par Joest Jonathan Ouaknine

La Ford T de Pyongyang

Qui dit "automobile" et "Corée du Nord" Ford T est liée à des histoires de gourous, de dictateurs... Et du fondateur de Hyundai.Certains mouvements protestants radicaux veulent convertir le monde entier. En 1866, le gallois Robert Jermain Thomas débarque à Pyongyang avec des bibles en chinois. Il est exécuté peu après son arrivée pour prosélytisme. Au début du XXe siècle, ce sont cette fois des pasteurs Américains qui partent à l'assaut de la ville. En effet, avec ses gisaeng (pendant coréen des geisha), Pyongyang fait figure de "Babylone orientale". Il faut la transformer en "Jérusalem orientale". A partir du "renouveau" de 1907, c'est la ruée vers la ville. La communauté US commence à se structurer.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Qui dit "automobile" et "Corée du Nord" dit forcément histoire compliquée... Y compris lorsque l'action se passe avant que la Corée soit coupée en deux ! Ainsi, cette Ford T est liée à des histoires de gourous, de dictateurs... Et du fondateur de Hyundai.Certains mouvements protestants radicaux veulent convertir le monde entier. En 1866, le gallois Robert Jermain Thomas débarque à Pyongyang avec des bibles en chinois. Il est exécuté peu après son arrivée pour prosélytisme. Au début du XXe siècle, ce sont cette fois des pasteurs Américains qui partent à l'assaut de la ville. En effet, avec ses gisaeng (pendant coréen des geisha), Pyongyang fait figure de "Babylone orientale". Il faut la transformer en "Jérusalem orientale". A partir du "renouveau" de 1907, c'est la ruée vers la ville. La communauté US commence à se structurer.

Dans les années 20, un certain J.J. Moore veut passer à la vitesse supérieure et évangéliser les campagnes. Une église du Colorado lui achète une Ford T et l'expédie à Pyongyang. Notez qu'elle porte le numéro 12.

Dés la sortie de Pyongyang, il n'y a plus que des pistes boueuses. Il n'y a même pas de pont pour enjamber les rivières. On est loin de l'image aujourd'hui véhiculée par l'extrême-droite japonaise d'un Japon bienveillant, bâtissant des infrastructures dans sa colonie.

Moore rencontre des paysans misérables et illettrés. Ils sont d'ailleurs bien content qu'on s'occupe d'eux. Parmi eux, il y a Kim Hyong-jik qui habite avec sa femme et son fils (un certain Kim Il-sung...) près de la frontière chinoise. Beaucoup se convertissent et certains deviennent eux-mêmes pasteur, comme Mun Yong-myeong, un gamin des faubourgs de Pyongyang.

Le petit Chung Ju-yung restera fidèle aux préceptes de Confucius. Il tient l'un des rares garages de la région et compte tenu du parc auto local, il est très, très probable qu'il ait réparé la Ford T de Moore.

Le Japon finit par voir d'un mauvais œil tout ces Américains qui se baladent en Corée. Ils ne peuvent plus harceler et massacrer tranquillement ! A la fin des années 30, les pasteurs occidentaux sont priés de rendre allégeance à l'empereur du Japon. Ceux qui refusent sont internés dans des camps. Après guerre, la plupart d'entre-eux retourneront aux Etats-Unis.

La Ford T, elle, a sans doute fini ferraillée.

Les communistes ne tolèrent pas les chrétiens. Mun Yong-myeong fuit au Sud, se rebaptise "révérend Moun" et fonda une secte. Dans les années 90, il se diversifia comme importateur de voitures au Vietnam. Notamment pour Fiat. Il récupéra l'outillage de la Panda, qu'il essaya de faire assembler en Chine. Quelques années plus tard, il fit la paix avec Kim Jong-Il (fils de Kim Il-sung) et ils créèrent ensemble Pyeonghwa...

Quant à Chung, le garagiste, il parti chercher fortune à Séoul. Après diverses affaires, il monta une entreprise de B.T.P., Hyundai. Bien plus tard, Hyundai se diversifia dans l'automobile avec l'assemblage de... Ford.

Crédits photos : United Methodist Archives Center, sauf photo 6 (Pyeonghwa) et photo 7 (Hyundai)

Pour résumer

Qui dit "automobile" et "Corée du Nord" Ford T est liée à des histoires de gourous, de dictateurs... Et du fondateur de Hyundai.Certains mouvements protestants radicaux veulent convertir le monde entier. En 1866, le gallois Robert Jermain Thomas débarque à Pyongyang avec des bibles en chinois. Il est exécuté peu après son arrivée pour prosélytisme. Au début du XXe siècle, ce sont cette fois des pasteurs Américains qui partent à l'assaut de la ville. En effet, avec ses gisaeng (pendant coréen des geisha), Pyongyang fait figure de "Babylone orientale". Il faut la transformer en "Jérusalem orientale". A partir du "renouveau" de 1907, c'est la ruée vers la ville. La communauté US commence à se structurer.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.