par La rédaction

Renault 5: Génération 70 (2)

Après des débuts en fanfare, le succès de la Renault 5 va se confirmer, et de quelle manière, dans les années 70. Ses chiffres de vente, sans cesse en progression, battent des records jusqu'à atteindre plus de 600.000 exemplaires en 1980. 

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Après des débuts en fanfare, le succès de la Renault 5 va se confirmer, et de quelle manière, dans les années 70. Ses chiffres de vente, sans cesse en progression, battent des records jusqu'à atteindre plus de 600.000 exemplaires en 1980. 

Outre l'apparition d'une version société, l'année 1976 est marquée par la sortie du modèle GTL. Sous son capot on trouve le 1289 cc de 42 ch. Doté d'une boite longue la GTL est particulièrement économe en carburant puisque sa consommation à 90 km/h n'atteint pas les 5 litres aux 100 km. Cette version est, en outre, équipée de protections latérales en plastique, bien pratiques sur une voiture taillée pour la ville. Renault communiquera beaucoup sur cette nouveauté dans les publicités de l'époque.

La même année, c'est une petite bombe qui apparait dans les concessions Renault avec la R5 Alpine. 1397 cm3, 93 ch pour 850 kg, boite 5 vitesses et 175 km/h en vitesse de pointe, l'Alpine roule sur les traces de la mythique Golf GTI et inaugure l'époque bénie des petites sportives. Avec son spoiler spécifique, ses projecteurs anti-brouillard, ses jantes alu et ses stickers rouge marqués "A5", la R5 alpine ne passe pas inaperçue, c'est le moins que l'on puisse dire. En cinq ans de carrière, Renault en écoulera près de 60.000 exemplaires.

En 1978, la marque au losange lance deux séries limitées de son best seller. La Monte Carlo, produite à 2400 exemplaires est une TS de base (1289 cc, 64 ch) reprenant quelques éléments de carrosserie de l'Alpine et peinte en jaune avec une ceinture de caisse rouge et un toit noir. Elle fut lancée pour fêter la victoire de Jean Ragnotti au rallye du même nom. L'autre série limitée est, quant à elle, destinée à célébrer le succès de la 5 aux Etats-Unis. Toujours motorisée par le 1289 cc de la TS, la "Le Car" se distingue surtout par un équipement en hausse, à la mode américaine.

La gamme 1979 est complétée par une version "Automatic" à boite à 3 rapports. Elle se reconnait à son toit en vinyl noir mat et à ses protections latérales de même couleur.

Enfin, la décennie s'achève sur une évolution de taille: la R5 est désormais disponible en version 5 portes et devient une véritable familiale. A l'aube des années 80, la carrière de la petite Renault est à son apogée.

 A suivre...

A lire également: Renault 5, naissance d'un succès

Pour en savoir plus, je vous recommande de visiter l'excellent site : http://www.renault-5.net/

Mise à jour: Pierre-Laurent Ribault m'a gentiment apporté quelques précisions au sujet de la série Monte Carlo et par la même occasion a corrigé une erreur dans ma note: "Le Monte-Carlo en question, particulièrement enneigé, fut remporté par Jean-Pierre Nicolas sur une Porsche privée, et les R5 groupe 2 de Ragnotti et Fréquelin complétaient le podium, à la surprise générale. Les "planches à roulettes" avaient enrhumé le reste du plateau, dont les Lancia et les Ford d'usine. Les couleurs rouge, jaune et noire sont celles de Calberson, le sponsor de Renault à l'époque."

 

Pour résumer

Après des débuts en fanfare, le succès de la Renault 5 va se confirmer, et de quelle manière, dans les années 70. Ses chiffres de vente, sans cesse en progression, battent des records jusqu'à atteindre plus de 600.000 exemplaires en 1980. 

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.