par Nicolas Anderbegani

Le moteur FIRE de Fiat tire sa révérence

Après 35 ans de bons et loyaux services et pas moins de 23.233.856 exemplaires assemblés, le fameux moteur FIRE de Fiat a cessé d'être produit depuis le 7 mai. Un moteur qui aura joué un rôle majeur dans l'histoire du constructeur !

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Révolution technologique

En 1985, Fiat entame sa révolution mécanique avec la gamme des moteurs FIRE, acronyme de Fully Integrated Robotized Engine. En effet, le constructeur turinois étend aux moteurs l'automatisation très poussée de sa production, qui avait déjà été appliquée aux carrosseries dès la fin des années 70 grâce au système Robogate développé par la firme Comau. Si les moteurs FIRE bénéficiaient d'une chaine de production ultra moderne (80% de l’assemblage est automatisé), la conception  des blocs était guidée par la philosophie d'une plus grande simplicité, avec moins de composants (4600 en moyenne contre 6700 pour les précédents moteurs), moins de pièces en mouvement et moins de poids. Ce projet était, au départ, pensé en commun avec PSA mais les difficultés financières du groupe français avaient conduit FIAT à mener en solo le développement de ces nouveaux moteurs. Pour FIAT, le Fire, fabriqué dans l'usine Fiat Powertrain technologies de Tremoli, fut un succès industriel et économique : les moteurs étaient plus rapides et moins coûteux à assembler, grâce au gain de productivité et à leur moindre complexité, tout en offrant un meilleur rendement, une plus grande facilité d'entretien, une meilleure fiabilité et d'excellentes consommations par rapport à la concurrence.

Longévité et évolutif

C'est l'Autobianchi Y10 qui eut la primeur, en 1985, de la lignée FIRE, avant qu'ils ne s'étendent à une plus vaste gamme de modèles du groupe, dont les Fiat Uno, Tipo, Panda, Punto, etc. Les premiers exemplaires étaient alimentés par carburateur puis la version à injection électronique fait son apparition en 1993 pour se conformer aux normes Euro 1. Conçu au départ pour une cylindrée de 999cc, il sera ensuite décliné dans des versions de 769cc, 1108cc, 1242cc à partir de 1993 et 1368cc à partir de 2003, en 8 ou 16 soupapes, dont certaines équipèrent des modèles Tata et la Ford Ka 2e génération.

Les Fire ont régulièrement évolué, avec les Super-Fire à culasse multisoupape et injection multipoint en 1997, la version T-Jet du 1.3 en 2007 ou encore l'inauguration du système de commande d'ouverture de soupape MultiAir en 2009. Les Fire ont ainsi eu une longévité exceptionnelle, que Fiat a bien eu du mal à remplacer (comme avec le TwinAir qui n'eut pas les résultats escomptés). Depuis 2016, la nouvelle génération des moteurs Firefly, pensés pour s'adapter aux nouvelles normes anti-pollution, a commencé à prendre la relève mais avec toujours les mêmes principes conducteurs d'intégration, de réduction des pièces et de rapport coût/rendement optimal.Images : Fiat, autotecnica, wikimedia

Pour résumer

Après 35 ans de bons et loyaux services et pas moins de 23.233.856 exemplaires assemblés, le fameux moteur FIRE de Fiat a cessé d'être produit depuis le 7 mai. Un moteur qui aura joué un rôle majeur dans l'histoire du constructeur !

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.