par Nicolas Anderbegani

Clap de fin pour Bristol Cars (1945-2020)

Décidément, l'automobile n'est pas en fête pour l'instant en 2020. Quelques semaines après l'annonce de la disparition de l'australien Holden, c'est au tour d'une marque britannique, aussi emblématique qu'atypique, de s'en aller : Bristol Cars.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Avec la disparition de Bristol, c'est une icône de l'automobile so British qui s'éteint. Les théories de Darwin s'appliquent aussi aux constructeurs. Exclusives, hors du temps, aussi décalées que les Black Cab ou la chevelure de Boris Johnson, les Bristol détonaient dans le paysage automobile avec leurs lignes rétro, leur luxe intemporel et des moteurs généreux. A Londres, au bout de Kensington High Street, à quelques encablures de Hyde Park, Bristol cultivait sa différence. On y trouve le modeste et unique showroom de quatre voitures,  contrastant avec l'opulente concession BMW de Park Lane. C'est à la fois le siège et l'unique point de vente de Bristol, où l'on peut aussi acheter des véhicules d'occasion.

Bristol Cars est fondé en 1945, en tant que filiale automobile de la Bristol Aeroplane Company, un manufacturier de moteurs d'avion très important d'avant-guerre et de la seconde guerre mondiale. Elle rachète Frazer-Nash, qui produisait des BMW sous licence avant-guerre puis, grâce à ses relations dans l'armée britannique et au soutien du Bureau des réparations de guerre, les dirigeants visitent l'usine BMW de Munich à la fin des hostilités et font leurs emplettes, au titre des dommages de guerre. Ainsi, le premier modèle Bristol, la 400, présentée au salon de Genève 1947, reprend le châssis de la BMW 326 et le moteur 328.

Quand Bristol Aeroplane est vendu en 1960 pour fusionner dans le nouveau géant British Aerospace, la branche automobile est reprise par George SM White, le fondateur historique de Bristol, qui s'associe bientôt au pilote Tony Crook, lequel sera par la suite le dépositaire de la marque après la disparition de White. Les années 50-60 sont un véritable âge d'or pour Bristol, qui produit des modèles sportifs réputés et performants, comme la 404, la 405 Drophead coupé ou encore la 407 Zagato. La marque s'engage aussi Mans et comme motoriste en F1, entre 1952 et 1957, avec un seul podium à la clé. Au début des sixties, l'ère du 2.0 litres 6 cylindres BMW s'achève, Bristol trouvant auprès de Chrysler et ses V8 des moteurs plus puissants et adaptés à ses nouveaux modèles statutaires.

Puis, dans les années 70-80, le rythme des nouveautés s’essouffle. White est victime d'un grave accident en 1973 et cède les commandes à Crook. A partir des années 2000, les difficultés financières s'accentuent. Bristol dégaine néanmoins en 2004 la Fighter, un coupé à portes papillon embarquant un V10 dérivé de la Dodge Viper de 630 chevaux.

Sauvée en 2011 après une première liquidation judiciaire, la marque refait parler d'elle et entretient le "buzz". En 2016, le projet Bullet est dévoilé à Goodwood et devait renouer avec les moteurs et transmissions BMW. Mais dans un monde automobile toujours plus rationalisé et en pleine mutation, et peut-être aussi à cause de coûts de développement trop élevés, la Bullet en est restée à 1 seul et unique exemplaire.

Notre avis, par leblogauto.com

Déjà sauvée une première fois par le groupe Kamkorp, propriétaire de...Frazer Nash Reasearch, Bristol est morte dans une certaine indifférence. Quand il a été décidé en décembre de dissoudre la société et de vendre les actifs, personne n'était présent à la session pour représenter ou défendre la marque. Les clubs et passionnés feront vivre évidemment ce blason, mais il n'a pas su ou pu s'adapter pour survivre. Darwin, on vous disait.

Pour résumer

Décidément, l'automobile n'est pas en fête pour l'instant en 2020. Quelques semaines après l'annonce de la disparition de l'australien Holden, c'est au tour d'une marque britannique, aussi emblématique qu'atypique, de s'en aller : Bristol Cars.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.