par Joest Jonathan Ouaknine

L'histoire de Bosch en images

ici. Pour les autres, voici une petite histoire en images.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

L'équipementier Robert Bosch possède une très belle section "historique", accessible à tous. Si vous voulez voir des employés qui posent devant leur entreprise (ici, ceux du distributeur Bruxellois, en 1936), des affiches peintes à la main et des photos des produits, cliquez ici. Pour les autres, voici une petite histoire en images.

En 1887 (un an après les automobiles de Karl Benz et Gottlieb Daimler), Robert Bosch (1861-1942) étudie "par curiosité" un allumage pour moteurs à explosion. Le magnéto est né:

Pour démontrer le bien-fondé de son invention, il l'installe sur une automobile De Dion-Bouton (à trois roues) et se rend chez Benz et Daimler.

Les premiers constructeurs d'automobile sont intéressés, le magnéto est produit en série et les affaires marchent bien. Robert Bosch peut s'offrir un vélo avec lequel il pose fièrement pour la plaquette de son entreprise:

En 1900, il s'offre un bel immeuble à Stuttgart (qui servira également d'usine pour Bosch.) Il le fait prendre en photo et envoie l'image à un ami avec pour seul texte: "C'est ma maison." A mon avis, il aurait du rajouter: "Nananère."

Bosch peut ensuite partir à la conquête du monde et accompagner l'essor de l'automobile. Ici, la filiale New-Yorkaise, en 1906:

En 1907, les cadres testaient encore eux-mêmes les voitures. Ici, une Renault de 1900. Je ne sais ce qu'ils étaient censé tester. Mais vu les poses, on a surtout l'impression qu'ils ont testé l'apéro. Notez les tenues typiques des premiers automobilistes:

En 1903, le Belge Camille Jenatzy (le fameux pilote/constructeur de "La Jamais contente") remporte la prestigieuse coupe Gordon-Benett à bord d'une Mercedes équipée d'un magnéto Bosch.

Jenatzy est roux et il court avec un imper rouge. Bosch capitalise sur ses succès en le caricaturant en "diable rouge":

Le "diable rouge" deviendra une mascotte pour Bosch, jusqu'à la première guerre mondiale:

Bosch se diversifie avec les bougies, puis les phares et les batteries. Notez que sur cette affiche publicitaire, l'artiste Lucian Bernhard, a eu la mauvaise idée d'y peindre "Bosch licht". Du coup, elle était inutilisable hors d'Allemagne.

Dés 1927, Bosch travaille pour une pompe à injection afin d'adapter le moteur diesel à l'automobile:

L'expansion internationale continue et en 1933, Bosch s'installe à Shanghai:

En 1936, Blaupunkt lance son premier autoradio:

Robert Bosch se vantait d'être un humaniste. Dés 1906, ses ouvriers ne travaillent plus que 8 heures par jour et bientôt, ils auront des congés payés. Bosch voit d'un mauvais oeil la montée du nazisme et l'entreprise est d'emblée le siège d'une cellule de résistance, menée par Robert Bosch lui-même. En 1944, suite à la tentative d'assassinat d'Hitler, Albrecht Fischer, directeur financier de Bosch, est interpellé et jugé (ci-dessous.) Aucune charge ne sera retenue contre lui mais il sera tout de même déporté au camp de Sachsenhausen, où il restera jusqu'à la libération.

Après la guerre, Bosch surfe sur le "miracle économique" Allemand. Consommez! Acheter des chauffe-eaux  Junkers! (notez, dans cette publicité de 1960, que la femme s'apprête à prendre son bain en peignoir...)

Ambiance pop pour cette publicité Blaupunkt, toujours en 1960:

Le Grand Prix d'Allemagne moto de 1961, sur le "grand" Hockenheim. Quel est le sponsor-titre de l'épreuve?

Un ABS deuxième génération, en 1982, face à son prédecesseur (à gauche):

Le Motronic, en 1986:

Une de ces deux BMW série 7 de 1987 possède un ABS et l'autre non...

L'une des dernières grandes inventions de Bosch, le common rail, en 1999. Ici, il est comparé à un injecteur normal (en-dessous.)

Source:

Hemmings

A lire également:

Bosch vera double en Inde d'ici 2010

Le système BlueTec

Pour résumer

ici. Pour les autres, voici une petite histoire en images.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.