par Joest Jonathan Ouaknine

Le conducteur du jour: "Magnifique."

On dit que la France est le pays le plus politisé du monde. Tout le monde y parle de politique, tout le temps. Même les voitures s'y mettent! La preuve avec cette Simca Aronde P60 Elysée.La Simca 9, dite "Aronde" apparait en 1953. C'est le premier modèle de la marque qui ne soit pas dérivé d'une Fiat. En 1955, elle s'offre un discret lifting.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

En revanche, fin 1958, elle reçoit un toilettage profond: la carrosserie n'a plus aucun embouti commun et la gamme est complètement refondue. Certains considèrent que l'Aronde et la P60 sont deux modèles différents.

Pourquoi "P60"? Officiellement, c'est pour "personnalisée" (une traduction littérale de "custom") et 1960 (sous-entendu, les Simca ont 2 ans d'avance.) D'autres évoquent un clin d'œil aux 60 ans de Théodore Pigozzi, le fondateur. N'est-ce pas non plus une allusion à un jet imaginaire (cf. Cadillac et ses ailerons inspirés du P38)?

Pigozzi a compris le truc, lorsqu'il rachète Ford S.A.F. et sa Vedette. Il faut faire de l'Américain, mais avec des noms franchouillards! C'est la contradiction d'une France qui louche sur l'Amérique, mais se montre farouchement patriote.

D'où des P60 aux lignes inspirées des Américaines contemporaines. Et donc, des noms de versions qui fleurent bon l'hexagone: Montlhéry, Monaco, Etoile et Elysée. Cette dernière fait référence au fait que Simca a fourni une voiture à Charles de Gaulle, alors président. Pigozzi, immigré Italien et ancien ferrailleur, n'en est pas peu fier... D'ailleurs, l'Etoile fait référence à la place de l'Etoile (à Paris), devenue depuis place Charles de  Gaulle!

En 1958, l'Aronde a déjà 5 ans. Ca se ressent notamment au niveau de l'habitabilité.

Alors Simca sort l'artillerie lourde, côté marketing: tableau de bord "Simcascope", siège rabattables bicolores "3D", moteur "Flash spécial", pneus à flancs blancs, moulures latérales, chromes à foison et intérieur entièrement tapissé.

On est loin des finitions spartiates des Peugeot 403 "sept" et autre Renault Dauphine. Seule la Panhard PL17 joue aussi la carte du clinquant, mais elle est beaucoup plus chère...

Sur le modèle du jour, la baguette chromée latérale sans moulure trahit un modèle post-1961... Sauf qu'il devrait alors posséder un badge "Simca" et non "Aronde". Une coquetterie du propriétaire?

Si elle est bien de 1961-1963, elle dispose d'un 1,3l "Rush" 52ch, qui lui permettait d'atteindre 125km/h. La P60 Elysée se retrouve alors face à des R8 et Ami 6 beaucoup plus modernes. Le style "à la one-again", c'est terminé! Alors le constructeur resserre encore plus les prix, en attendant la 1300/1500: 6 850 "nouveaux" francs (environ 1 000€ actuels!)

A lire également:

Le conducteur du jour: le château de la Marne

Le conducteur du jour: la voiture de la régie nationale

Le conducteur du jour: à bonne enseigne

Pour résumer

On dit que la France est le pays le plus politisé du monde. Tout le monde y parle de politique, tout le temps. Même les voitures s'y mettent! La preuve avec cette Simca Aronde P60 Elysée.La Simca 9, dite "Aronde" apparait en 1953. C'est le premier modèle de la marque qui ne soit pas dérivé d'une Fiat. En 1955, elle s'offre un discret lifting.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.