par Joest Jonathan Ouaknine

Le conducteur du jour: British touch

Bienvenue dans le "conducteur du jour", la rubrique sur Aston Martin DB7 Vantage vue dans une avenue de la banlieue parisienne, entre une Fiat Uno et une Renault Supercinq! Comme toutes les GT et les supercars, elle est rentrée dans le rang depuis qu'elle a été remplacée. Le joueur de football, le rappeur ou le jet-seteur veut toujours le dernier modèle, pas l'avant-dernier! Les voitures has been sont alors bonnes pour un très long purgatoire (car si leur valeur d'achat baisse, l'entretien reste astronomique.)

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Bienvenue dans le "conducteur du jour", la rubrique sur les véhicules insolites (au sens large) croisés dans la rue. Aujourd'hui, une Aston Martin DB7 Vantage vue dans une avenue de la banlieue parisienne, entre une Fiat Uno et une Renault Supercinq! Comme toutes les GT et les supercars, elle est rentrée dans le rang depuis qu'elle a été remplacée. Le joueur de football, le rappeur ou le jet-seteur veut toujours le dernier modèle, pas l'avant-dernier! Les voitures has been sont alors bonnes pour un très long purgatoire (car si leur valeur d'achat baisse, l'entretien reste astronomique.)

A l'origine, la DB7 aurait du être une Jaguar. Ian Callum avait imaginé une Type E moderne. Ford, alors propriétaire des deux marques, décidait de finalement la commercialiser sous le label Aston Martin. Du coup, son dessin fut "Astonisé" in extremis avec des clins d'œil aux modèles des années 50-60 (calandre, ouïe latérales...) Son patronyme fait d'ailleurs référence à David Brown (mythique PDG d'Aston Martin de 1947 à 1972, sortie de sa retraite par Ford et mort en 1993) et reprend la numérotation là où la DB6 l'avait laissé (pour mieux oublier la DBS/V8, symbole des années noires?) Elle garde néanmoins de faux airs de XK8 (également signée Callum) et une carrosserie en acier (typiquement Jaguar; Aston Martin étant des fidèles de l'aluminium.)

Lancée en 1994, elle fut d'emblée en succès et Aston Martin d'aller de record de ventes en record de ventes. La DB7 marqua le grand retour d'Aston Martin après deux décennies de faillites et de changement annuel de propriétaire.

L'ingénierie de la DB7 fut réalisée par TWR. Le boss, Tom Walkinshaw, s'était fait réaliser une DB7 V12 en accouplant deux 6 cylindres. En 1999, Aston commercialisera une DB7 V12, la Vantage, dérivée de la spéciale de Walkinshaw. De quoi relancer les ventes après l'arrivée de la XK8. La voiture surprise aujourd'hui est une Vantage.

Pour info, il y eu également un cabriolet et des DB7 relookées par Zagato. La production s'arrêta en 2002, après 7 000 exemplaires. Alors qu'à titre de comparaison, seules 4 800 DBS/V8 furent construites en un quart de siècle de carrière.

A lire également:

Alchemist présente une Aston Martin DB7 or et platine 24 carats

Le conducteur du jour: walk on the wild side

Insolite: un concessionnaire Aston Martin à Bologne

Pour résumer

Bienvenue dans le "conducteur du jour", la rubrique sur Aston Martin DB7 Vantage vue dans une avenue de la banlieue parisienne, entre une Fiat Uno et une Renault Supercinq! Comme toutes les GT et les supercars, elle est rentrée dans le rang depuis qu'elle a été remplacée. Le joueur de football, le rappeur ou le jet-seteur veut toujours le dernier modèle, pas l'avant-dernier! Les voitures has been sont alors bonnes pour un très long purgatoire (car si leur valeur d'achat baisse, l'entretien reste astronomique.)

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.