a donc introduit en 2012 un test avec un recouvrement de seulement 25%. Un test censé illustrer un choc entre deux véhicules, avec un arbre ou un poteau. Très contraignant, il fait porter les forces sur une zone d’absorption plus réduite. Quelques véhicules en ont fait les frais, en général des modèles plus anciens.

Mais les derniers résultats ont poussé l'organisme à effectuer une campagne de tests portant sur la protection du passager avant, avec un test symétrisé. Pour ce test, le choix s'est porté sur 10 crossovers compacts, correspondant donc à un segment très porteur sur le marché actuel.

Et il en ressort, ce n'est certainement pas une surprise, que les renforts n'ont pas été ajoutés de façon symétrique. Deux modèles sont particulièrement épinglés : Toyota Rav4 et Nissan Rogue. Et dans une moindre mesure le Subaru Forester. Déformation trop prononcée de la structure, porte du Rav4 s'ouvrant lors du choc, forte intrusion du passage de roue...

Il s'agit pour l'heure d'une simple alerte auprès des constructeurs. Mais une alerte en forme de menace d'intégration de ce test côté passager au protocole standard de l'IIHS...

Source : IIHS

Pour résumer

En 2012, l'IIHS ajoutait un crash-test décalé très contraignant à son protocole. A présent, l'organisme américain s'inquiète des disparités de protection entre conducteur et passager sur ce type de test.

Gautier Bottet
Rédacteur
Gautier Bottet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.