Lancer le diaporama
ASA
+5
LANCER LE DIAPORAMA
par Nicolas Anderbegani

Marques disparues, épisode 34 : ASA

ASA (Autocostruzioni Società per Azioni) fut un éphémère constructeur automobile italien, actif dans les années 60, dont le seul modèle avait des origines assez prestigieuses !

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Une Ferrari abordable ?

A la fin des années 50, les ingénieurs de Ferrari planchent sur un projet visant à proposer une alternative moins chère et compacte aux GT existantes du cheval cabré. Désigné "854" par l'usine (ce qui, selon la tradition, indique la cylindrée unitaire du moteur de 850cc et le 4 cylindres), ce projet prend rapidement le nom de « Ferrarina », la petite Ferrari. Le moteur "Ferrarina" était dérivé d'un 4 cylindres en ligne expérimental de la fin des années 1950.

Plusieurs versions de cylindrées sont expérimentées, jusqu’au moteur Tipo 141 retenu en 1960, avec une cylindrée de 1032 cm3, un alésage et une course de 69 mm x 69 mm, un seul arbre à cames en tête et deux carburateurs Weber, ce moteur produisant environ 100 chevaux. Après des essais réalisés dans le prototype "Ferrarina", un coupé 2 portes construit sur un châssis Fiat avec une carrosserie Pininfarina , un nouveau prototype plus abouti, baptisé "Mille" est présenté au Salon de l'auto de Turin 1961 sur le stand Bertone, avec une carrosserie de coupé fastback 2 portes dessinée par un certain Giorgetto Giugiaro.

Les ingénieurs de Ferrari avaient prévu une production annuelle de 3 000 à 5 000 voitures, mais le projet ne se concrétise pas. Non seulement l'usine Ferrari n'était pas adaptée à ce type de production en série, mais Enzo Ferrari n'était pas disposé à l'agrandir pour produire la Mille, ni à descendre "si bas" en gamme, lui qui était si attaché à la noblesse du V12. Ce n'est que quelques années plus tard qu'il se résoudra à élargir la gamme, pour contrer la Porsche 911, mais avec une vraie sportive, la Dino à 6 cylindres, qui cependant ne prendra pas le blason du cheval cabré. 

Une nouvelle marque pour la Ferrarina

Avant même les débuts de la Mille à Turin, Ferrari avait commencé à chercher une autre entreprise qui achèterait le design et le commercialiserait. En 1962, la production de la Ferrarina est vendue à un ami proche du Commendatore, Oronzio de Nora et à son fils, Niccolò de Nora. Le Groupe électrochimique de Nora a créé une nouvelle société à cet effet sous le nom d'ASA ( Autocostruzioni Società per Azioni ), dont le siège était situé via San Faustino à Milan. avec l’implication de pilotes de développement réputés comme Lorenzo Bandini et Giancarlo Baghetti ainsi que celle de l'ingénieur Giotto Bizzarrini.

La version de production ASA 1000 GT, presque inchangée par rapport au prototype "Mille", est officiellement présentée au Salon de l'auto de Turin en 1962. En raison de difficultés multiples, la production en série de la 1000 GT n'a commencé qu'en 1964. La 1000GT développait officiellement 91 chevaux avec un châssis tubulaire conçu par Giotto Bizzarrini, dérivé de la 250 GTO, des suspensions avant à double triangulation, une barre anti-roulis et des freins à disque .

Un échec assez prévisible

Le premier couple ASA 1000 GT de production a été vendu 5920 $ en septembre 1964. Malgré une dynamique de conduite certaine et une bonne fiabilité, les ventes de 1000 GT étaient faibles. La marque, dont le nom était finalement bien neitre, avait très peu de notoriété malgré la mise en avant des "gênes" Ferrari de la voiture et les clients américains de l'importateur Chinetti préféraient les Ferrari beaucoup plus puissantes. De plus, la 1000 GT était extrêmement chère pour les performances offertes, en comparaison notamment d'une Chevrolet Corvette équipée d'un moteur V8 427 ci beaucoup plus puissant qui ne coûtait que 4 500 USD. Afin de vendre son stock d'ASA, le concessionnaire Chinetti a régulièrement baissé ses prix à la fin des années 1960 et au début des années 1970.

Des versions plus sportives

L'ASA 1000 GTC était une voiture de course sportive construite en 1963 par Giotto Bizzarrini et basée sur une production 1000 GT. Le moteur a vu sa cylindrée réduite à 995 cm3 pour répondre à la classification de course de moins de 1,0 litre. Le châssis tubulaire avec carrosserie en aluminium a permis d'économiser du poids. Bizzarini a également développé une voiture de plus grande cylindrée appelée 1300 GTC avec un moteur de 1,3 litre qui a fait ses débuts à la course de côte de Trento-Bondone en 1966.  L'ASA Berlinetta 411 était la version compétition de la 1000 GT Coupé, présentée au Mondial de l'Automobile de Paris en 1965.

ASA a également fabriqué quatre voitures de compétition à carrosserie en fibre de verre appelées RB613 ou Roll Bar 1300. Celles-ci comportaient une carrosserie plus aérodynamique conçue par Luigi Chinetti Jr. et fabriquée par Carrozzeria Corbetta. Le châssis avait un arceau de sécurité intégré, la source de l'abréviation "RB" dans le nom. Le moteur était un six cylindres en ligne de 1,3 litre, dont la conception était basée sur la moitié de la Ferrari 250 V12. Deux ASA RB613 ont couru aux 24 Heures du Mans 1966, une entrée d'usine ASA et une entrée par l'équipe de course nord-américaine de Luigi Chinetti . Aucune voiture n'a terminé la course.

La production d'ASA n'a jamais atteint le volume prévu de 3 000 à 5 000 voitures par an. Pas rentable, l'usine ASA a officiellement fermé ses portes en 1967, mais certaines voitures ont été assemblées à partir de pièces de rechange et vendues comme neuves jusqu'au début des années 1970.

 

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

ASA fut un éphémère petit constructeur italien des années 60, qui avait commercialisé une petite GT dont la conception avait initialement été faite pour lancer une petite Ferrari. L'échec commercial et le manque d'image eurent rapidement raison de l'entreprise.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos